Geopolintel

Les subprimes au secours de nos banques en 2016.

mercredi 26 octobre 2016

Depuis la découverte du scandale des subprimes nos banques n’ont de cesse de recapitaliser leur liquidités et de relancer la consommation. Les stratégies de 2015 étaient d’émettre des obligations foncières. Passons sur les bilans présentés aux salariés, ils sont écrits dans un langue incompréhensible pour le commun des mortels mais si criante de tromperies. Les établissements bancaires français pour se relancer ont donc emprunté auprès de la Banque européenne d’investissement. Le spectre du Krach de 2008 nous pend au nez puisque les obligations foncières obligent nos banques à devenir une société de prêts immobiliers. Ainsi La société émettrice peut ainsi adosser ses créances et ses dettes sur une même durée. Cette opération peut être réalisée pour les crédits hypothécaires ou les prêts aux collectivités locales.
Le crédit hypothécaire !!!!!!!
Nous y voilà. Un crédit hypothécaire est un crédit accordé sous la condition de mise en hypothèque d’un ou plusieurs biens immobiliers constituant le patrimoine de l’emprunteur. Ce crédit ne sert qu’a refinancer les banques qui sont en faillite.
A-ton retenu la leçon ? Vous imaginez qu’un établissement bancaire ne peut pas faire faillite. C’est une erreur.

Crédit hypothécaire : la fin des taux fixes ?

Des experts veulent que les banques soient mieux protégées et prônent la généralisation des taux variables.
Près de trois millions de crédits hypothécaires sont en cours, en Belgique.

Les taux fixes des emprunts immobiliers vivent-ils leurs derniers mois ? C’est possible. Le Comité de Bâle, qui regroupe les régulateurs mondiaux de la finance, travaille actuellement sur des projets pour que le risque de l’emprunt soit reporté des institutions bancaires vers l’emprunteur. Autrement dit, le Comité de Bâle estime qu’actuellement les banques prennent trop de risques lorsqu’elles accordent des crédits et le consommateur pas assez. Le Comité veut notamment s’attaquer aux taux d’intérêt fixe, mécanisme très apprécié des Belges puisque la majorité des consommateurs achètent leur habitation en bénéficiant de ce taux. Il reviendrait donc au consommateur d’assumer toute évolution à la hausse des taux d’intérêt.

« Si l’on n’y prend garde, cela pourrait lourdement remettre en cause l’accès à la propriété pour nos concitoyens. Ce serait particulièrement dommageable pour les nombreuses familles qui ont des moyens limités pour acquérir leur habitation », estime le député fédéral Ecolo Georges Gilkinet.

Le Comité de Bâle propose aussi des critères plus stricts pour l’octroi des crédits. En réclamant par exemple un apport personnel de l’emprunteur plus élevé qu’aujourd’hui. Si le processus n’est pas encore achevé, les négociations semblent cependant bien avancées. D’autant que des pays comme les États-Unis, très influents au sein du Comité de Bâle, ont déjà pris des mesures strictes dans leur marché intérieur. La protection traditionnelle du crédit hypothécaire à la belge pourrait donc voler en éclats dans les prochains mois.

Alain Jennotte le 6 juin 2016

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site