Geopolintel

Leur morale et la nôtre IV

mercredi 21 juillet 2021

Coup d’État sanitaire… La tyrannie démocratique en marche

L’intervention du chef de l’État sur le fond roide de la Tour Eiffel (un bien étrange décor !1) ce 12 juillet 2021, a été une véritable douche froide pour beaucoup de nos concitoyens… Dont la réaction - pour près de trois millions d’entre eux - de bêtes apeurées, paniquées à l’idée de manquer le denier vol pour le soleil des tropiques, et qui ont, dès le lendemain, fait le siège des salles de shoot autrement appelées vaccinodromes… 20.000 rendez-vous pris chaque minute sur le site de réservation Doctolib ! Comme si leur survie en dépendait alors qu’en réalité ils ignorent quels poisons à retardement ils sollicitent avec tant d’ardeur. Toxiques qu’apparemment certains musulmans refusent avec une louable vigueur – le vaccin étant haram et non halal, puisque contenant un infernal cocktail de cellules embryonnaires de fœtus humain avorté et d’adénovirus du chimpanzé… ! Des données très exactes, mais inaccessibles au grand public trop amorphe pour s’informer par lui-même avec les moyens pourtant à sa portée, mieux vaut se vider la tête avec Netflix ou s’envoyer des canettes en regardant un match de foot !

Admettons que du monde tel qu’il est, nul n’est véritablement et pleinement informé (malgré la saturation de nos cervelles par des nuées de messages parasites), si ce n’est en creux, en négatif comme lorsqu’on apprend que telle députée de LAREM a été menacée de mort sur les réseaux2. Évidemment pas par le pékin de base, plutôt moutonnier, mais peut-être en passe cependant, lui aussi de devenir enragé… De la même manière, la brutale décision d’exclure les non-vaccinés de la vie courante (ainsi l’interdiction de prendre le train, mais pas le métro, comprenne qui pourra !) révèle ex abrupto une vérité soigneusement occultée, à savoir que la moitié des Français s’était refusée (abstenue) jusque-là, en dépit de l’ahurissant matraque quotidien, de se faire injecter des substances particulièrement douteuses. D’ailleurs quel médecin serait aujourd’hui assez rebelle pour informer son patient que lui-même ignore, en le vaccinant, les conséquences possibles de son acte médical ? Les autorités sanitaires, dans leur intransparence, n’en savent pas plus que ce que les laboratoires – honnêtement déontologiques et véridiques par définition – ont bien voulu leur dire par le biais de rapports non truqués et non orientés…

Psychopathologie élyséenne

En fait, le discours martial du psychopathe élyséen fut l’occasion d’achever de déchirer le voile de Maya, celui de l’Illusion… Et c’en fut presque un soulagement. Parce que M. Macron est enfin apparu en pleine lumière montrant son vrai et lugubre visage… celui dur, fermé et malveillant d’un autocrate au petit pied, un homonculus politique3. Les traits d’un mannequin du musée Grévin, juste assez ripolinés par le fond de teint, le visage d’un pervers narcissique jouant un coup audacieux (et périlleux à y bien regarder) dans une partie de poker menteur4. Néanmoins jamais un coup de dés n’abolira le hasard 5 fût-il à terme funeste ! Et disons-le tout net, l’oukase présidentiel de la vingtième heure, le coup de force à prétexte sanitaire perpétré lundi soir, est un pari risqué. Presque un quitte ou double ! Voyons cela…

Parce que ce faisant, en brandissant les foudres de la loi (45.000 € d’amende et un an d’emprisonnement pour les bistrotiers transformés en kapos de leurs clients, ces cochons de payant, et insuffisamment vigilants quant à la détention ou la validité des QRcode), Macron n’obéit pas, bien entendu, à une sur-nécessité de salut public6. Non ! Le variant Δ n’est évidemment pas le sceau de l’Apocalypse et seules les autorités sanitaires hexagonales s’avancent à en menacer nos chers Céfrans devenus (potentiellement) responsables de la fin du monde. Ceci à l’instar du clone Canadien Justin Trudeau qui semble mimétiquement en proie à une semblable crise d’hystérie7 …

