Geopolintel

Al Qaida n’existe plus !

Alain Chouet

jeudi 11 février 2010

Evénements et colloques
Le Moyen-Orient à l’heure nucléaire
M. Alain CHOUET (Direction Générale de la Sécurité extérieure, DGSE)



Source : senat.fr

Alain Chouet (né le 24 août 1946 à Paris) est un officier de renseignement français, coauteur de plusieurs ouvrages concernant l’islam et le terrorisme.

En réponse à monsieur Chouet nous diffusons cette note de Pierre Henri Bunel sur la véritable origine du mot Al Qaida

Ce texte est extrait du livre « Proche-Orient, une guerre mondiale ? » paru en octobre 2004,

Toutes les sessions de la Conférence Islamique donnent lieu à des relevés de décisions comme toutes les réunions destinées à servir à quelque chose. Pour mettre sur pied les ordres du jour, il fallait au début de l’histoire de l’Organisation de la Conférence Islamique de longues tractations entre les représentants des pays membres. Ces débats avaient lieu à Djeddah, siège du secrétariat de l’OCI, ou dans d’autres villes de pays musulmans. Au prix de longs tâtonnements, les gouvernements échangeaient des informations et des données visant à déterminer l’urgence et l’importance des points à traiter.

Or, en même temps qu’ils ont créé l’organisation de la Conférence islamique, les pays fondateurs ont mis sur pied la Banque Islamique de Développement. On n’est pas encore à la grande heure de l’Internet, mais les banques ont déjà des moyens de communication performants en mesure de transmettre des fichiers informatiques et les ordinateurs capables de stocker des informations sous la forme de banques de données accessibles à distance. Il s’agit d’un intranet avec toutes ses fonctionnalités.

Pendant mon stage à l’école de guerre de Jordanie, en 1985-86, j’apprends un mot arabe que les officiers ne remplacent pas par son équivalent anglais de « data base ». Il s’agit du mot Qâeida-t-ulmuetiyât, qui veut dire lui aussi « la base de données ». Comme nous n’avons pas d’ordinateurs à notre disposition, je m’intéresse à cette fascination pour ce mot venant du vocabulaire de l’informatique. Et c’est Shakeel Tarmuzy, notre condisciple pakistanais, qui me « met au parfum ».

L’Organisation de la Conférence Islamique a décidé d’utiliser les moyens modernes de la Banque Islamique de Développement pour préparer ses réunions et pour communiquer ses décisions. Si les comptes rendus des réunions sont toujours édités dans différentes langues, il faut de plus amples renseignements aux fonctionnaires des États membres pour « coller » aux lignes directrices de la politique islamique élaborée ensemble.

Pour cela, toute une partie des mémoires de la Banque Islamique de Développement a été annexée au profit de la Conférence. On peut y accéder si l’on y est abonné, et alors, sur l’écran de son ordinateur, on peut lire les informations dont on a besoin. Tout est acheminé par un simple réseau téléphonique et les ambassades et gouvernements des pays membres sont abonnés au système.

Ce réseau s’appelle Al Qâeida. La base. Et ce mot a de nombreux sens comme en Français. C’est la base militaire, mais c’est aussi la base en chimie, comme la soude, par exemple. Et bien sûr c’est la base de données, en informatique. D’après ce que j’apprends au stage de l’école de guerre, on peut, si l’on est abonné, consulter deux bases : Qâeida-t-ulmaeloumât, la base [de données] d’informations et Qâeida-t-uttaelimât, la base [de données] des instructions, des directives.

Les officiers jordaniens font parfois référence à ce système en plaisantant. Par exemple, lorsque quelqu’un arrive un peu en retard au bus, en fin de service, on lui dit : « Attention, tu vas te retrouver dans la base d ’informations » sous-entendu, on va te signaler. Quand la plaisanterie se veut plus menaçante, on parle au « délinquant » de la base des instructions ou directives. Là, cela veut dire qu’une décision de sanction va être prise à son encontre. Et si la menace est au plus fort, on ne lui parle pas de Qâeida-t-ulmuetiyât, la base de données qui réunit les deux, mais simplement de Al Qâeida. C’est plus court.

