Geopolintel

Metabiota impliqué dans les laboratoires d’Ukraine est partenaire de la CIA

mercredi 16 mars 2022

Hunter Biden via sa société Rosemont Seneca est à l’origine du financement de Metabiota du docteur Nathan Wolfe.

Les laboratoires construits en Ukraine entre 2014 et 2017 sont financés par le Pentagone et Metabiota est proche du gouvernement américain avec les sous-contrats de Black & Veatch.
La Defense Threat Reduction Agency (DTRA) a attribué par concours à Black & Veatch Special Projects Corp. (Black & Veatch) l’un de ses contrats d’intégration de la réduction des menaces biologiques (BTRIC) en 2008 de 4 milliards de dollars.
Le BTRIC TO1 est un élément essentiel du programme de coopération et de réduction des menaces biologiques (CTR et BTR) du département américain de la Défense (DoD) / DTRA et des agents d’exécution de l’Ukraine - ministère de la Santé (MoH), Académie des sciences agraires (AAS) et Comité d’État pour la médecine vétérinaire (SCVM).

In-Q-Tel : le discret activisme du fonds d’investissement de la CIA à l’étranger

In-Q-Tel a été fondé à la fois pour profiter des innovations conçues dans la Silicon Valley et pour financer des start-up américaines dans des secteurs que la CIA jugeait critiques pour les États-Unis.
À la fin des années 1990, la CIA fait face à un double dilemme : son budget avait été sérieusement revu à la baisse depuis la fin de la Guerre froide, et l’agence voit alors la Silicon Valley devenir La Mecque mondiale de l’innovation, sans pour autant pouvoir en profiter. D’où l’idée de créer en 1999 un fonds d’investissement sur le modèle de ceux qui accompagnaient financièrement les débuts de toutes ces start-up à la mode en Californie. À une différence près : In-Q-Tel n’a pas à dégager de profits et fonctionne à 100 % avec de l’argent public.
In-Q-Tel est rapidement considéré comme un outil très prometteur par l’administration américaine. Dès juin 2001, un rapport de l’organisme indépendant Business Executives for National Security - rassemblant des chefs d’entreprise chargés de réfléchir aux enjeux de sécurité nationale - conclut que ce fonds d’investissement “a permis à la CIA d’identifier rapidement les technologies émergentes qui pourraient avoir un impact sur son activité”.
Mais le succès est controversé. In-Q-Tel est surtout connu du grand public aux États-Unis pour avoir été l’un des premiers investisseurs dans Palantir, le Big Brother du Big Data réputé pour proposer des outils de surveillance électronique aux forces de l’ordre.
Aujourd’hui, “les grands enjeux sont l’informatique quantique, les infrastructures de communication 5G, les microprocesseurs et surtout les biotechnologies”, a affirmé Chris Darby en 2020 devant le Congrès.

D’où l’idée d’In-Q-Tel de commencer à investir aussi en dehors des frontières américaines, où la Chine multipliait déjà les acquisitions de start-up. L’ouverture de la première filiale du fonds d’investissement à Londres a ainsi été décidée en 2018, au moment même où l’ex-président américain Donald Trump lançait sa guerre commerciale contre Pékin.

Un an plus tard, une autre antenne a été ouverte en Australie, pays qui est au cœur de la lutte d’influence que se livrent les États-Unis et la Chine dans le Pacifique.

“Cette stratégie est une manière de contrer la ‘menace’ chinoise dans les hautes technologies”, assure le journal Les Échos. In-Q-Tel se sentirait investi d’une mission : proposer une alternative américaine, face à la manne chinoise, aux start-up européennes ou australienne.
France 24

SAN FRANCISCO - 22 août 2017 - Aujourd’hui, Metabiota, le pionnier de la modélisation du risque épidémique, a annoncé que deux innovateurs du marché, Munich Re, l’un des principaux réassureurs mondiaux et expert en solutions de risque global, et In-Q-Tel, Inc. (IQT), l’investisseur stratégique qui accélère le développement de technologies à l’appui de la communauté du renseignement des États-Unis, ont signé des accords stratégiques avec Metabiota.