À contre-sens, le Royaume-Uni désamorce la crise8 et l’Allemagne fédérale, la Bundesrepublik, par la voix de sa chancelière, refuse derechef l’obligation vaccinale. En réalité, M. Macron est un homme isolé ce qui échappe à une majorité de Français, prisonniers qu’ils sont d’une énorme bulle de mensonge médiatique… On vient de le voir une fois encore dans le traitement des manifestations anti-vaccinales du samedi 17 qui, à travers toute la France ont rassemblé des centaines de milliers de protestataires… 114.000 aux dires du ministère de l’Intérieur, vraisemblablement dix fois plus ! Retenons que toutes les limites sont franchies en ce qui concerne le cynique et vicieux trucage de l’information et la grande menterie par omission… Des défilés à peine mentionnés avant 23 h dans les journaux télévisés du soir dont les titres ne relevaient qu’un foyer épidémique et des cas de dopage dans le village olympique de Tokyo ou plus normalement, les inondations catastrophiques du Bade Wurtemberg. Pareillement, qui sait que le président Macron fut copieusement sifflé et conspué lors de sa descente des Champs Élysées à l’occasion du défilé du 14 juillet ? Tout comme il fut vigoureusement interpellé à Lourdes le lendemain… De là à dire, à penser ou à imaginer que M. Macron soit une tête à claques ? Certains pourraient succomber à la tentation de passer à l’acte. Le 8 juin dernier, Damien Tarel aujourd’hui embastillé, n’a, apparemment, pas su ou pu résister… !

Macron à Lourdes… quel miracle espère-t-il ?

Mais qu’allait-il faire là cet athée militant ? Solliciter un miracle parce qu’il se sait lui aussi le dos au mur, lui, ses épigones, ses suppôts et ses séides ? Au secours Benalla… ! « Qui n’a pas été mon amant » Macron dixit le 24 juillet 2018 ! Comprenons que s’il venait à manquer son coup (d’État sous couverture sanitaire) il pourrait peut-être lui en cuire parce que beaucoup rêvent à haute voix de lui demander des comptes, entre autres choses pour l’usage extensif du Rivotril au début de l’année 2020, ce puissant et létal analgésique utilisé pour euthanasier in extenso nos vieillards, notamment dans les Ehpad, ce qui permit de soulager les services de réanimation dans les hôpitaux publics tandis que les capacités d’accueil du secteur privé restaient largement inemployées. La foule du samedi 17 ne scandait-elle pas « Macron assassin »9 ?

Un slogan bien peu anodin et très exceptionnel en ce qui regarde un chef d’État en exercice qui pourrait donner tort à ceux qui voient la bronca populaire anti-vaxx vouée à l’échec à l’instar des grandes manifestations mondiales du 15 février et des 22/23 mars 2003 contre la guerre occidentaliste en Irak ou de la Manif pour tous qui en France, en novembre et décembre 2012 mobilisèrent quelque deux millions de citoyens contre le mariage homosexuel. Un pessimisme réaliste tout à fait recevable car ceux qui sont conscients des vrais enjeux, les éveillés, sont effectivement minoritaires par rapport à la foule des moujeons (hybrides chimériques de pigeons et de moutons !). Reste que la balance pourrait se mettre à pencher dans l’autre sens.

Car le point de bascule serait le cas échéant prêt à être atteint si l’on considère que les enjeux sont vitaux aux yeux d’un nombre toujours croissant d’indépendants et d’entrepreneurs qui découvrent avec stupeur que les compagnies d’assurance ne couvrent pas les accidents vaccinaux10 et les arrêts de travail qui peuvent s’ensuivre. Notons la surreprésentation des jeunes gens au sein des 150.000 manifestants (« quelques milliers » pour BFMTv) qui défilèrent samedi 17 juillet à Paris aux cris de « Liberté, liberté… À bas la dictature… Macron démission… Assassin… touche pas à nos enfants ». Oui M. Macron et ses ministres ont du mouron à se faire, la partie est pour eux loin d’être gagnée !

