Geopolintel

Qui est responsable de la pandémie de COVID ?

samedi 22 mai 2021

Dès les premiers jours de la pandémie de coronavirus, des preuves ont commencé à apparaître que le virus n’était pas un phénomène évolutif naturel comme l’affirmaient l’OMS, la revue Nature et les rédacteurs du Lancet, mais avait d’autres origines.

Parmi les premiers à soutenir cette théorie, citons le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Lijian Zhou, qui a fait des vagues internationales en partageant deux articles de Larry Romanov sur la possibilité d’un « ciblage génétique » du virus, qui avait un effet disproportionné sur les Iraniens, les Italiens et divers génotypes asiatiques. M. Zhou a rapidement été rejoint par des experts en armes biologiques comme Francis Boyle, par les éminents virologues Luc Montagnier et Judy Mikovits, puis par un nombre croissant d’universitaires, de scientifiques et de chercheurs du monde entier qui ont tous estimé que le séquençage apparent des gènes du virus impliquait une action humaine. Si tous s’accordaient à dire que le COVID semblait provenir d’un laboratoire, on ne savait toujours pas si ce laboratoire était chinois ou contrôlé par les États-Unis.

Une autre question évidente se pose avec cette théorie de laboratoire : s’agissait-il d’une fuite accidentelle ou d’un déploiement conscient ?

Les opérations de jeu de guerre pandémique étant devenues un élément normal de la vie géopolitique occidentale, depuis les premiers jours de Dark Winter en 2000 jusqu’au Lock Step de la Fondation Rockefeller en 2011, en passant par l’Event 201 du Forum économique mondial (et des dizaines d’autres entre-temps), la probabilité d’un déploiement conscient était une possibilité très sérieuse.

Qui avait le motif, les moyens et le modus operandi pour mener à bien une telle opération mondiale ?

La théorie de Wuhan commence

En février 2020, l’hypothèse de la fuite du laboratoire de Wuhan a commencé à faire les gros titres, alimentée par des preuves que le Dr Anthony Fauci avait exporté certaines expériences de coronavirus à gain de fonction des laboratoires d’armes biologiques américains vers l’Institut de virologie de Wuhan - l’un des deux laboratoires BSL-4 en Chine équipés pour mener ce type de recherche.

Lorsque Sir Richard Dearlove (ancien chef du MI6) s’est fait l’avocat de l’hypothèse de la fuite du laboratoire de Wuhan en juin 2020, quelque chose a semblé louche. Dearlove connaissait certainement une chose ou deux sur les armes biologiques. Il connaissait très bien le vaste réseau de laboratoires d’armes biologiques du Pentagone, répartis dans le monde entier, et il comprenait certainement l’art de la diversion, étant lui-même une créature de l’ombre byzantine qui opérait aux plus hauts échelons du renseignement britannique. Après tout, Dearlove était responsable du dossier douteux du « yellowcake » qui a déclenché la guerre en Irak, il était au courant des rapports fallacieux sur les gaz neurotoxiques utilisés par les gouvernements de Libye et de Syrie, parrainés par le MI6, et avait même supervisé des éléments majeurs du Russiagate qui ont entraîné un processus révolutionnaire coloré aux États-Unis. Dearlove connaissait également une chose ou deux sur les laboratoires de Porton Down qui ont fabriqué le Novichok utilisé dans l’affaire Skripal.

Alors que les encouragements de Dearlove à la théorie du laboratoire de Wuhan ont déclenché des sonnettes d’alarme, au fil du temps, aucune preuve irréfutable d’une autre hypothèse de fuite de laboratoire n’est apparue, que l’on pourrait pleinement « porter devant les tribunaux ». À cet égard, l’opération de Dearlove avait le dessus puisque les reçus du NIH de Fauci au laboratoire de Wuhan faisaient opportunément la une des journaux et faisaient office de « pistolet fumant » dans l’esprit de beaucoup.

