Geopolintel

Les Maîtres du Monde et le Grand Reset du Covid 19

dimanche 6 décembre 2020


Malgré des chiffres records à la bourse américaine, l’élite financière abandonne le Président Trump.
Leur choix repose sur le tandem Biden/Harris pour imposer la nouvelle dictature financière numérique. Leur voracité les poussent à détruire l’économie du commerce « non essentiel » pour mettre en place l’économie de la chaîne de la dette ainsi que le revenu universel.
L’avenir sera constitué presque entièrement de dettes électroniques - de l’argent produit par des banques privées à un coût pratiquement nul, mais prêté à des taux d’intérêt composés - ou usure.
En termes simples, l’objectif premier de la DTCC est d’établir un contrôle mondial centralisé sur tous les services financiers imaginables et « d’éliminer le mouvement des titres physiques à Wall Street », on parle de « dématérialisation ».
Il faut détruire l’épargne de millions de personnes tout en rapportant des milliards aux « initiés », passer « du physique au numérique ».

Partagez SVP cet article parce que maintenant ils ne sont plus dans l’ombre.

La pandémie de coronavirus est considérée comme le principal risque pour la stabilité financière en 2021, selon une nouvelle enquête de la DTCC

New York/Londres/Hong Kong/Singapour/Sydney,le 2 décembre 2020

La pandémie de coronavirus (COVID-19) est la plus grande menace pour la stabilité financière mondiale en 2021, selon une nouvelle enquête publiée par The Depository Trust and Clearing Corporation (DTCC), la principale infrastructure de marché post-marché pour le secteur mondial des services financiers, près d’un tiers (31 %) des personnes interrogées citant la pandémie comme le principal risque, et deux tiers (67 %) comme un des cinq principaux risques.

Impact de la pandémie COVID-19 sur la stabilité financière en 2021

Plus précisément, à la question de savoir comment la pandémie COVID-19 pourrait affecter la stabilité financière à l’avenir, 68 % des personnes interrogées ont fait part de leurs inquiétudes quant à la tension des évaluations des actions, reflétant des attentes irréalistes quant à la reprise de l’économie. Presque le même pourcentage de personnes interrogées (67 %) pense que les mesures de relance budgétaire, bien qu’elles soient efficaces pour prévenir un effondrement économique à court terme, peuvent avoir des conséquences imprévues qui pourraient perturber la stabilité financière à long terme.

Une majorité de répondants (55 %) s’attend à ce que la volatilité des marchés en 2021 soit nettement plus élevée que les moyennes historiques. De même, 42% des répondants s’attendent à ce que le risque systémique et l’instabilité financière soient plus importants en 2021 qu’en 2020.

« On peut dire sans risque que 2020 peut être classée comme une année qui a défié les prévisions. Lorsque le coronavirus s’est répandu dans le monde en mars, nous avons constaté une volatilité et des volumes d’échanges sans précédent dans presque toutes les classes d’actifs », a commenté Andrew Gray, Group Chief Risk Officer de la DTCC. « Malgré ces conditions difficiles, les infrastructures des marchés financiers du monde entier ont fait preuve de résilience, démontrant ainsi leur rôle crucial dans la sauvegarde de la stabilité financière ».

Autres principaux risques

- Cyber risque : Le risque cybernétique a été cité comme l’un des cinq principaux risques par 54 % des répondants à l’enquête, ce qui représente une baisse par rapport aux 63 % de l’enquête de l’année dernière. Plusieurs répondants ont indiqué que les cyber-attaques sont de plus en plus sophistiquées, ajoutant que le cyber-risque est « toujours une menace sous-jacente ». De nombreuses personnes interrogées ont également souligné la prévalence croissante du risque cybernétique en raison de l’augmentation des environnements de travail à distance à la suite de la pandémie.
- Risques géopolitiques : La moitié des personnes interrogées ont inclus le résultat de l’élection présidentielle américaine parmi leurs cinq principaux risques, soulignant que le résultat de l’élection devrait avoir un impact direct sur les politiques commerciales, fiscales et monétaires pour les prochaines années. Les risques géopolitiques et les tensions commerciales ont été cités comme l’un des cinq principaux risques par 45 % des personnes interrogées cette année.
- La dette mondiale : L’enquête a révélé des préoccupations croissantes quant au risque créé par une dette mondiale excessive, 33 % des personnes interrogées citant ce risque comme l’un des cinq principaux, contre 24 % l’année dernière.

« Les niveaux de la dette mondiale, qui étaient déjà élevés avant l’épidémie de coronavirus, ont augmenté en raison d’une série de mesures de relance et d’accommodements de la politique monétaire », a déclaré Michael Leibrock, responsable du risque systémique à la DTCC. « Bien que ces mesures aient réussi à atténuer une partie de l’impact économique à court terme de la pandémie, la viabilité des niveaux d’endettement élevés qui en résultent pourrait présenter des défis à l’avenir ».

La DTCC réalise chaque année son baromètre du risque systémique, dont la dernière enquête, la prévision du risque 2020, a été publiée en décembre 2019.

166 chefs d’entreprise new-yorkais envoient une lettre ouverte sur la transition présidentielle

Katy Feinberg
press@pfnyc.org
23 novembre 2020

Lettre ouverte sur la transition présidentielle

L’Amérique est ravagée par une pandémie mortelle aux conséquences sociales et économiques énormes. L’attention et l’énergie des dirigeants des secteurs public et privé devraient être entièrement consacrées à l’unification de notre pays pour lutter contre le coronavirus, apporter de l’aide à ceux qui en ont besoin, prévenir de nouvelles perturbations des activités commerciales et pertes d’emplois, et investir dans la reprise et la revitalisation de notre économie.

Chaque jour où un processus de transition présidentielle ordonné est retardé, notre démocratie s’affaiblit aux yeux de nos propres citoyens et la stature de la nation sur la scène mondiale diminue. Notre intérêt national et le respect de l’intégrité de notre processus démocratique exigent que l’administrateur de l’Administration fédérale des services généraux s’assure immédiatement que Joseph R. Biden et Kamala D. Harris sont le président élu et le vice-président élu afin qu’une transition correcte puisse commencer. La rétention de ressources et d’informations vitales à une administration entrante met en danger la santé et la sécurité publique et économique des États-Unis.

En tant que dirigeants d’entreprises et de citoyens qui reflètent la diversité politique du pays, nous demandons instamment le respect du processus démocratique et un soutien unifié à nos dirigeants dûment élus. Il n’y a pas un moment à perdre dans la lutte contre la pandémie et pour que le rétablissement et la guérison de notre nation commencent.

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site