Macron le Grand

M. Macron selon toute vraisemblance, se voit un destin européen (là où Napoléon et Giscard d’Estaing ont échoué). « Sa » présidence du Conseil de l’Union à venir – celle de l’État français de janvier à juin 2022 - ne devrait constituer pour sa petite personne qu’une sorte de hors d’œuvre tout en lui servant de toile de fond valorisante pour l’élection présidentielle du mois de mai… Une apothéose espère-t-il ! Ce pourquoi M. le président Foutriquet [cf. Pierre Boutang « Contre Giscard - Précis de foutriquet » 1981] veut la France à sa botte, docile et soumise. Or pour ce faire quoi de plus efficace que la politique de la peur, une peur badigeonnée de science et doctement martelée jour après jour dans les lucarnes par les Diafoirus et les Purgon de service… les Karine Lacombe, les Martin Blachier, les Jean-François Delfraissy et consorts ?

Nous ne disons surtout pas – bis repetita – que le virus ne tue pas. Certes le bétacoronavirus SARS-Cov-2 tue, mais guère plus qu’une méchante grippe (en France l’influenza cause de huit à seize mille morts par an). Ne confondons pas le nombre de contaminés dépistés (12.532 au 18 juillet) et sa létalité dérisoire par comparaison aux cancers, au paludisme, au sida et aux famines11 … mais à l’arrivée sans doute beaucoup moins que la casse sociale induite par la manière dont la crise sanitaire aura été traitée. Il ne s’agit pas ici uniquement des dégâts économiques collatéraux mais de la façon dont l’existence de certaines catégories sociales et classes d’âge auront été impactée par une gestion de crise essentiellement politique et non médicale. Il est à ce propos assez légitime de se demander si, le président Macron et ses courtisans, allant au-delà de son cahier des charges mondialiste (avant que d’être bruxellois), n’exerce pas en outre une sourde vengeance pour les avanies que lui font subir la frange récalcitrante de la population et au-delà : gifle publique, abstention massive – 65,7% - aux élections départementales et régionales ? M. Hollande était méprisé, pour sa part, M. Macron est vomi !

Toutefois, avec Le Matin d’Algérie du 16 juillet (un organe de presse légèrement teinté de marxisme ce qui n’invalide pas pour autant ses analyses), il devient opportun de se demander si « le coup d’État sanitaire [macronien] n’est pas destiné à justifier et légitimer l’accélération de la destruction des infrastructures économiques considérées comme obsolètes du point de vue du grand Capital, grâce à une énième vague de propagande sanitaire appuyée sur un traitement anxiogène de l’information propre à susciter un état de sidération sur fond de psychose collective » ? La formulation est un peu fibreuse, mais la question reste pertinente. Évoquant la situation des indépendants, commerçants et artisans : « On voudrait entraîner la faillite (en vérité programmée depuis bientôt deux ans) de tous ces secteurs dits non-essentiels déjà fragilisés par la crise qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Après avoir subi des mois durant la fermeture de leurs établissements, ces entreprises, avec les mesures contraignantes qu’elles doivent gérer, vont être confrontées à la désaffection de la clientèle réfractaire au passeport sanitaire jugé liberticide… Depuis le début de l’année 2021, sous la pression des industries pharmaceutiques, ces gouvernants imposent la vaccination au moyen de thérapies géniques encore en phase expérimentale, à l’efficacité douteuse et à l’innocuité hypothétique, selon de nombreux experts12 ».

