Geopolintel

JP Morgan : Macron est élu, mais la France reste profondément divisée

jeudi 18 mai 2017

Encore une fois, les sondages ont correctement prédit l’issue du deuxième tour des élections présidentielles françaises. Comme prévu, Emmanuel Macron a été élu président, gagnant 66,06% des voix contre 33,94% à son adversaire, Marine Le Pen. 1
Comme la victoire de Macron avait déjà été évaluée par les marchés, après des gains initiaux ce matin, les marchés mondiaux reviennent à une position plus neutre.
À moyen terme, nous nous attendons à ce que cette victoire augure un renforcement de l’euro, un nouveau rétrécissement de l’écart entre les obligations françaises et périphériques à 10 ans par rapport aux obligations allemandes et les gains en capitaux propres, en particulier pour les secteurs financier et cyclique.

Le président plus favorable au marché

Ce résultat est certainement le plus favorable au marché parmi les deux candidats. Tout d’abord, il a supprimé la menace de Frexit : Macron est un partisan ferme du projet européen et souhaite une plus grande intégration en Europe, la Commission européenne ayant son propre budget géré par un ministre européen des Finances.

Deuxièmement, Macron a déjà prouvé ses références réformistes grâce à des mesures telles que la « loi Macron » - introduite dans le cadre du gouvernement précédent - reflétant les appels de la plupart des associations professionnelles françaises telles que le Mouvement des Entreprises de France (MEDEF), des réformes visant à améliorer la flexibilité de L’économie française.

Troisièmement, alors que Macron est un réformiste, il devrait encore assurer une plus grande continuité dans le paysage politique français que son adversaire, plutôt que de mettre en œuvre des politiques perturbatrices en matière d’immigration, de commerce et de coopération internationale.

En conséquence, nous nous attendons à voir une extension de la course au risque en Europe qui a débuté après le premier tour, d’autant plus que la plupart des indicateurs macroéconomiques ont démontré que l’économie de la zone euro a progressé et que la saison des bénéfices du premier trimestre 2017 a généré une forte croissance des bénéfices par action (EPS) de 21%. 2

La France reste profondément divisée

Cette victoire peut être positive du point de vue du marché et de l’économie, mais c’est aussi une victoire peu surprenante qui laisse une nation profondément divisée dans son sillage. Beaucoup de ceux qui ont voté pour Macron l’ont fait non par sympathie avec son agenda, mais comme une stratégie pour bloquer Le Pen. De plus, une participation de 74,6% - très bas selon les normes historiques - a été aggravée par un nombre record de bulletins blancs d’environ 11,5%.

La part des votes de Macron, bien que élevée, est bien inférieure aux 82,2% obtenues par Jacques-Chirac contre Jean-Marie Le Pen en 2002. Cela indique que Macron devra changer de stratégie rapidement pour gagner les cœurs et les esprits français afin de conforter sa position lors des élections législatives de juin - et d’avoir une chance solide de former un gouvernement stable et de maîtriser son agenda politique.

Incidences sur l’investissement

Europhiles et marchés financiers célébreront la victoire de Macron. Mais en ce qui concerne l’économie française elle-même, ce sont les élections législatives de juin qui détermineront si cette victoire pourrait être un changement de cap.

1 France Ministère de l’Intérieur. Derniers résultats au 8 mai 2017, 08:00 CET.

2 Bloomberg, JP Morgan ; Données au 3 mai sur la base du BPA déclaré par 47% de la capitalisation boursière de l’Euro Stoxx.

Source

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site