Je dois dire qu’au début du stage, presque personne ne comprenait cette plaisanterie informatique. Les seuls qui en ont saisi dès le début les subtilités étaient les officiers de l’artillerie, de la défense aérienne, des transmissions et ceux de l’arme du renseignement.

Il est bien certain que l’accès à cette base demandait au début de sa mise en place des moyens qui n’étaient pas à la portée du tout venant, mais que divers groupes - ONG, particuliers, entreprises - ont maintenant les moyens d’acquérir. En 1986, l’Internet existe, mais reste essentiellement réservé aux universitaires, aux scientifiques et, bien sûr, aux militaires américains. Ce n’est pas que ce système de communication soit à l’accès filtré, mais c’est surtout que les systèmes d’accès destinés au grand public n’existent pas encore.

C’est pourtant en lisant un relevé de décision de l’OCI tiré d’un message électronique imprimé à l’ambassade du Pakistan à Amman que j’ai vu mon premier @ qui était encore noté a.

La conférence islamique, qui a pour but de préserver les valeurs traditionnelles de l’islam tout en rejoignant la modernité, s’est donné les moyens techniques les plus avancés pour atteindre ses buts.

Jugez de mon étonnement, quand après avoir passé plus de dix ans au contact d’une partie des différentes branches du terrorisme islamique, je découvre que les « cols blancs » de la CIA ou du FBI, ceux qu’on ne voit jamais sur le terrain, nous affirment doctement que le terrorisme islamiste est le fait d’une seule armée de l’ombre, dûment organisée et centralisée, sous le commandement d’un chef emblématique, barbu comme un imam de banlieue des années 80, Ussama bin Lâdin, et que cette armée s’appelle Al Qâeida.

Al Qâeida, quelle aubaine !

On a vu comment j’avais entendu parler d’Al Qâeida dans les années quatre-vingts. Plus tard, en traduisant des documents saisis par des services de police ou de contre-espionnage, je suis tombé sur des fax ou des notes de directives adressés à des exécutants chargés de rédiger les revendications des attentats commis par d’autres équipes. On y trouvait des passages entiers venant de textes assez feutrés de relevés de décisions ou de minutes de réunion de l’Organisation de la Conférence Islamique.

Il s’agissait pour les destinataires de ces directives de rédiger de façon relativement organisée des tracts énergiques de revendication d’actes terroristes localisés en s’appuyant sur des textes politiques généraux et somme toute assez modérés au départ.

Pour autant qu’on ait pu en juger, les expéditeurs de ces directives résidaient un peu partout dans le monde avec une nette prédominance d’adresses en Allemagne, en Belgique et surtout en Grande Bretagne. La source des textes de références à utiliser pour rédiger les tracts de revendication était indiquée de la manière suivante :

Min nasharat ilumâm ilmuttaHida : Issu des publications de l’ONU, ou Min AlQâeida : Issu de la base [de données]. Il y avait aussi des directives tirées des relevés de décisions de la Conférence des pays non-alignés. Pense-t-on pour autant que l’Assemblée Générale de l’ONU ou celle des Pays non-alignés sont des éléments terroristes ?

Plusieurs fois, j’ai dû expliquer ce qu’était cette fameuse « base » dite Qâeida. Et pendant des années, on a trouvé des directives d’Emirs locaux, en Algérie ou en Europe, qui faisaient référence à cette base de données. Personne parmi nous ne la prenait pour autant pour un réseau terroriste.

Comme toutes les entités multinationales musulmanes, le groupe financier Bin Lâdin a accès aux sites de la Conférence Islamique, dont la fameuse base de données. Alors, en accusant Ussama bin Lâdin de tous leurs malheurs, les dirigeants américains ont eu besoin de le doter de moyens diaboliques pour pouvoir expliquer les « défaillances » des services américains. Ceux-ci coûtent fort cher au contribuable et sont maintenant trop souvent détournés de leurs missions publiques au profit d’intérêts privés.

On a toujours avantage à présenter l’adversaire comme très dangereux. On a d’autant plus de mérite à le vaincre. C’est ainsi qu’on a prétendu que l’Irak alignait devant les forces de la coalition de 1990 « la quatrième armée du monde ». Maintenant, l’administration américaine nous présente Bin Lâdin comme un général à la tête d’une armée secrète digne du KGB de la guerre froide !