Conspiration à ciel ouvert

Fait troublant apportant de l’eau au moulin des conspirationniste adeptes de la Grande réinitialisation du logiciel économique (Great Reset13), la synchronisation des mesures prises avec celles – par exemple [v.supra] – que vient de faire adopter au Canada Justin Trudeau (clone nord-américain de Macron), tend à montrer que nous subirions en l’occurrence l’action pernicieuse d’un agenda mondialiste. Soit, en un mot, une conspiration à ciel ouvert contre les peuples occidentaux. Assurément la coïncidence - si c’en est une - interpelle vivement !

Reste que le propre de ce type de conjuration est d’être invisible aux yeux du plus grand nombre parce que trop évidente, l’histoire de « La lettre cachée » d’Edgar Allan Poe… Ou de l’air qui nous entoure et que nous ne voyons pas ! Complot indiscernable donc par ceux qui se refusent à croire que l’État Moloch puisse ne pas être totalement bienveillant envers tout un chacun, ne pas rechercher le souverain bien commun à travers des politiques strictement favorable à la nation en général (en fait la destruction régulière des lits d’hôpitaux indique sans équivoque que l’objectif aujourd’hui poursuivi est à terme, la privatisation quasi complète de la Santé) et qu’à ce titre il est impossible, impensable que l’État puisse délibérément se fourvoyer et favoriser des intérêts divergents ou particuliers. C’est ignorer la place qu’occupent les groupes de pression, les mafias, les camarillas, les tout puissants réseaux, les fraternités occultes. De même la croyance débile en ce que les lucarnes sont/seraient l’incarnation de la vérité révélée et les journalistes des puits de science exacte. Consternant préjugés qui tracent une cruelle ligne de démarcation entre la France des jobards et celle de ceux qui s’efforcent tant bien que mal de conserver une esquisse d’autonomie de la pensée et du consentement !

Gardons aussi, finalement, à l’esprit que M. Macron doit sa bonne fortune au laboratoire Pfizer,14 mis tant à l’honneur en ces pénibles temps de déshérence, laquelle entreprise multinationale commercialise le vaccin phare de la lutte anti-covid. N’oublions pas que selon l’adage populaire “il pleut là où c’est mouillé” il serait extraordinaire que personne n’ai concédé à M. Macron un dépassement d’honoraires ni n’ai songé à un renvoi d’ascenseur. Ce serait top cruel ! Et puis ce n’est pas votre serviteur qui le dit mais la bible vespérale du Nouveau Monde en Marche : « Sur les trois premiers mois de 2021, le vaccin à ARN messager de Pfizer – développé en partenariat avec l’allemand BioNTech avec lequel il partage pour moitié les profits – a rapporté 3,5 milliards de dollars (2,9 milliards d’euros)… L’industriel a déjà expédié plus de 430 millions de doses dans le monde…Pfizer a ainsi dû revoir ses prévisions à la hausse pour la commercialisation de ses vaccins. Au lieu des 15 milliards de dollars [de profit] prévus pour l’année, le groupe estime que ses ventes atteindront 26 milliards de dollars. Quant à son compatriote, Moderna, qui a débuté ses livraisons de vaccins aux États-Unis en même temps que Pfizer, il compte engranger 18 milliards de dollars en 2021. Son patron, le Français Stéphane Bancel, est aujourd’hui milliardaire avec une fortune estimée à 3,5 milliards d’euros. Tout comme Ugur Sahin, fondateur et dirigeant de BioNTech. La capitalisation boursière de Moderna a été multipliée par 3,5 en un an, pour atteindre 69,5 milliards de dollars. Celle de BioNTech s’élève actuellement à près de 43 milliards de dollars. [En comparaison] les ventes de vaccins d’AstraZeneca (275 millions de dollars) et de Johnson & Johnson (100 millions de dollars) font pâle figure » [lemonde.fr5mai21].