Avant de passer à la phase suivante de l’histoire, il est important de rappeler que l’absence de preuve empirique n’est pas en soi une preuve de l’innocence d’une partie, tout comme l’existence d’une preuve empirique n’est pas une preuve de la culpabilité d’une autre partie.

Les origines du laboratoire de Wuhan redeviennent virales

Ces dernières semaines, l’hypothèse de la fuite du laboratoire de Wuhan a de nouveau fait fureur.

L’épreuve de force du 10 mai entre Rand Paul et Fauci au sujet du financement par ce dernier de l’Institut de virologie de Wuhan a jeté de l’huile sur le feu. Le reportage de Sky News du 7 mai sur des documents de politique publique chinois discutant d’armes biologiques à base de covid est devenu viral. Le 26 mars, Robert Redfield, ancien responsable du Center of Disease Control, a affirmé son soutien à la théorie de la fuite du laboratoire de Wuhan. Alors que les reçus scannés du transfert de fonds du NIH de Fauci vers la recherche en Chine via Eco Health Alliance (600 000 dollars sont allés à Wuhan) pour la recherche sur le coronavirus étaient disponibles depuis février dernier, on peut se demander pourquoi ce n’est que plus d’un an plus tard que ce fait est diffusé dans le paysage de la perception à tous les niveaux.

Les médias traditionnels et alternatifs du monde occidental, de gauche comme de droite, ont pris le train en marche en accusant la Chine d’avoir divulgué le virus, que ce soit par accident ou intentionnellement (bien que l’intention soit évidemment la conclusion à laquelle on s’attend une fois que la théorie de la fuite du laboratoire de Wuhan est acceptée). Mais une fois de plus, je dois poser la question suivante : dans un monde de mauvaise orientation, de guerre psychologique et de gestion de la perception, les indices que l’on nous donne nous obligent-ils à conclure que le gouvernement chinois est à l’origine de la pandémie mondiale ou bien un autre coupable est-il susceptible d’être trouvé ?

Les dirigeants chinois accusent la CIA

Zeng Guang, épidémiologiste en chef au Centre de contrôle des maladies de Chine, a récemment rejoint le club des conspirateurs le 9 février 2021 dans une interview accordée aux médias chinois. Tout en niant que le laboratoire chinois de Wuhan soit la source du virus, comme tant d’Occidentaux l’ont affirmé, M. Guang a affirmé que les origines du SarsCov2 dans un laboratoire ne devaient pas être écartées. Faisant référence aux vastes laboratoires américains d’armes biologiques qui jonchent la terre (et citant les antécédents avérés des États-Unis en matière de déploiement d’armes biologiques dans le cadre de leur arsenal de guerre asymétrique depuis la Seconde Guerre mondiale), Guang a demandé :

« Pourquoi y a-t-il tant de laboratoires aux États-Unis alors que les laboratoires de biologie sont partout dans le monde ? Quel en est le but ? Dans de nombreux domaines, les États-Unis exigent des autres qu’ils soient ouverts et transparents, pour finalement constater que ce sont les États-Unis eux-mêmes qui sont souvent les plus opaques. Que les États-Unis aient ou non une renommée particulière sur la question du nouveau virus Corona cette fois-ci, ils devraient avoir le courage d’être ouverts et transparents. Les États-Unis devraient assumer la responsabilité de faire leurs preuves devant le monde, plutôt que de s’enfermer dans une pensée hégémonique, de se cacher du virus et de se défausser sur les autres. »

Guang a lui-même été rejoint par la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, qui avait également pointé du doigt le réseau mondialement étendu de laboratoires d’armes biologiques du Pentagone en disant :

« Je voudrais souligner que si les États-Unis respectent vraiment les faits, ils devraient ouvrir le laboratoire biologique de Fort Detrick, donner plus de transparence sur des questions telles que ses plus de 200 laboratoires biologiques à l’étranger, inviter des experts de l’OMS à effectuer un traçage de l’origine aux États-Unis, et répondre aux préoccupations de la communauté internationale par des actions réelles. »

