Geopolintel

Bill Gates avance son plan mondialiste avec la suppression de l’argent liquide

lundi 11 mai 2020

Un consortium d’intérêts puissants comprenant Visa et Mastercard, le Fonds monétaire international, le milliardaire Bill Gates et le Trésor américain ont lentement fait pression pour que l’argent liquide soit aboli dans le monde entier et remplacé par des monnaies uniquement numériques.

Le Dr Häring est journaliste financier, blogueur et auteur de livres populaires sur l’économie. Ses deux derniers livres ont porté sur la campagne pour l’abolition de l’argent liquide. Le dernier « Schönes neues Geld » (Brave new money) publié en allemand en 2018 vient de sortir en chinois.
En 2015, M. Häring a intenté une action en justice pour obtenir le droit de payer ses redevances aux radiodiffuseurs publics en espèces, sa plainte est maintenant à la Cour de justice européenne (CJUE). La date de l’audience orale devant la CJUE est fixée au 15 juin 2020.

Spoutnik : Veuillez expliquer - pour ceux qui ne connaissent rien au sujet - en quoi consiste la campagne pour l’abolition de l’argent liquide et qui en sont les principaux acteurs.

Norbert Häring : À partir de 2005, la « guerre contre l’argent liquide », comme ils l’appelaient, n’était qu’une stratégie commerciale déclarée de Visa et Mastercard pour repousser l’utilisation de l’argent liquide, car ils le considèrent comme le principal concurrent de leurs cartes de crédit. À partir de 2011 environ, ce genre de discours a complètement cessé.

Au lieu de cela, ils ont formé une coalition avec le gouvernement américain, la Fondation Bill et Melinda Gates et Citibank et ont formé l’Alliance Better Than Cash pour poursuivre l’élimination de l’argent liquide. Mais aujourd’hui, ils le font dans le prétendu but d’aider les pauvres en les incluant financièrement.

De très nombreux instituts universitaires, institutions normatives et gouvernements se sont engagés dans cette lutte contre l’argent liquide, soit avec l’argent de Gates et des autres membres de l’alliance Better Than Cash, soit avec le pouvoir diplomatique du gouvernement américain, ou les deux.

Spoutnik : Pourquoi font-ils cela ?

Norbert Häring : L’intérêt du secteur financier à vendre ses propres produits plutôt que de l’argent liquide est évident. Les sociétés informatiques veulent les données qui vont avec la numérisation des espèces et le gouvernement américain veut le pouvoir de surveillance et de sanction qui va avec la numérisation des paiements. Les autres pays qui coopèrent apprécient également l’idée de pouvoir surveiller davantage leur population.

Spoutnik : Vous avez écrit sur la façon dont l’Inde a été utilisée comme un « cobaye » à grande échelle pour éliminer l’argent liquide. Pouvez-vous décrire brièvement ce qui s’est passé là-bas et qui était derrière tout cela ?

Norbert Häring : En novembre 2016, le Premier ministre Narendra Modi est passé à la télévision en déclarant que tous les billets, sauf les plus petites coupures, étaient « démonétisés » avec seulement 4 heures de préavis. Cela signifiait que vous ne pouviez plus payer avec eux. Vous deviez les apporter à la banque. Cela a conduit à des jours de chaos et à des mois d’extrême pénurie de liquidités dans un pays où la moitié de la population n’a même pas de compte bancaire et où 90 % des paiements sont effectués en espèces.

Le prétendu objectif était de nuire à ceux qui thésaurisaient [l’argent du marché noir]. Cela a complètement échoué. En quelques semaines, le gouvernement est passé à l’objectif déclaré d’inclusion financière" et de modernisation du système financier. Ils ont raconté des histoires dans les médias pour faire croire que c’était un petit groupe d’Indiens autour de Modi qui avait pensé à cela.

Cependant, sur mon blog et dans mon livre, j’ai souligné la coopération très étroite de la banque centrale indienne en matière d’inclusion financière" avec la Fondation Gates, le gouvernement américain et d’autres institutions américaines de lutte contre le blanchiment d’argent.

Spoutnik : La Fondation Bill et Melinda Gates semble être l’un des principaux acteurs de cette initiative en faveur d’un monde sans espèces. Savons-nous pourquoi ils semblent si engagés dans ce projet ?

Norbert Häring : Si vous considérez Gates comme une personne de Microsoft, il y a l’intérêt de Microsoft, et d’autres sociétés américaines de technologie de l’information qui sont impliquées, à numériser tout pour faire plus d’affaires et obtenir plus de données. Les données financières sont parmi les plus précieuses.

Bill Gates est également un participant important dans de nombreux groupes et rassemblements sur la sécurité nationale. Il est clairement un patriote, qui a à cœur les intérêts de la sécurité nationale des États-Unis. Et il est entendu que ces intérêts sont favorisés par un plus grand nombre de données et un contrôle accru sur ce que fait le reste du monde.

Spoutnik : COVID-19 et « The Great Lockdown » sont-ils utilisés pour pousser plus loin la « guerre contre l’argent » ?

