Geopolintel

Coronavirus : Les obligations en cas de pandémie sont bonnes pour les investisseurs, et moindre pour les nations

mercredi 25 mars 2020

Pour compenser les coûts écrasants liés à la lutte contre une épidémie mondiale, la Banque mondiale et ses partenaires ont annoncé il y a plusieurs années la création de « bons pour la pandémie » : l’idée était d’obtenir des capitaux privés des entreprises de Wall Street qui aideraient les pays pauvres sinistrés.

Mais depuis le lancement de ces obligations en 2014, soutenues par les quelque 190 millions de dollars de financement promis par les pays donateurs, les investisseurs ont récolté plus de bénéfices que les pays luttant contre les épidémies. Et même dans la pandémie actuelle, tout versement aux pays sinistrés aurait à peine suffi à réduire ce que l’épidémie leur a coûté.

« Les pays qui ont besoin d’aide ne sont pas ceux qui reçoivent les fonds », a déclaré Felix Stein, de l’université de Cambridge, qui a fait des recherches sur les obligations. « Ce sont les investisseurs de Wall Street qui en profitent ».″

Les obligations sont une forme d’assurance contre les catastrophes et fonctionnent essentiellement de la manière suivante : la Banque mondiale vend des obligations à des investisseurs du secteur privé, qui obtiennent un rendement annuel, en partie payé par les pays donateurs. En cas d’épidémie, les investisseurs perdent le capital qu’ils ont initialement utilisé pour acheter les obligations. Cet argent est envoyé sous forme d’aide aux pays touchés par l’épidémie.

Le problème, selon les experts, est que des investisseurs comme Baillie Gifford et Amundi et Oppenheimer obtenaient des rendements élevés - jusqu’à 11 % par an.

Et les obligations exigeaient qu’un certain nombre de personnes meurent avant que les pays ne reçoivent un quelconque paiement, entre autres conditions, ce qui compliquait les efforts immédiats pour éteindre le virus.

Lors de leur lancement, les obligations ont été décrites par la Banque mondiale comme un moyen « d’aider à empêcher qu’une épidémie de maladie infectieuse très grave ne devienne une pandémie » en mettant à la disposition des principaux intervenants un financement essentiel.
Selon les critères des obligations, 12 semaines doivent s’écouler avant qu’un paiement puisse être effectué pour une épidémie de coronavirus. L’épidémie doit également être durable, avoir touché au moins deux pays et avoir causé au moins 250 décès.

La Banque mondiale a déclaré que cette date serait respectée le 23 mars et qu’une décision de versement serait alors prise par une agence indépendante. La banque a indiqué que le paiement potentiel maximum était d’environ 196 millions de dollars. Seuls les pays les plus pauvres du monde sont éligibles aux fonds, ce qui rend tout versement immédiat peu probable, car les pays les plus touchés comprennent la Chine, l’Italie, l’Iran, l’Espagne et la Corée du Sud.

AP MARIA CHENG

https://www.rts.ch/play/tv/t-t-c--t...

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2019 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site