Geopolintel

Les prévisions dangereuses des journalistes financiers

mercredi 26 octobre 2016

En 2008 la crise des « subprimes » déferle sur la planète tel un « coup d’Etat bancaire » par l’Empire financier afin d’exécuter la souveraineté des nations. Chaque contribuable a payé la dette de ces joueurs de casino et rendu enfin possible la mise sous tutelle de nos budgets nationaux. Lehman Brothers a été lâché par le plan Paulson et le Secrétaire au Trésor des États-Unis Henry Paulson, entre banquiers on ne se fait pas de cadeau, il fallait que quelqu’un paye.
En France la nouvelle était connue, et les journalistes économiques ont commis ce jour là un « délit d’initié » en ne révélant pas la catastrophe qui couvait. Le « lundi noir » du 29 septembre 2008 a effrayé la planète mais le 21 janvier 2008 soit huit mois avant, Bertille Bayart, journaliste économique du Figaro, parlait de KRACH pour Richelieu Finance en manque de liquidité. C’était la crise avant la crise. Cette charmante journaliste épouse de Didier Roman, gestionnaire chez Tocqueville Finance, un concurrent direct de Richelieu, divulguait une information connoté de conflit d’intérêt.

Maintenant en 2016 soit huit ans après la crise, Bertille Bayart nous précise dans le Figaro du mois de septembre (sic) que « Deutsche Bank ne sera pas le Lehman Brothers de l’Europe ». Or la valeur de l’action de la Deutsche Bank a perdu 90% de sa valeur.
Les fonds spéculatifs qui ont commencé à réduire leur exposition à Deutsche Bank ont causé une véritable panique à Wall Street. L’attitude adoptée par la banque et le gouvernement allemand entretiennent les inquiétudes à Francfort et à Bruxelles qui préparent un plan de sauvetage d’urgence pour Deustche Bank.
Alors que les rats quittent le navire notre sémillante journaliste ignore la situation ou bien la cache, mais pour qui cette fois ci ?
La Deutsche Bank vient d’accepter ce mois ci le paiement d’une amende de 38 millions de dollars pour avoir manipulé les cours de l’or et de l’argent pendant quinze ans et sans que cela soit dit par la presse. L’entretien fictif au plus bas des cours de l’or permettait aux groupes bancaires de réaliser de confortables bénéfices.
Bien sur la dénonciation de ce système provient une fois de plus du « gendarme du monde » : les Etats Unis. Pour précision c’est le mafieux Charles Ponzi qui créa la SEC Securities and Exchange Commission assurant la réglementation et le contrôle des marchés financiers.
Alors NON madame Bertille Bayart tout le système financier est touché et la Deustche Bank a de forte chance de devenir le Lehman Brothers de l’Europe.
FR

Deutsche Bank ne sera pas le Lehman Brothers de l’Europe

Malgré les similitudes, on ne peut comparer ces deux affaires, car la chute de la banque américaine est intervenue dans un environnement où tout le système financier était touché, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

Lehman Brothers 2008, Deutsche Bank 2016, même combat ? Forcément, le parallèle est tentant. Certains experts s’amusent du reste à placer sur un même graphique l’évolution sur un an, de fait très semblable, du cours de l’action Lehman à l’époque et celui de la Deutsche Bank… Effet garanti !

Pourtant, le raisonnement ne tient pas. En huit ans, le monde bancaire a beaucoup changé. Les grandes banques peuvent certes toujours mourir, mais elles ne peuvent plus le faire en l’espace de quelques heures. Les règles de liquidité ont été considérablement renforcées ...

Par Bertille Bayart Publié le 30/09/2016 à 21:06

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site