Geopolintel

Les hommes derrière Barack Obama

mardi 13 janvier 2009

Obama envisage d’envoyer des troupes au Pakistan s’il est élu président
WASHINGTON 2 Aout 2007

Obama envisage d’envoyer des troupes au Pakistan s’il est élu président
WASHINGTON 2 Aout 2007

Barack Obama, candidat à l’investiture démocrate, s’est dit prêt mercredi, s’il est élu président l’an prochain, à envoyer des troupes américaines au Pakistan pour y traquer les terroristes à moins que le gouvernement d’Islamabad n’intensifie sa lutte contre les cellules d’Al-Qaïda actives sur son sol.

Cette sortie du sénateur de l’Illinois est une manière pour lui d’afficher sa détermination et sa fermeté dans le domaine diplomatique au moment où sa principale rivale pour l’investiture démocrate, Hillary Clinton, a jugé « naïves » et « irresponsables » ses positions en matière de politique étrangère.

Dans un discours devant le Woodrow Wilson International Center for Scholars à Washington, le sénateur démocrate a prévenu le président pakistanais Pervez Musharraf qu’il devait agir de façon plus résolue contre les groupes terroristes et évincer les combattants étrangers présents dans son pays, sous peine de subir une invasion de troupes américaines et de perdre des centaines de millions en aide militaire américaine.

« Je veux être clair », a déclaré M. Obama. « Il y a des terroristes retranchés dans ces montagnes, qui ont assassiné 3.000 Américains. Ils complotent en vue de frapper à nouveau. Ç’a été une terrible erreur de ne pas agir lorsque nous avons eu la possibilité d’éliminer une réunion de dirigeants d’Al-Qaïda en 2005. Si nous avons à nouveau des renseignements crédibles sur des cibles terroristes de grande valeur et que le président Musharraf n’agit pas, nous le ferons. »

La semaine, la rivalité entre M. Obama et Mme Clinton est apparue au grand jour sur les questions de politique étrangère. La sénatrice de l’Etat de New York a qualifié de « naïve » et « irresponsable » la volonté de M. Obama de rencontrer sans conditions les dirigeants de pays présentés actuellement par Washington comme des Etats voyous, tels que Cuba, la Corée du Nord et l’Iran.

Le sénateur de l’Illinois avait renvoyé les mêmes qualificatifs à l’endroit de sa rivale pour décrire son soutien apporté à l’administration républicaine lors du vote autorisant la guerre en Irak, qualifiant Mme Clinton d’une « Bush-Cheney version light ». AP

http://www.barackobama.com

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site