Geopolintel

Deux missiles cachés dans la soute de l’avion d’Air Serbia

mardi 29 novembre 2016

Improbable mais pourtant vrai. Les autorités serbes ont eu la surprise de dénicher samedi deux missiles antichars cachés dans les soutes d’un avion de ligne d’Air Serbia. Les chiens renifleurs sont à l’origine de la découverte des deux munitions embarquées dans les entrailles de l’appareil qui effectuait la liaison entre Beyrouth (Liban) et Belgrade.

Long de 1,50 mètre et pesant une centaine de kilos, ce type d’engin militaire, fabriqué par la marque américaine Lockheed Martin, dispose d’une portée de 8 000 mètres qui permet au lanceur de rester à l’abri, voire d’être invisible. Selon des informations de la télévision locale serbe N1, il s’agirait en l’occurrence du modèle AGM-114 Hellfire, un missile antichar à guidage laser semi-actif, ou à guidage radar en fonction des versions. Il arme principalement les hélicoptères de combat Apache ou les drones mais il peut aussi être tiré à partir de plates-formes maritimes ou terrestres. Polyvalent, il peut être employé contre tout type de véhicule et contre des bâtiments. De nombreux pays arabes, ainsi qu’Israël utilisent l’AGM-114 Hellfire.
Et l’Iran en a même réalisé une copie.

« Nous confirmons que l’envoi, qui était transporté vers une destination lointaine, a été trouvé à l’aéroport de Belgrade plus tôt aujourd’hui grâce aux mesures de contrôle et de sécurité strictes (…). La compagnie aide à l’enquête », a déclaré la compagnie aérienne Air Serbia.

Propriété de l’armée libanaise

D’après Le Parisien, ces missiles guidés, dotés d’ogives explosives, avaient pour destination finale la ville de Portland dans l’Oregon aux États-Unis selon les documents qui les accompagnaient. Quant à leur propriétaire, le quotidien libanais L’Orient le jour a révélé que les missiles appartenaient à l’armée libanaise. « Les deux roquettes étaient destinées à l’entraînement et ne contenaient aucun type d’explosifs. Elles appartenaient à l’armée libanaise qui, après avoir fini son entraînement, a décidé de les rendre à la société de fabrication américaine, en coopération avec cette dernière et conformément à des mesures administratives et légales », a expliqué le journal reprenant des informations de l’armée nationale.

Ce mystère résolu, demeure celui concernant les conditions dans lesquelles ces missiles ont pu passer les contrôles de sécurité.

La Dépêche du Midi

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site