Geopolintel

Le groupe Police était une opération psychologique montée par la CIA

vendredi 7 août 2020

William Schaap, juriste, auteur et professeur d’université de renommée mondiale, a beaucoup fait pour exposer le rôle de la CIA dans la culture populaire, en montrant qu’elle consacrait un tiers de son budget à des opérations de propagande médiatique. En tant qu’éditeur de « The Lies of Our Times », Schaap a montré que la CIA possédait 250 réseaux médiatiques différents : radio, télévision et journaux.
L’opération Mockingbird n’a jamais disparu, et aujourd’hui, c’est pire que jamais.

L’influence de la CIA et de ses filiales militaires s’étend au secteur de la musique.
Mais le pire est peut-être le groupe Police, qui a été fondée par Stewart Copeland, le fils d’un agent du SOE et d’un officier de la CIA.
Les Copelands étaient le gang derrière Police, et la CIA était derrière eux.
Le véritable chef du groupe était Stewart Copeland, le fils de Miles Axe Copeland, Jr, un officier de la CIA impliqué dans des coups d’État en Syrie et en Iran. La mère du batteur, Lorraine Adie Copeland, était dans les services secrets britanniques, et son père était neurochirurgien.

Comme l’a dit Miles Copeland dans une interview avec Rolling Stone,
« Ma préoccupation est que la CIA ne renverse pas assez de gouvernements anti-américains ou n’assassine pas assez de dirigeants anti-américains. C’est une sacrée déclaration, surtout si l’on considère l’implication de la CIA dans l’assassinat de tant de personnes. »

Police avait un bon son, et faisait appel à des gens intelligents. Une partie de l’opération psychologique consistait à amener les auditeurs à lire certains livres contenant des idées malsaines. Don’t Stand So Close To Me, l’une de leurs chansons les plus populaires, outre sa description pure et simple du détournement de mineur entre un étudiant et un professeur, cherchait à diriger les auditeurs vers « ce livre de Nabokov », un auteur dont le nom Sting est mal prononcé et qui a écrit des livres sur le viol d’enfants.

Le fils Copeland, batteur de Police a été élevé au Moyen-Orient - sans se rendre compte que son père Miles était un espion envoyé pour déstabiliser la région. Mais, ce qui a contrarié Sting, c’est l’affirmation de Miles Copeland que le groupe Police était une opération de manipulation psychologique.
En 1986, Miles Axe Copeland Jr, 69 ans, a donné une interview mémorable au magazine Rolling Stone. Ses trois fils étaient tous trois des figures de proue de l’industrie musicale - Stewart jouait de la batterie dans Police, Miles III était leur manager et Ian leur agent de réservation - et Miles lui-même avait été trompettiste de jazz dans sa jeunesse. Mais l’interview ne portait pas sur la musique. Le sujet était sa période en tant qu’homme de la CIA au Moyen-Orient entre 1947 et 1957, époque pendant laquelle il a dîné avec le président égyptien Nasser, fait la fête avec l’espion soviétique Kim Philby et, en tant que pionnier des « sales coups », a joué un rôle dans la destitution des dirigeants de la Syrie et de l’Iran. Embarrassant pour son plus jeune fils, il a conclu l’interview en laissant entendre que Police était un psy-op qui jouait des spectacles pour « 70 000 jeunes esprits ouverts à tout ce que Police décidait de leur faire subir ».

« Vous savez que le vieux Sting a eu un jour sans », dit Stewart, touché par le souvenir. « Il connaissait très bien mon père, et il le regrette maintenant, mais il a mal prit le fait qu’il était un pion de la CIA. »

N’ont-ils jamais été dérangés par le fait que leur père leur avait menti ?
« Il ne nous a pas menti », corrige Stewart. « Il ne nous a juste pas raconté toute l’histoire. Mais nous ne l’avons jamais demandé. »

Et vous n’avez jamais deviné ?
« Ça peut vous surprendre de savoir - et ça me surprend de me rappeler - que nous n’y avons pas vraiment pensé. »

Stewart pense que Miles n’aurait pas aimé le titre de My Dad the Spy (« Il était un peu snob à cet égard - ’espion’ était en quelque sorte ringard ») mais je ne pense pas qu’il aurait eu d’autres reproches à formuler. Alors que de nombreux musiciens ont des problèmes non résolus avec leur père, Stewart, dont la rébellion d’adolescent a duré « environ 20 minutes », n’a pas un mauvais souvenir du sien. Dans les reconstitutions dramatisées du podcast, l’acteur Kerry Shale capture le charme sournois du Sud qui a bien servi Miles en tant qu’agent et parent. Pour un homme qui a mené une double vie, il était un personnage remarquablement cohérent.
« Tout ce que j’ai appris à ses côtés dans la maison familiale a été confirmé par les historiens », dit Stewart. « Non seulement sa nature a été décrite exactement comme je me souviens de lui - un homme très jovial, gai, spirituel et charmant - mais aussi les anecdotes ».

Lorsque le livre « Le Jeu des Nations » est sorti, Stewart était étudiant aux États-Unis et la réputation de la CIA était salie par une série de révélations horribles. Néanmoins, il pensait que l’ancien travail de son père était « cool » et n’a jamais révisé cette opinion. Lorsqu’il était dans Police, dit-il, cela n’a jamais été un problème majeur. « Je pense que derrière notre dos, les gens ont bien fait passer les frères Copeland pour des monstres de droite, mais je m’entendais plutôt bien avec tout le monde. Des décennies plus tard, je me souviens d’avoir traîné avec » Rage Against the Machine« et Zack [de la Rocha] me regardait d’une drôle de façon, mais les autres gars étaient amicaux. Son principal problème était que je jouais au polo. »

Pourtant, cela a dû être parfois embarrassant. Dans cette interview de 1986, Miles disait « Ma préoccupation est que la CIA ne renverse pas assez de gouvernements anti-américains ou n’assassine pas assez de dirigeants anti-américains, mais je suppose que je me fais vieux. » Étant donné que Police était sur le point de faire la tête d’affiche de la tournée « Conspiration de l’espoir » d’Amnesty International, n’était-ce pas un peu gênant ?

« Oh, c’est vrai, mon père blaguait », rit Stewart avant de s’arrêter. « Maintenant, je peux sympathiser avec les gens de ces pays qui ne seraient pas amusés par le sens de l’humour de mon père et qui auraient tout à fait le droit de regarder avec méfiance ce gâchis avec le destin de leurs nations ».

Source The Guardian

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site