Geopolintel

L’administration d’Obama est convoquée par la Commission de la sécurité intérieure du Sénat

pour son implication dans le projet de destituer le président Trump

jeudi 17 septembre 2020

La commission sénatoriale de la sécurité intérieure a voté mercredi l’autorisation d’assigner à comparaître l’ancien directeur de la CIA John Brennan, l’ancien directeur du renseignement national James Clapper, l’ancien directeur du FBI James Comey et d’autres responsables de l’administration Obama dans le cadre de sa vaste étude sur les origines de l’enquête sur la Russie.

La commission a tenu mercredi une réunion d’affaires pour autoriser son président Ron Johnson R-Wis , à émettre des avis pour recueillir des dépositions, des citations à comparaître, des dossiers et des citations à témoigner envers les personnes liées avec l’enquête « Crossfire Hurricane » (Nom de côde du FBI pour destituer Trump). L’inspecteur général du ministère de la justice mènera cette enquête pour le « démasquage » des personnes américaines affiliées à la campagne de Trump en 2016 c’est à dire l’équipe de transition (Obama) et l’administration Trump.

La commission a voté à 8 contre 6 pour autoriser les citations à comparaître.

La commission a également autorisé les citations à comparaître de Sidney Blumenthal, de l’ancien chef de cabinet de Barack Obama Denis McDonough, de l’ancienne conseillère juridique du FBI Lisa Page, de l’ancien agent du FBI Joe Pientka, de l’ancienne ambassadrice aux Nations unies Samantha Power, de l’ancien directeur du contre-espionnage du FBI Bill Priestap, de l’ancienne conseillère à la sécurité nationale de la Maison Blanche Susan Rice, de l’ancien agent du FBI Peter Strzok, de l’ancien avocat du FBI Kevin Clinesmith - qui a plaidé coupable pour fausse déclaration dans la première affaire pénale découlant du Sénat. Le procureur John Durham a notamment examiné l’enquête de la collusion entre la Russie et la campagne Trump de 2016.

La commission a également autorisé des citations à comparaître pour « la présentation de tous les documents » relatifs à l’enquête initiale du FBI en Russie et à l’enquête de l’inspecteur général du ministère de la justice, ainsi que le processus de « démasquage » de James Baker, de l’ancien directeur adjoint du FBI Andrew McCabe, du fonctionnaire du ministère de la justice Bruce Ohr, de l’agent du FBI Steven Somma, de l’ancien ambassadeur des États-Unis en Russie John Teftt, de l’ancien assistant du procureur général Tashina Gauhar et de Stefan Halper.

Au début de l’été, la commission a autorisé la délivrance de citations à comparaître pour la majorité des personnes nommées. Mais mercredi, après un tête-à-tête entre Johnson et le principal démocrate du groupe, la commission a donné le feu vert final, laissant au président le soin de décider du moment et du calendrier des dépositions et de la délivrance des citations à comparaître.

Halper, un professeur de l’université de Cambridge qui serait profondément lié aux agences de renseignement britanniques et américaines, a été largement cité comme source confidentielle du FBI lors de l’enquête initiale du bureau sur l’ingérence russe dans les élections de 2016.

L’année dernière, l’inspecteur général du ministère de la justice, Michael Horowitz, a examiné le travail de Halper pendant l’enquête sur la Russie, ainsi que son travail avec le FBI avant le début de l’enquête.

Pendant la campagne 2016, Halper a contacté plusieurs membres de la campagne Trump, dont l’ancien conseiller en politique étrangère George Papadopoulos et l’ancien assistant Carter Page. Page a également fait l’objet de plusieurs mandats en vertu de la loi sur la surveillance du renseignement étranger (FISA) pendant la campagne

La commission a également autorisé une assignation à comparaître de James Baker, le directeur de l’Office of Net Assessment du ministère de la défense. Ce service a attribué des contrats gouvernementaux à Halper, dont un en septembre 2015.

Le mois dernier, Johnson a émis la première citation à comparaître devant le FBI dans le cadre de l’examen de la Russie par le comité, exigeant que le bureau produise « tous les documents relatifs à l’enquête »Crossfire Hurricane« . »Cela comprend, sans s’y limiter, tous les dossiers fournis ou mis à la disposition de l’inspecteur général du ministère américain de la justice pour qu’il les examine", l’assignation fait référence à l’enquête d’ Horowitz sur les abus liés aux mandats de la FISA.

L’assignation à comparaître exige également « tous les documents relatifs aux demandes » adressées à l’Administration des services généraux ou au Bureau de l’inspecteur général de la GSA pour les « documents relatifs à la transition présidentielle de novembre 2016 à décembre 2017 ».

En juin, la commission a voté pour donner à Johnson l’autorité d’envoyer des citations à comparaître dans le cadre de l’enquête du jury sur les origines de la collusion avec la Russie et le processus de « démasquage ».

Le comité a autorisé des citations à comparaître devant le FBI pour la production de tous les documents relatifs à l’enquête « Crossfire Hurricane » - nom de code interne du FBI pour l’enquête sur la Russie, qui a débuté en juillet 2016.

Le comité a également autorisé des citations à comparaître adressées au bureau du directeur du renseignement national pour la production de tous les documents liés au processus de « démasquage » des personnes ou entités américaines affiliées « officiellement ou officieusement » à la campagne Trump, à l’équipe de transition Trump ou à l’administration Trump de juin 2015 à janvier 2017.

Le « démasquage » intervient après que des conversations de citoyens américains ont été accidentellement captées lors de conversations avec des fonctionnaires étrangers qui sont surveillés par la communauté du renseignement. L’identité des citoyens américains est censée être protégée si leur participation est accidentelle et qu’aucun acte répréhensible n’est suspecté. Cependant, les fonctionnaires peuvent déterminer le nom des citoyens américains par un processus qui est censé protéger leurs droits.

Entre-temps, la commission judiciaire du Sénat a également approuvé, en juin, une série de citations à comparaître pour des documents et des témoignages de fonctionnaires de l’administration Obama impliqués dans l’enquête sur la Russie, dans le cadre de l’examen des origines de cette enquête par le jury.

Fox News

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site