Geopolintel

Stratégie vaccinale : satisfecit pour McKinsey

mardi 17 août 2021

Si le gouvernement a fait appel aux cabinets de consulting pour gérer la campagne de vaccination, c’est que nos politiques sont nuls. Ils ne savent que parler, ils n’ont jamais crée d’entreprise. L’ENA ne forme que des technocrates qui tricotent les lois et gèrent des entreprises dont ils ne sont pas les concepteurs.
Monter une « boîte » c’est prendre des risque avec son propre argent et passer quelques nuits difficiles pour boucler la fin du mois et jongler avec une règlementation qui est à mille lieux de la réalité économique.
La seule chose dont ils peuvent se targuer c’est d’avoir fait croquer les amis qui financent les comptes off shore, avec comme tête de proue LVMH et son OPA sur Dior.
Xavier Niel peut aussi remercier son beau père, lui qui avait fait fortune dans le Minitel rose et les peep-shows. Niel a été mis en examen et incarcéré pour proxénétisme aggravé.
Il a été actionnaire de peep-shows ­ un à Paris, deux à Strasbourg, comprenant des groupes de prostituées.
« Vous n’entendrez plus jamais parler de moi », confiait-il, à l’époque.
Sauf que l’on retrouve notre maquereau dans le projet de Macron et la French Tech.
Il était super content que l’administration française soit obligée de se conformer à ces minables profiteur de nos impôts, puisque depuis la disparition de L’ISF, les actionnaires (personne morale) de Start UP ne payent aucun impôt. La France est un paradis fiscal pour les start uper.

Le Wall Street Journal a interrogé Emmanuel Macron sur ses anciennes fonctions de banquier d’affaires, sa réponse fut surprenante : On est comme une sorte de prostituée. Le job, c’est de séduire.

Il avoue même qu’il est un « salopard de banquier ultra-libéral »

Oui on comptera les morts à la fin.

Depuis le début de la campagne de vaccination, plus de 40 millions de Français ont reçu au moins une injection et plus de la moitié de la population a finalisé un schéma vaccinal complet. Tels sont les derniers chiffres postés par le Ministère de la Santé sur la réalité de la campagne vaccinale sur le territoire national.

Au soutien dans la stratégie vaccinale du gouvernement depuis le début : le cabinet de conseil en stratégie McKinsey, appelé pour le cadrage logistique, la coordination opérationnelle et un benchmarking international. Un accompagnement de la firme américaine qui a fait couler beaucoup d’encre, entre autres pour des coûts de prestation de l’ordre de 2 M€/mois, mais qui avait été prolongé au printemps.

Et un objectif du gouvernement : d’ici fin août, l’ambition est d’atteindre 75 % d’adultes primo-vaccinés.
Selon les analystes, s’il est aujourd’hui assez peu probable que les deux-tiers de Français ne seront pas vaccinés d’ici la rentrée, la faute ne pourra pas être imputée à la logistique et à la coordination vaccinale mis en place : stocks et distribution des vaccins, ouvertures de vaccinodromes…

Selon Dominique Seux, le directeur délégué de la rédaction des Echos, les cadres de la task force vaccinale « reconnaissent l’apport du cabinet McKinsey pour aider à mettre en place les process nécessaires depuis le début » (édito du 01/07 - Vaccins, les 6 (vraies) questions de l’été). L’enjeu N°1 étant devenu la communication pour convaincre les irréductibles Gaulois.

Consultor

McKinsey
« Nous avions suggéré au gouvernement un appui de manière très proactive parce que nous avions la certitude que le sujet n’était pas logistique. Mettre les doses aux portes des hôpitaux nous apparaissait un obstacle surmontable. Là où il nous semblait qu’il y avait une difficulté plus urgente était de faire en sorte qu’une fois livrées sur les lieux de vaccination, ces doses soient reçues dans de bonnes conditions par les patients auxquels elles étaient destinées, qu’un effort de pédagogie particulier soit fait sur ce point »

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site