Ceux qui ont tendance à éviter d’examiner l’histoire et la portée de la guerre biologique contrôlée par le Pentagone ont tendance à ignorer le contenu des remarques citées par les responsables chinois ci-dessus pour une multitude de raisons. Premièrement, il est facile de croire que Fauci et Gates sont corrompus, et cette théorie non seulement implique les deux hommes, mais les lie également à un gouvernement chinois que la plupart des Occidentaux, qui ont subi un lavage de cerveau, craignent comme un bastion de l’endettement mondial, du génocide et de l’impérialisme communiste visant à détruire les valeurs occidentales.

Après avoir procédé à un bref examen de certains faits fondamentaux de l’histoire mondiale récente ainsi que de certaines réalités géopolitiques de notre ordre mondial actuel auxquelles le chef du CDC chinois a fait référence, je pense que le laboratoire chinois de Wuhan est en train de se mettre en place. Voici cinq faits à l’appui de mon argumentation...

1) La dépopulation hier et aujourd’hui

Bien que de nombreuses personnes souhaitent éviter de regarder ce fait, la dépopulation est un facteur moteur de la politique internationale unipolaire aujourd’hui, comme elle l’était à l’époque de la Seconde Guerre mondiale, lorsque les intérêts de la Fondation Rockefeller, de la Fondation Macy, de la City de Londres et de Wall Street ont soutenu à la fois la montée du fascisme en tant que solution économique miracle aux problèmes économiques de la grande dépression et l’eugénisme (la science du contrôle de la population) en tant que religion d’un nouveau sacerdoce scientifique.

Aujourd’hui, cet agenda se cache derrière un nouveau mouvement transhumaniste, façonné par des mots comme « quatrième révolution industrielle », « économies décarbonisées » et « grandes réinitialisations ». Les cibles principales de cet agenda restent l’institution des États-nations souverains, et les « zones surpeuplées » du monde, avec un accent sur la Chine, l’Inde, l’Amérique du Sud et l’Afrique.

Pour tous ceux qui seraient instinctivement enclins à balayer de telles affirmations en les qualifiant de « théorie de la conspiration », j’encourage un bref examen du tristement célèbre rapport NSSM-200 de Sir Henry Kissinger : Implications of Worldwide Population Growth for U.S. Security and Overseas Interests, publié en 1974. Ce rapport déclassifié a largement contribué à faire passer la politique étrangère américaine d’une philosophie favorable au développement à un nouveau paradigme de contrôle de la population. Dans son rapport, Kissinger prévient que « si l’on veut maintenir les chiffres futurs dans des limites raisonnables, il est urgent de prendre des mesures pour réduire la fécondité et de les rendre effectives dans les années 1970 et 1980.... (L’aide financière) sera accordée à d’autres pays, en tenant compte de facteurs tels que la croissance démographique... L’aide alimentaire et agricole est vitale pour toute stratégie de développement sensible à la population... L’allocation de ressources rares devrait tenir compte des mesures prises par un pays pour contrôler la population... Il existe une autre opinion selon laquelle des programmes obligatoires pourraient être nécessaires... ».

Dans la logique tordue de Kissinger, la doctrine de la politique étrangère américaine a trop souvent cherché bêtement à mettre fin à la faim en fournissant les moyens du développement industriel et scientifique aux nations pauvres.

Malthusien dans l’âme, Kissinger pensait qu’aider les pauvres à se débrouiller seuls entraînerait un déséquilibre mondial, car les nouvelles classes moyennes consommeraient davantage et utiliseraient les ressources stratégiques se trouvant sur leur propre sol, ce qui déclencherait l’entropie accélérée du système mondial.

Cette situation était jugée inacceptable dans l’esprit de Kissinger et de tout disciple misanthrope de Malthus qui partageait sa vision de l’humanité et du gouvernement.