Norbert Häring : Oui, bien sûr, il est très utilisé à cet égard. Les banques mènent des campagnes de mailing et d’Internet, disant à leurs clients que l’argent liquide est sale et que les cartes ou les solutions de paiement mobiles ne le sont pas. Elles le font malgré l’absence de preuves que le virus peut être transmis par l’argent liquide. La plupart des experts de la santé affirment que [l’argent liquide] n’est pas un canal de transmission pertinent [pour le virus].

Spoutnik : Quelles sont vos préoccupations concernant l’abandon de l’argent liquide dans le monde ? N’est-il pas plus pratique que nous puissions tous détenir et utiliser notre monnaie par voie numérique ?

Norbert Häring : Bien sûr, c’est pratique. Personne n’empêche personne d’utiliser la monnaie numérique. Moi aussi, je l’utilise. Seules certaines entreprises, qui considèrent que les frais des institutions financières sont trop élevés, n’acceptent pas la monnaie numérique. C’est l’une des raisons pour lesquelles ces intermédiaires financiers veulent se débarrasser de l’argent liquide. Pour qu’ils puissent augmenter leurs prix, ce qui n’est pas dans notre intérêt.

Plus important encore : tout ce que nous payons [pour] numériquement est enregistré, vu et stocké par différents fournisseurs de services et aboutit aux informations de notre compte bancaire. S’il n’est plus possible d’utiliser de l’argent liquide, les informations relatives à notre compte bancaire constitueront un journal presque complet de notre vie. Toute personne ayant le pouvoir de les consulter, qui s’intéresse à nous à tout moment, peut voir où nous avons été et ce que nous avons fait pendant chaque jour et chaque heure, des décennies dans le passé.

Beaucoup de gens pensent, à juste titre, que personne n’aura jamais le pouvoir de s’y intéresser suffisamment. Cependant, ils doivent se rendre compte que cela signifie quelque chose pour eux aussi, s’ils doivent vivre dans une société où chaque personne, quelle que soit son importance, est totalement accessible aux puissants et peut donc être victime de chantage ou de destruction à leur guise. C’est incompatible avec la démocratie et une société libre.

Spoutnik : Vous êtes directement impliqué dans une contestation juridique concernant la capacité de payer la redevance obligatoire aux radiodiffuseurs publics en Allemagne en utilisant de l’argent liquide. L’affaire sera bientôt entendue par la Grande Chambre de la Cour de justice de l’Union européenne. Pouvez-vous expliquer brièvement l’importance de cette affaire et pourquoi vous l’avez portée devant la plus haute juridiction de l’UE ?

Norbert Häring : Je n’ai pas vraiment porté l’affaire devant la CJCE moi-même. L’affaire a été portée devant la plus haute juridiction administrative d’Allemagne, le Bundesverwaltungsgericht. Ils étaient d’accord avec moi en ce qui concerne le droit allemand, mais ils n’étaient pas sûrs de la conformité du droit allemand avec le droit européen et ont donc porté l’affaire devant la plus haute juridiction de l’UE.

Je fais cela parce que je veux défendre le droit d’utiliser des espèces et j’ai constaté que nombre des mesures prises pour rendre les espèces peu pratiques et difficiles à utiliser sont en violation du statut des billets et pièces en euros en tant que monnaie ayant cours légal.

Si je gagne, les activistes de la lutte contre l’argent liquide auront plus de mal. Les agences et les bureaux gouvernementaux - y compris l’administration fiscale - ne seront plus autorisés à refuser de prendre de l’argent liquide, ou à exiger des frais supplémentaires pour cela, comme ils le font de plus en plus. Des mesures telles que le plafonnement des paiements en espèces deviendront tout à fait discutables, sur le plan juridique, si je gagne. Il ne sera peut-être pas possible d’en introduire de nouvelles, dans ce cas.

Spoutnik : Quel est le succès de la campagne pour les paiements sans espèces, y a-t-il des résistances et, si oui, d’où viennent-elles ?

Norbert Häring : C’est un processus réussi mais lent dans la plupart des pays riches avec des démocraties qui fonctionnent, parce que les gens se soucient beaucoup de leur droit à utiliser l’argent liquide. En raison de cette résistance de la population, ils ne peuvent utiliser que des mesures indirectes, comme des règlements pour les banques qui rendent l’argent liquide plus incommode et plus cher pour eux, un coût qu’ils répercutent sur les clients. Il existe même un document du FMI qui recommande de telles mesures indirectes pour contourner la résistance de la population.

Comme les ennemis de l’argent liquide font preuve de prudence et que les politiciens protestent toujours que personne ne veut nous enlever notre argent, la résistance politique organisée n’est pas encore un facteur important.

À droite, où les gens sont plus méfiants à l’égard du gouvernement, il y a une certaine [résistance], parce qu’ils voient la menace qui pèse sur les libertés civiles. La gauche, malheureusement, est totalement naïve à cet égard.

Sputnik

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site