Cette nouvelle intervient alors que Metabiota lance commercialement la toute première plateforme du secteur permettant d’estimer la préparation et le risque d’épidémie, notamment la fréquence, la gravité, la durée et le coût des épidémies. Grâce à une puissante combinaison d’analyses du risque d’épidémie, de données historiques, de scénarios de maladie et d’informations provenant d’analystes de la santé publique et d’épidémiologistes mondiaux, la plateforme de Metabiota permet au secteur de l’assurance de proposer de nouvelles solutions d’assurance contre les épidémies en offrant des capacités qui permettent aux assureurs de mieux comprendre et de mieux souscrire le risque.

Près de 100 ans après la pandémie la plus meurtrière de l’histoire qui a touché un tiers de la population mondiale, le monde est toujours vulnérable aux risques sanitaires, comme en témoignent les récentes épidémies de Zika, de grippe aviaire, d’Ebola et la résurgence de virus auparavant dormants comme la rougeole et le choléra. Outre leur impact sur la santé humaine, les maladies infectieuses infligent un lourd tribut économique aux infrastructures nationales. Selon un rapport des Nations unies, le virus Zika pourrait, à lui seul, coûter jusqu’à 18 milliards de dollars à l’Amérique latine et aux Caraïbes. La plateforme de Metabiota aide les gouvernements et les organisations à mieux comprendre les menaces que représentent les futures épidémies, tout en leur fournissant les données et les outils de modélisation nécessaires pour évaluer l’impact financier potentiel d’un événement sanitaire majeur.

« Nous pensons que lorsque le risque pourra être correctement évalué et atténué par l’assurance, le monde sera mieux préparé et capable de gérer ces événements », a déclaré Bill Rossi, PDG de Metabiota. « Dans le même temps, nous aidons le secteur de l’assurance à créer de nouvelles sources de revenus à un moment où son activité principale est menacée par de nouveaux modèles commerciaux et de nouvelles technologies. L’utilisation par Metabiota du big data et des logiciels pour modéliser les épidémies révolutionne véritablement le secteur de l’assurance. »

Grâce à une plateforme intuitive basée sur le cloud, Metabiota offre aux gestionnaires de risques et aux souscripteurs un aperçu sans précédent de la façon dont les maladies se propagent et les aide à quantifier le risque posé par les épidémies. La plateforme réunit une base de données historique de 100 ans sur les maladies avec un catalogue unique de plus de 20 millions de scénarios de risque décrivant le nombre de cas, de décès, d’hospitalisations et d’absences des employés à un événement épidémique.

« Les analyses et les renseignements de Metabiota nous aident à repousser les limites de l’assurabilité en protégeant les entreprises et les économies locales contre les pertes financières liées aux épidémies », a déclaré Tom van den Brulle, responsable de l’innovation chez Munich Re. « Il s’agit vraiment de la prochaine frontière pour le secteur de l’assurance - étant donné le risque élevé d’épidémies de maladies infectieuses, il est impératif que nous trouvions de nouveaux moyens de gérer et de financer ces risques pour nos clients. »

« Les épidémies de maladies infectieuses représentent une menace croissante pour la sécurité des États-Unis », a déclaré Eugene Chiu, partenaire, Investissements, IQT. « Metabiota fournit des capacités pour mieux comprendre le risque de maladies infectieuses via la fusion de données open source et des simulations d’épidémies sophistiquées. »

L’approche innovante de Metabiota en matière de données comprend un indice de préparation mondial exclusif qui mesure la capacité nationale à détecter et à répondre aux épidémies. L’indice de préparation de Metabiota permet au secteur de l’assurance de disposer de plus d’informations sur la manière dont chaque pays (et les pays voisins) est équipé pour gérer une crise sanitaire, en fonction de l’infrastructure de santé publique, de l’infrastructure physique et de communication, des capacités bureaucratiques et de gestion publique, des ressources financières pour garantir la réponse aux maladies et de la communication des risques. La Banque mondiale a référencé cet indice comme un moyen possible de mieux évaluer l’avenir du risque.

Metabiota

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site