La société mondiale « maître-esclave » selon Kissinger

Au moment de l’ascension de Kissinger au pouvoir en tant que secrétaire d’État sous Nixon, une nouvelle grande stratégie a été lancée, conçue pour créer une nouvelle dépendance « maître-esclave » entre les secteurs développés et non développés du monde... avec un accent particulier sur les 13 nations ciblées par la NSSM 200 plus la Chine.

La Chine elle-même n’a été autorisée à acquérir la technologie occidentale nécessaire pour commencer à sortir de la pauvreté abjecte qu’à la condition qu’elle obéisse aux exigences des Rockefeller et de la Banque mondiale et que des programmes de politique de l’enfant unique soient imposés pour freiner la croissance démographique.

Kissinger a commencé à organiser ce nouvel ensemble de relations dans la société autour de consommateurs post-industriels « nantis » et d’une classe massive de travailleurs pauvres « démunis » ayant accès à l’industrie, mais restant stagnants, bon marché et sans moyens d’acheter les biens qu’ils produisent. Les autres régions du monde à la peau plus foncée seraient encore plus mal loties, n’ayant ni les moyens de production, ni les moyens de consommation, tout en restant dans des états constants de famine, de guerre et d’arriération. Ces zones d’âge sombre seraient en grande partie constituées d’Afrique subsaharienne et verraient leurs terres riches en ressources exploitées par les intermédiaires et les financiers des entreprises qui tentent de diriger l’ordre mondial au-dessus de « l’ordre obsolète » des États-nations.

Le modèle d’ordre mondial de Kissinger était absolument statique et ne laissait aucune place à la croissance démographique ou au progrès technologique. Mao et la Bande des Quatre, qui ont mené la révolution culturelle, semblaient être hautement compatibles avec le programme de Kissinger. Mais lorsque Mao est mort et que la Bande des Quatre a été emprisonnée à juste titre, une nouvelle stratégie à long terme, connue sous le nom des Quatre Modernisations, conçue par Zhou Enlai et exécutée par Deng Xiaoping, a été lancée. Ce programme était bien plus prévoyant que Kissinger ne le pensait.

La Chine est actuellement un acteur majeur de la croissance démographique

Alors que l’Occident a accéléré son déclin à tous les niveaux mesurables, la Chine s’engage rapidement dans une trajectoire opposée en étendant les investissements à long terme et le développement de technologies avancées à sa propre société ainsi qu’à ses voisins par le biais de projets globaux tels que l’initiative « Belt and Road ».

Alors que sa propre population ne s’est pas remise de la désastreuse politique de l’enfant unique de 1979 et qu’elle est loin d’atteindre les 2,1 enfants par couple nécessaires à une fécondité de remplacement, elle a relevé la limite de l’enfant unique à deux en 2015 et les principaux économistes de la Banque de Chine ont appelé à une élimination totale et immédiate de toutes les limites. Pendant ce temps, l’orientation nationale descendante de la Chine vers l’augmentation de l’énergie libre nécessaire pour soutenir et faire croître l’économie ne ressemble à rien de ce que nous avons vu dans le monde occidental à système fermé depuis de nombreuses décennies.

On oublie souvent que la Chine et l’Inde ont contribué à saboter le programme de la COP-14 de décembre 2009 à Copenhague, qui avait promis d’établir des objectifs de réduction des émissions juridiquement contraignants pour guider la décarbonisation (et la désindustrialisation) d’une grande partie de la société.

Le Guardian de Londres avait rapporté en 2009 que « Copenhague a été un désastre. Tout le monde s’accorde à le dire. Mais la vérité sur ce qui s’est réellement passé risque de se perdre au milieu de la propagande et des inévitables récriminations mutuelles. La vérité est la suivante : La Chine a fait échouer les négociations, a intentionnellement humilié Barack Obama et a insisté sur un »accord« épouvantable pour que les dirigeants occidentaux s’en sortent en portant la responsabilité. »

Apparemment, la Chine et l’Inde, ainsi que des gouvernements africains comme le Soudan (qui n’avait pas encore été découpé sous l’œil attentif de la boursière de Rhodes Susan Rice) ne souhaitaient pas sacrifier leur industrie et leur souveraineté nationale sur l’autel des modèles de changement climatique et des technocrates qui, quelques semaines auparavant, avaient été publiquement démasqués comme des fraudes par des chercheurs de l’université d’East Anglia lors de l’embarrassant scandale du Climategate.