Les falaises de marbre de la haute finance

On comprendra aisément qu’au pied des falaises de marbre du gros argent, nos aimables (et courageux) dissidents ne fassent pas le poids et que des pressions himalayennes soient exercés sur eux. Que dans cette méchante perspective, des poursuites (devant les chambres disciplinaires de première instance) soient engagées depuis le 9 juillet contre des praticiens récalcitrants (sans doute des Gaulois réfractaires ?) par le Conseil national de l’ordre des médecins parmi lesquels (liste non exhaustive) la députée du Bas-Rhin et psychiatre, Martine Wonner (ex-membre de LAREM, exclue, ce 18 juillet, au lendemain du grand rassemblement parisien, du groupe parlementaire Libertés et territoires – exclusion qui donne la mesure de la servilité et de l’abaissement de la représentation nationale15), l’anesthésiste-réanimateur Louis Fouché, fondateur de Réinfo Covid ou bien le Nobel de médecine, le Pr. Luc Montagnier (qui formule l’hypothèse selon laquelle les variants seraient en partie le produit et la conséquence des vaccins) ; au second rang, viennent les Dr. Peter El Baze, Vincent Reliquet, Denis Agret, François-Xavier Richez et deux généralistes de l’Île Bourbon (devenue La Réunion en 193), les Dr Antoine Venault et Hélène Bouscal ainsi que le Dr. Laurent Montesino, anesthésiste-réanimateur… Qu’enfin des poursuites (devant les chambres disciplinaires de première instance) soient engagées depuis le 9 juillet contre ces praticiens récalcitrants (sans doute des Gaulois réfractaires ?) par le Conseil national de l’ordre des médecins. Nous ne parlerons pas des Pr. Perronne et Raoult également objet de harcèlement et de chantages de toutes natures mais tout aussi intraitables.

Maintenant soyons pleinement rassurés, la Haute Autorité de Santé (HAS) se prépare à annoncer une vaccination obligatoire généralisée. De ce point de vue, dès à présent, elle « recommande que soit envisagée sans délai l’obligation vaccinale de l’ensemble des professionnels en contact avec des personnes vulnérables. Au-delà, au vu de la progression actuelle de l’épidémie, il est nécessaire d’entamer dès à présent la réflexion sur une extension plus importante de cette obligation vaccinale en population générale afin de pouvoir prendre à temps cette décision si elle s’imposait ». Nous savons par conséquent d’ores et déjà à quelle sauce il est prévu que nous soyons mangés. Raison de plus pour ne plus rien concéder et tout faire pour dégager si possible ceux qui prévoient de nous enfermer à vie dans des camisoles chimiques…

Le 19 juillet 2021

1 Décor qui n’est pas sans rappeler celui de la scène finale du film « L’union sacrée » d’Alexandre Arcady (1989), au cours de laquelle l’alliance improbable d’un policier juif avec un musulman agent de la DGSE, aboutit, sur fond de Tour Eiffel, à l’explosion du véhicule de diplomates iraniens tout à la fois narcotrafiquants et terroristes.

2 Les adénovirus possèdent la capacité d’induire chez les mammifères des réactions immunitaires innées et adaptatives. Le 14 juillet, Patricia Mirallès, députée de l’Hérault annonçait un dépôt de plainte après avoir reçu des menaces de mort via Twitter.

3 « Être vivant de très petite taille aux pouvoirs néfastes et surnaturels que les alchimistes du moyen âge prétendaient pouvoir créer ; expression caricaturale et amoindrie de l’homme » [Centre nationale des ressources textuelles et lexicales]. Son parti LAREM ne représente plus après les dernières élections départementales et régionales que 3,5% des inscrits ; il est aussi vrai que ce parti virtuel a initialement raflé la mise parlementaire au palais Bourbon – la majorité absolue - avec seulement environ 13% des ressortissants français en capacité de voter. Pas belle la démocrassie ?

4 Le Poker menteur est un jeu de dés fondé sur le bluff qui se joue à deux ou plusieurs, avec un optimum à partir de 5 joueurs.

