Geopolintel

La banque Rothschild & Co dit réfléchir à l’idée de taxer certains de ses clients aux liquidités importantes.

jeudi 19 septembre 2019

Si vous laissez dormir votre argent sur votre compte il ne rapporte pas aux banques. La solution le crédit. Le crédit est le premier stimulant du marché et comme Christine Lagarde l’avait dit lors de la crise des subprime il est nécessaire de faire « circuler les liquidités ». Si vous ne consommez pas vous serez taxé sur vos propres dépôts de compte courants.
Argents liquide et courant sont les deux mamelles de la finance. Et quoi de mieux que de créer des bulles spéculatives pour financer cette fausse économie !
Si la banque centrale paie les banques pour emprunter (taux négatif) il lui faut un retour d"investissement.
La Banque centrale européenne (BCE) applique un taux d’intérêt négatif sur les réserves excédentaires des banques depuis 2014, à un taux actuellement fixé à -0,40%. Mais la BCE demande maintenant le remboursement de ces taux négatifs.
Ce seront les épargnants disposant de comptes créditeurs n’excèdant pas cent mille euros qui passeront à la « caisse » en se faisant taxer l’immobilisme bancaire.
Mathilde Lemoine, « chief economist » d’Edmond de Rothschild le dit « Arrêtez d’épargner et consommez » nous sommes donc obligé à vider nos comptes courants.

Taxer les dépôts de liquidités de ses clients va-t-il devenir la nouvelle norme du secteur bancaire ? La banque Rothschild & Co dit réfléchir à la question, afin de compenser l’impact des taux négatifs de la Banque centrale européenne (BCE). Dans les colonnes des Échos, mardi, le coprésident du comité exécutif de la banque, François Pérol, confie y avoir pensé : « Nous verrons ce que fera le marché. On ne s’interdit pas d’avoir des conversations au cas par cas avec certains de nos clients qui laisseraient beaucoup de liquidités sur leur compte ».

L’idée semble faire son chemin, surtout depuis qu’une première banque en France a pris la décision très officielle de taxer les dépôts de ses clients afin de répercuter les taux négatifs de la BCE. Il s’agit de Lombard Odier qui taxera, dès le 1er octobre prochain, les dépôts en liquide de plus d’un million d’euros pour les clients sans mandat de gestion. Selon le titre économique, d’autres établissements bancaires privés réfléchiraient à lui emboîter le pas. Ce serait le cas notamment de Société Générale Private Banking ou encore de Neuflize OBC.
Des dépôts d’environ 2,5 milliards d’euros par an

Et bien d’autres banques pourraient se joindre à la réflexion, au regard des récentes décisions prises par la BCE en matière de politique monétaire. Des décisions qui ne sont pas sans conséquences : le coût des dépôts en liquide pour les banques s’alourdit de plus en plus. Depuis 2014, elles doivent payer des pénalités lors du dépôt de leurs liquidités excédentaires auprès de la BCE, qui vient de faire passer ces pénalités de 0,4 à 0,5 %. Pour Rothschild & Co, dont les dépôts en cash auprès de la BCE avoisinent les 2,5 milliards d’euros par an, cela reviendrait à payer quelque 10 millions d’euros, en rythme annuel, indiquent Les Échos.

François Pérol confirme : « Nos liquidités en banque centrale représentent un coût net pour le groupe qui devient très significatif ». Et ce notamment au regard des résultats de l’établissement au premier semestre 2019. Comme le souligne le quotidien économique, les revenus totaux du groupe ont chuté de 11 %, à 898 millions d’euros, avec un bénéfice net, hors éléments exceptionnels, en baisse de 24 %. Toutefois la banque ne veut pas s’alarmer pour rien. Si ses résultats ne pourront pas rivaliser avec les records de 2018, elle se dit toutefois confiante dans sa capacité à présenter, pour 2019, « des résultats solides ».

Capital

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2019 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site