Alors que la Chine et l’Inde devraient être célébrées pour avoir saboté cet effort il y a 11 ans, très peu de personnes ont pu garder ce événement en mémoire, et encore moins réalisent comment cette lutte pour la souveraineté était liée de quelque manière que ce soit à la création en 2013 par la Chine de l’initiative « Belt and Road » comme force vitale derrière l’Alliance multipolaire émergente.

3) Soros à Davos 2020 : Les deux plus grandes menaces pour l’Open Society : les États-Unis de Donald Trump et la Chine de Xi Jinping

Lors de son discours de Davos de janvier 2020, Soros a visé à la fois Trump et Xi Jinping comme étant les deux plus grandes menaces pour son Open Society qu’il fallait arrêter à tout prix. En septembre 2019 (juste au moment où l’événement 201 se produisait), Soros a écrit dans le Wall Street Journal :

« En tant que fondateur des Fondations Open Society, mon intérêt à vaincre la Chine de Xi Jinping va au-delà des intérêts nationaux américains. Comme je l’ai expliqué dans un discours à Davos au début de l’année, je crois que le système de crédit social que Pékin est en train de construire, si on le laisse s’étendre, pourrait sonner le glas des sociétés ouvertes non seulement en Chine mais aussi dans le monde entier. »

Avant de s’embourber dans le récit du « virus chinois », Donald Trump avait travaillé exceptionnellement dur pour mettre l’accent sur les bonnes relations avec la Chine et avait même géré l’un des accords commerciaux les plus importants qui était passé avec succès à la phase 1 la semaine où Soros s’est exprimé à Davos. Cette première phase impliquait la création par la Chine d’un marché pour l’achat de produits finis américains dans le cadre du programme de reconstruction du secteur manufacturier américain perdu qui s’était vidé au cours de cinq décennies de « post industrialisme ». Alors que Kissinger qualifiait l’ALENA de « mesure la plus créative vers un nouvel ordre mondial prise par un groupe de pays depuis la fin de la guerre froide », Trump est allé loin en renégociant le traité anti-Etat-nation, donnant aux Etats-nations un rôle à jouer dans l’élaboration de la politique économique pour la première fois en plus de 25 ans.

Il est important de rappeler également que Trump a résisté aux faucons de guerre qui poussent à un encerclement militaire total de la Chine, entamé dans le cadre du pivot asiatique d’Obama, qui menace aujourd’hui de guerre nucléaire. Il a retiré le carburant de l’encerclement de la Chine par les missiles THAAD, qui a justifié son expansion par la « menace nord-coréenne » pendant plus d’une décennie - en niant toujours le fait que les véritables cibles étaient la Russie et la Chine. La volonté de Trump d’établir des relations amicales avec Kim Jong Un a eu des ramifications beaucoup plus importantes dans le changement de la politique militaire américaine dans le Pacifique que beaucoup ne l’ont réalisé, bien que ce fait n’ait certainement pas échappé à l’intelligentsia chinoise.

Si les opérations révolutionnaires de couleur menées par Soros et le CIA n’ont pas réussi jusqu’à présent à diviser la Chine à Hong Kong, au Tibet et au Xinjiang, elles ont été couronnées de succès aux États-Unis.

4) Le complexe mondial d’armes biologiques du Pentagone est un fait.