Cela permet d’expliquer les échecs en cours partout dans la lutte de l’administration Bush-fils contre le terrorisme islamiste.

Tout le mal est dû à Bin Lâdin, selon la propagande de la Maison Blanche. Mais ce système a des limites. D’abord parce que Bin Lâdin n’a jamais revendiqué quelque attentat que ce soit malgré les commentaires de presse et de télévision. J’ai bien écouté ce qu’on nous a transmis des paroles de « l’ ennemi public numéro 1 ». Comme je comprends Al Jazeera dans le texte, je l’ai entendu se féliciter, se réjouir, remercier Dieu, féliciter des gens que les Américains avaient désignés comme responsables des coups, je l’ ai entendu exhorter les combattants à la bataille, mais jamais il n’a revendiqué le montage d’aucune opération.

J’irai même plus loin. Avant la polémique qui s’est développée sur l’Internet - et dans l’édition en France - autour de la frappe sur le Pentagone, Ussama bin Lâdin ne parle que des deux tours du World Trade Center, dans les cassettes qu’on lui attribue. Même dans une cassette qui semble complètement fabriquée par des propagandistes, il ne parle pas du ministère de la défense américain. C ’est pour moi très significatif. Les autorités américaines ont porté toute leur communication sur New York, laissant largement le Pentagone dans l’ombre. Dans cette fameuse cassette assez longue où l’on voit Bin Lâdin « en famille » et qui me semble une manipulation, il n’évoque que le World Trade Center. Si cette cassette est une manipulation des services américains, c’est qu’eux-mêmes ne veulent pas attirer l’attention sur ce qu’il faut bien appeler maintenant un « Pentagate ». Et si ce n’est pas une manipulation, alors, c’est que Bin Lâdin n’a rien à voir avec la frappe sur le Pentagone puisqu’il omet d’en parler. Pourtant, c’est un coup d’une autre portée que de faire tomber deux avions sur des immeubles civils !

Seulement, lorsqu’on examine tous les aspects de cette propagande américaine, on est taxé immédiatement de « révisionnisme » par les zélateurs serviles de la thèse officielle.

Et pourtant, la réalité est qu’il n’y a pas d’armée de l’ombre qui s’appellerait Al Qâeida. Il y a un peu partout dans le monde des groupes de patriotes - ou de terroristes, suivant de quel côté du malheur on est né - qui se battent contre des oppressions ou comme mercenaires par goût de la violence.

Et je suis sidéré de voir de prétendus spécialistes du terrorisme, qui n’ont même jamais vu une bombe de près et encore moins un terroriste, répéter doctement les élucubrations des « analystes » de la CIA, destinées au public, donc mensongères. Car jamais un service de renseignement ne rend public ce qu’il sait.

Pendant des années, jusqu’en 1998 en service actif, j’ai travaillé sur le terrorisme islamiste avec quelques succès reconnus, et jamais il n’a été question nulle part d’un « réseau AlQâeida » ! Nous connaissions bien le néfaste Bin Lâdin qui hébergeait en Afghanistan des moudjahidin venus de tout le monde musulman pour semer la pagaille en Europe ou en Algérie. Nous savions que des instructeurs vivant en Afghanistan, au Pakistan et en Libye formaient ces combattants aux actions terroristes, puis au combat encadré quand les Musulmans de Bosnie-Herzégovine ont eu besoin de soldats volontaires pour remplir les rangs de leurs milices criminelles. Mais Bin Lâdin était intouchable, il n’était pas question de le mettre en cause : c’était un homme de la CIA.

Il faut la préparation de la guerre d’Afghanistan, et surtout les premiers commentaires de spécialistes autoproclamés qui se sont mis à tout expliquer sur le 11 septembre, pour que sorte des tiroirs de bureaux ce fantasme d’Al Qâeida armée verte secrète de Bin Lâdin que tout le monde considère désormais comme une réalité établie.

Il existe quand même des journalistes qui font leur travail, eux, et qui n’ont pas peur de publier ce qu’ils ont appris, même quand cela ne sert pas la soupe aux fauteurs de guerre.