5 Poème de Stéphane Mallarmé (1897).

6 Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la conduite de M. Macron n’a pas sa source dans un terrible secret des dieux qui lui imposerait de prendre des mesures extrêmes ; non, aucun tsunami viral n’est en train de déferler (sinon le branle-bas de combat aurait sonné simultanément dans toute l’Europe) ; non M. Macron ne dispose pas d’informations engageant l’avenir et la survie des nations ; oui, M. Macron ne voit pas plus loin que le bout de ses ambitions et de son nez, un appendice nasal virtuel aussi long que celui de Pinocchio pris en flagrant délire. Certes M. Macron est malin, retors, et cela lui tient lieu d’intelligence. Reste qu’il vient d’abattre ses cartes et que son bluff criminel risque au final de lui faire perdre la main.

7 Témoignage de la plasticienne Marie Delarue [bv13juil21] : « Des amis sont arrivés de Montréal : trois enfants de 6, 8 et 11 ans et leurs parents doublement vaccinés. Tests obligatoires au départ, dans l’aéroport : 3 x 150 dollars. Idem au retour : 3 x 150 dollars + réservation obligatoire d’une « chambre Covid » dans un hôtel agréé par le gouvernement canadien : 1.300 dollars + quarantaine obligatoire des enfants au retour. Quinze jours bouclés à la maison ». Au jour de leur départ, il n’y avait que 700 cas positifs de Covid dans tout le Québec et seulement 65 pour Montréal sur 1,78 million d’habitants ! ».

8 Malgré l’apparente augmentation des contaminations par le variant delta, Premier ministre Boris Johnson entend « permettre à chacun de prendre ses propres décisions dans la gestion du virus » S’appuyant sur la « responsabilité individuelle » Johnson a décrété la fin du port du masque obligatoire pour le 5 et de la distanciation sociale pour le 19 juillet.

9 Parmi les slogans « Liberté, liberté… À bas la dictature… Macron démission… Touche pas à nos enfants ». Ont défilé à Paris quelque 150.000, « quelques milliers » dans tout le pays pour les honnêtes gens de BFMTv, la bien-informée. Notons une forte majorité de jeunes apparemment décidés à prendre leur destin sanitaire en mains. Voir youtube.com/watch ?v=N2R8ALsmPnE

10 Aux États-Unis, entre le moment où les vaccins ont été utilisés et le 28 juin 2021, on a enregistré 4812 décès de personnes vaccinées selon l’US Vaccine Adverse Event Reporting System, soit autant qu’en trois décennies après vaccination. S’y ajoute 384.270 effets indésirables recensés dont 4996 invalides permanents. Pour les 27 pays de l’Union européenne, EudraVigilance indique officiellement qu’au 19 juin 2021, 15.472 décès et 1.509.266 effets secondaires plus ou moins graves signalés à la suite de l’injection de l’un des quatre vaccins expérimentaux contre le Covid-19.

11 Gén. Dominique Delawarde, sysnthèse mensuelle du 17 juillet 2021 : « Après 18 mois d’épidémie, le taux de mortalité Covid planétaire reste dérisoire (0,525 pour mille habitants). La population terrestre continue d’augmenter malgré cela au rythme élevé de 70 à 73 millions d’habitants par an. En 18 mois, l’épidémie aura tué 4,1 millions d’individus très âgés, fragiles, le plus souvent déjà malades tandis que plus de 100 millions sont décédés dans le monde de causes diverses… ».

12 lematindalgerie.com/une-enieme-vague-de-coups-detat-sanitaires-deferle-sur-le-camp-atlantiste-i

13 Cf. Klaus Schwab, fondateur et président du Forum économique mondial de Davos « Covid-19 : La grande réinitialisation » 2020.

14 Entre 2008 à 2012, en tant que gérant puis associé-gérant de la Banque Rothschild, Emmanuel Macron n’a conclu qu’une seule et très juteuse transaction, laquelle lui a substantiellement rempli les poches, le rachat par Nestlé du département Nutrition infantile de l’américain Pfizer, avec Danone pour concurrent : une transaction de douze milliards d’euros. Il est plus que vraisemblable qu’à cette occasion des liens personnels avec les cadres dirigeants de ces multinationales se soient noués.

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site