Alors que la Chine est l’heureux propriétaire de DEUX laboratoires de niveau de sécurité biologique 4 (tous deux situés à l’intérieur de ses frontières), un vaste éventail de dizaines de laboratoires d’armes biologiques gérés par le Pentagone jonchent le paysage international. Leur nombre exact est difficile à estimer, comme l’a déclaré Alexei Mukhin (directeur général du Centre d’information politique de Russie) dans une interview de mai 2020 :

« Selon le ministère russe de la Défense, dans l’espace post-soviétique, 65 bio-laboratoires secrets américains fonctionnent : 15 en Ukraine, 12 en Arménie, 15 en Géorgie, 4 au Kazakhstan. Aux États-Unis, une telle activité est interdite. Par conséquent, le Pentagone, dans ses propres lois, est engagé dans des activités illégales (dans l’esprit, pas dans la lettre). L’objectif est la création d’armes biologiques dirigées contre les peuples qui habitaient le territoire de l’URSS. »

En 2018, la journaliste d’investigation Dilya Gaytandzhieva a documenté le budget de plusieurs milliards de dollars du Pentagone qui entretient des laboratoires d’armes biologiques dans 25 nations (et 11 au sein même des États-Unis) qui a augmenté de manière exponentielle depuis l’attaque à l’anthrax bioweaponisé de décembre 2001 [à la suite du 11 Septembre] qui a tué cinq Américains et justifié une augmentation hyperbolique de la guerre par armes biologiques pour passer de 5 milliards de dollars lorsque la loi Bioshield de Cheney a été adoptée en 2004 à plus de 50 milliards de dollars aujourd’hui.

En outre, un document de politique générale d’octobre 2000 co-écrit par William Kristol, John Bolton, Richard Perle, Dick Cheney, Paul Wolfowitz, Elliot Abrams et Donald Rumsfeld, intitulé Rebuilding America’s Defenses (RAD), indique explicitement que dans le nouveau siècle américain, « les combats se dérouleront probablement dans de nouvelles dimensions : Dans l’espace, le cyberespace et peut-être le monde des microbes... des formes avancées de guerre biologique qui peuvent »cibler« des génotypes spécifiques peuvent transformer la guerre biologique du domaine de la terreur en un outil politiquement utile ». [1]

5) Les scénarios de jeux de guerre internationaux sur les pandémies ont jeté les bases de la réponse internationale au Covid. Pas la Chine

La force motrice de ces exercices de jeu de guerre sur les armes biologiques, tels que l’opération Dark Winter de juin 2000, le rapport de mai 2010 de la Fondation Rockefeller intitulé Operation Lock step et les exercices de pandémie du Forum économique mondial, de la Fondation Gates et du CIA Event 201, indique que la Chine n’est pas le lien de causalité.

Dans l’ensemble, ces faits m’ont persuadé que la Chine est en train d’être piégée et qu’elle est en fait une cible primaire pour la destruction.

Il est absurde de penser que la Chine puisse se retrouver bénéficiaire d’un virus aussi irresponsable qui a frappé sa propre économie, accéléré l’éclatement de la bulle financière mondiale et anéanti les fondements de la stabilité internationale... surtout si l’on considère que tout ce que la Chine a fait au cours des dernières décennies témoigne d’un désir constant de créer la stabilité, le développement à long terme et la coopération gagnant-gagnant avec la communauté internationale.

Rien de semblable n’a été observé parmi les membres des Five Eyes ou de leur réseau transatlantique d’impérialistes hypertrophiés.

L’oligarchie qui dirige le système transatlantique aime certainement le contrôle centralisé que l’on trouve dans le système chinois, et elle adore le crédit social behavioriste, mais son admiration s’arrête là. Les types Kissinger, Gates, Carney ou Schwab détestent et craignent tout ce que la Chine a réellement fait pour le développement, la fin de la pauvreté, la croissance démographique, les banques nationales, la génération de crédit à long terme, la construction d’économies industrielles à spectre complet et la défense de la souveraineté avec la Russie, avec laquelle ils sont étroitement liés dans l’alliance multipolaire eurasienne.

Traduit de : https://www.strategic-culture.org/n...

Notes

[1Lire à ce sujet : http://www.geopolintel.fr/article18...

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site