Geopolintel

Macron et l’esprit de Mai 68 sont « morts »

mercredi 5 décembre 2018

Daniel Conh Bendit, figure du mouvement de mai 68, brille par son absence des plateaux télé, par sa soumission au pouvoir capitaliste qu’il dénonçait et par le manque de soutien au peuple qui gronde dans toute la France. Celui qui tua le père de la 5e république se retrouve maintenant pointé du doigt comme responsable de la libéralisation de de la société française. Les promesses de Dani le rouge ont tenu 50 ans. Un demi siècle de jouissance par ordonnance de crédit et par la division mercatique de l’héritage sociologique français et de la famille.

La première raison de cette destruction de la société civile française se trouve dans la « philosophie » de prédation des écoles de commerces. En 1991, les professeurs de marketing proposaient comme socle idéologique le projet de « tuer le père ». La volonté de segmenter l’hégémonie économique du foyer passait par la division du pouvoir économique du couple. Le mouvement féministe était son étendard, la femme prenant part au travail, elle pouvait contester l’orientation budgétaire. Puis elle a pu organiser la répartition de l’argent avec l’autre segmentation qui fut l’ouverture des comptes bancaires pour les enfants. Combien de parents actuels se retrouvent avec des enfants ayant plus d’argent de côté qu’eux même ?

Puis vinrent les crédits à la consommation, les crédits qui incitaient à acheter ce que nous ne pouvions pas nous payer. Chaque révolution apporte son lot de rêve : le prêt à intérêt a été légalisé au début de la Révolution française, en octobre 1789. C’est à partir de 1966 et grâce à la loi relative à l’usure, au démarchage et à la publicité, que les loups ont pu entrer dans la bergerie. La COB (Commission des opérations de bourse) organisme français, créée en 1967 dénonça les dangers de cette technique, en raison des risques que peuvent faire courir à des personnes non averties les pressions rendues possibles par des contacts personnels et directs, aboutissant à la remise de fonds.

Sachant que chaque français était payé en liquide chaque fin de semaine, il a fallu faciliter les créations d’ouverture de comptes bancaires. Le 13 juillet 1965 fut promulguée la loi sur l’égalité juridique des femmes avec leurs maris. Les retraits et dépôts bancaires étaient soumis à l’autorité des époux. En 1970, Le gouvernement Chaban-Delmas apporte une autre pierre notoire à la reconnaissance du statut de femme indépendante : il supprime le mot « chef de famille ». Le père était bel et bien « tué ».

L’apogée des trente glorieuses et la fin du Général De Gaulle

Avec une croissance annuelle de plus de 7%, la France de Mai 68 connaît paradoxalement les prémices du mondialisme. Pour la première fois, les usines de textiles sont délocalisées, le chômage s’installe dans le tissu économique...Arrive alors L’ANPE, L’agence Nationale pour l’Emploi. On parle pour la première fois de crise profonde.
Les jeunes de 68 qui représentaient un tiers de la population sont aujourd’hui les retraités en gilets jaunes. Pour en arriver là, il a fallu passer à l’autre étape qui est la société du loisir.

La société de l’individualisme

Le travail étant une nécessité morale et économique, le chômage fut une dégradation sociale. Dès les années 70, les étudiants de 68, plus instruits que leurs parents décident de repenser la place de l’individu au sein de la société. On parle de société de la connaissance.
La capacité de financer des choix économiques en s’exonérant de la tutelle familiale et maritale, a poussé la société à entrevoir une vision personnelle et non collective. En marketing, la segmentation est essentielle pour assurer un contrôle total d’une cible. Plus l’individu est égotique et égoiste, plus ses décisions sont orientées dans la consommation. On a vu émerger le phénomène massif du divorce et des foyers monoparentaux qui en ont découlé. Deux foyers au lieu d’un multipliant le coût de la vie et paupérisant l’ensemble.

Le pouvoir d’achat

Le pouvoir d’achat est la quantité de biens et de services que l’on peut acheter avec un salaire. Le marketing et la publicité sont des techniques qui poussent les gens à acheter au-delà de leurs besoins. La masse financière générée par le crédit a pu compenser artificiellement la baisse de richesses produites en France. Le crédit à la consommation a vu les ménages s’endetter et les banques fructifier. Cet ainsi que le mythe de la croissance infini est apparu et a vu banques et Etats fusionner dans un cercle vicieux de la stimulation de la consommation. Pour cela les Etats on dû abandonner leur rôle de « père protecteur » avec la dérégulation financière et la création d’unités économique et politique comme l’Union Européenne. L’abandon de notre monnaie fut le dernier rempart à tomber avec l’adoption de l’Euro. Depuis nous vivons à crédit et pour donner l’illusion de richesse, les banques fabriquent de la monnaie de « singe » pour éponger la soif d’achat du peuple. Mais la contrepartie de cette richesse virtuelle se paye. En 2008 un coup d’Etat bancaire à détruit l’autorité financière des nations en basculant la dette bancaire vers une dette d’Etat.

L’endettement de l’Etat

Mitterrand avait promu son rêve socialiste au mois de mai 1981. C’était l’élu du peuple. Mais en 1983, il décide de basculer dans une politique de rigueur cédant aux menaces des financiers pour préserver le secret de sa fille cachée. Depuis l’Etat ayant cédé devant le pouvoir financier ? nous n’avons eu de cesse de payer la note. La paix sociale a un prix et elle doit comporter des faillites du chômage et de la dette. Cette dette est imputable aux maniaqueries sexuelles de Clinton. En 1995 en pleine affaire Monica Lewinski, les banquiers menacent de destituer leprésident américain s’il n’abroge pas la loi anti trust Glass steagall Act en 1999. La dérégulation bancaire pouvait alors commencer et se terminer en 2008 avec le « coup d’Etat financier » qui basculait la dette des banques folles sur les Etats. Chaque français approuva cette initiative pour sauver ses modestes économies, mais ils venaient de signer leur mort économique. Sarkozy puis Hollande et enfin Macron, ont vendu les biens nationaux pour récompenser leur riches commissionnaires. Le paiement de cette dette n’a pu être compensé que par la hausse des impôts et taxes diverses, enrobés par une stratégie de communication sociétale vantant le « Mariage pour tous », arguant de l’écologie et agitant le spectre de la guerre.

Macron l’intelligence « du con »

Au final, l’élection de Macron nous aura été bénéfiques puisqu’il a osé s’attaquer à la vache sacrée : l’automobile. Il a oublié que la voiture était le dernier vecteur de liberté pour le Français et une nécessité vitale. En quelques mesures accumulées : la limite des 80 kms/h augmentant le racket des amendes, la taxe sur le diesel, le nouveau contrôle technique... il vient de foutre en l’air 50 ans de paix sociale. Cela aura eu le mérite de redonner une unité au pays, celle des français des territoires rassemblés sous la bannière jaune du peuple laborieux. A lui tout seul, il vient de réveiller le « gaulois réfractaire » qui sommeillait depuis la première révolution colorée moderne. A lui tout seul, il a dépouillé le légendaire révolutionnaire de ses oripaux Daniel Cohn bendit et l’on pourra alors enterrer le cadavre de Mai 68.

Geopolintel Décembre 2018

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2018 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site