Geopolintel

Benjamin Netanyahu préconise la mise en place de puces électroniques pour les enfants

lundi 11 mai 2020

Netanyahu a été critiqué par des experts au lendemain de sa déclaration de pucer les enfants pour l’après confinement.
« Si les informations sur la localisation des enfants sont mises en ligne, un pédophile ayant des connaissances en informatique peut pénétrer le système et les traquer » Einat Meron, cyber-expert.

Les cyber-experts ont critiqué le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour sa proposition de « micro-puce » pour les enfants qui retournent à l’école et au jardin d’enfants, alors que le confinement des coronavirus est levé.

Lors d’une conférence de presse lundi, M. Netanyahu a suggéré au ministère de la santé d’utiliser les nouvelles technologies pour aider Israël à s’adapter à sa nouvelle situation, alors que l’État lève le confinement du coronavirus. « C’est-à-dire une technologie qui n’a pas été utilisée auparavant et qui est autorisée par la législation que nous allons promulguer ».

« J’ai parlé avec nos responsables de la cyber-sécurité afin de trouver les meilleures dispositions pour Israël, notamment pour les capteurs. Par exemple, chaque personne, chaque enfant, je veux que ce soit d’abord pour les enfants d’abord, aurait un capteur qui déclencherait une alarme lorsque vous vous approchez trop, comme ceux des voitures ».

Ynet Einat Meron, experte en cyber-résistance a répondu au premier ministre :

« Il sera difficile de le faire pour plus d’un million d’écoliers qui retournent dans leurs établissements scolaires afin de s’assurer qu’un élève s’assoit à deux mètres d’un autre. C’est de la fiction et c’est dangereux ».
« Théoriquement, je comprends l’idée derrière tout ça », « Mais bien que de telles puces sensibles à la distance existent pour les véhicules, c’est différent chez l’homme ». « Un bip sonore me disant que je me suis rapprochée de quelqu’un est insuffisant. Qui dit que cela va changer quelque chose ? Je me serais rapproché de toute façon ».
« le véritable problème est l’application de la loi, et ici tout change ». « Les enfants équipés de micropuces ne passeront aucun test, que ce soit sur le plan pratique ou juridique ». Tout comme l’idée de Meron selon laquelle le fait d’informer les citoyens de leur distance n’affectera pas leurs actions, beaucoup craignent que l’État utilise les informations disponibles grâce aux capteurs.

« Si les informations sur la localisation des enfants sont mises en ligne sur Internet, un pédophile ayant des connaissances en informatique peut infiltrer le système et les traquer en dehors de leur école, les suivre et distribuer les informations sur d’autres plateformes »
« L’État peut-il en assumer la responsabilité ? »

Le bureau du Premier ministre a répondu à son rapport, en disant que la proposition de Netanyahu « ne doit pas être mise en œuvre par le biais de bases de données, mais par une simple technologie informant les citoyens de leur distance ». C’est une option qui vise à aider les enfants à garder leurs distances, comme Mobileye avec les automobiles".
Le cabinet du Premier ministre ne fait que proposer « une idée qui peut aider à maintenir la distance sociale, et il n’y aura pas de violation de la vie privée ».

Mercredi, le journal Walla a signalé que les déplacements de tous les véhicules en Israël étaient suivis par la police et stockés dans une base de données non réglementée appelée Eagle Eye. Une source de Walla a déclaré que l’information « pourrait être conservée pendant des années ».

L’Association pour les droits civils en Israël (ACRI) aurait soumis une demande en vertu de la loi sur la liberté de l’information pour que la police divulgue l’étendue des opérations d’Eagle Eye, ainsi que le moment où les informations sur les mouvements des citoyens sont stockées dans le système.
La police israélienne a répondu à l’ACRI, affirmant que l’activité du système n’était pas généralisée en interne malgré plusieurs années d’opérations. « De toute façon, une fois finalisée, la procédure ne sera pas divulguée au public », a ajouté la police.

Fin mars, le Yediot Aharonot a signalé qu’une base de données classifiée du Shin Bet (Agence de sécurité israélienne) stockait des informations sur tous les citoyens israéliens et la plupart des Palestiniens de Cisjordanie.
Les données recueillies par l’agence de sécurité comprenaient les déplacements, les appels téléphoniques et les SMS.

The Jerusalem Post 8 mai 2020

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site