C’est ainsi que dans un article qui contient par ailleurs un certain nombre d’inexactitudes, Alain Lallemand écrit le 11 septembre 2002 dans le journal Le Temps les lignes suivantes :

« Etonnant encore, car Al-Qaïda n’était au départ qu’une cellule de comptabilité des combattants arabes entrant et sortant d’Afghanistan, ainsi qu’un point de contact permettant aux familles des combattants de retrouver la trace d’un de leurs proches. Un projet très éloigné de « l’internationale terroriste » décrite actuellement. Al-Qaida aujourd’hui ? C’est une mission : « Renverser les régimes sans Dieu et les remplacer par des régimes islamiques ». Ce qui, en pratique, prendra la forme d’une opposition à toute présence américaine dans le golfe Persique (Arabie Saoudite et Yémen en particulier) et en Somalie, présence perçue comme une colonisation. »

Je rends hommage à ce journaliste qui « s’étonne » de ce qu’on lui a dit de cette prétendue armée secrète. Il a bien raison.

Il est évident que les moyens initiaux de Al Qâeida ont évolué et que la base de données est maintenant hébergée sur des sites complets utilisant l’Internet. Seuls les aspects logistiques de cette base de données sont arrivés aux oreilles de ce journaliste honnête, et non son aspect de coordination politique artificielle. Mais que les aspects actuels de la lutte islamiste impliquent en outre une coordination apparente d’actions locales ne signifie pas qu’il existe pour autant un commandant mondial du terrorisme islamiste qui serait M. Ussama Bin Lâdin.

Et c’est justement parce qu’on ne le cherche pas où il faudrait qu’on ne trouve pas l’ennemi public numéro 1 du moment. Le capturer serait d’ailleurs très encombrant pour les démiurges internationaux qui ont conduit le monde à la situation actuelle. Supposons qu’il parle devant un tribunal international que ne reconnaît pas Washington ! Ce serait aussi dangereux pour les exécuteurs des basses œuvres de la politique de la Maison Blanche que si Raznatovic, plus connu sous le nom d’Arkan, avait témoigné devant la cour pénale de La Haye. Plus de risque en ce qui le concerne, il a été fortuitement assassiné par des inconnus...

Non, Al Qâeida n’est rien d’autre qu’une variante de la Sainte Vehme [Société secrète allemande qui a semé le trouble dans la République de Weimar mais qu’on n’a jamais pu démanteler, parce qu’elle n’avait jamais existé] ou de la Mamma Coca appliquée au terrorisme.

Elle n’est rien d’autre qu’un moyen de coordonner maintenant que cela peut être utile, et uniquement par un discours politique extrémiste, les revendications de groupuscules violents totalement indépendants les uns des autres. C’est ce qu’on appelle une « nébuleuses ». Elle n’a de réalité, en tant qu’armée secrète, que pour ceux qui l’invoquent. Seulement, à force d’en avoir parlé et de lui avoir donné un chef, les démiurges de la Maison Blanche pourraient bien être en train de lui donner ses lettres de noblesse et une certaine réalité. Qui sait, d’ailleurs si ce n’est pas ce qu’ils cherchent ?

Il a toujours fallu aux militaires américains donner un nom à leurs ennemis. Pendant la guerre froide, nous appelions les avions de combat russes par leur appellation soviétique, celle sous laquelle ils se vendaient sur les marchés d’armement : Mig 19, Mig 21, Mi 24, Mi 22, Mi8, Antonov 124, Sukhoï, etc. Les Américains, eux, donnaient des surnoms. Hind, Flogger, Fulcrum etc.

Ne serait-ce pas une forme de tentative d’exorcisme ? Mais en tout cas, ce n’est pas en partant à la recherche de ce qui n’existe pas qu’on peut en venir à bout. La guerre contre la prétendue Al Qâeida n’est donc pas près de se finir.

Tout ceci pourrait bien avoir un but inavoué : et si on nous bâtissait une nouvelle menace stratégique bien confortable et pratique, une sorte de nouvelle Armée Rouge, mais Verte et de l’ombre, celle-là , pour justifier de nouvelles dépenses de guerre au lieu d’investir dans le bien de l’humanité ?

Pierre-Henri Bunel

Son site : http://desordresmondiaux.site.voila.fr

—  2 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site