Geopolintel

En 2021, la dictature covidesque va encore frapper

mardi 5 janvier 2021

Un arbre ne doit jamais pouvoir cacher la forêt et l’authentique pandémie de psychose politiquement programmée à l’occasion de l’épidémie de Grippe de Wuhan, ne doit pas masquer l’actuel choc des Titans qui oppose aux États-Unis d’Amérique le camp messianiste/transhumaniste – mixte des dystopies d’Orwell et d’Huxley – à celui de l’enracinement et de la continuité naturelle de la vie organique des peuples et des Nations. On ne se lassera pas de répéter à l’envi que sans l’opportun virus SRAS-Cov-2 le grand reset électoral américain n’aurait pu avoir lieu et que, porté par la volonté du Peuple, le président Trump eut été réélu haut la main. Mais le miraculeux Covid est arrivé qui permit de multiplier les dispositifs de vote à distance, les machines à voter et les algorithmes farceurs y afférents… Autant d’agencements informatiques qui apparemment, sans doute, peut-être, opérèrent d’astucieuses répartitions des voix à raison de 1,25 pour Biden et 0,75 pour le président sortant !

Mais il y eut bien d’autres dirty tricks… des camions chargés de bulletins sortis dont ne sait trop où, d’urnes abandonnées dans des fossés, des votants en nombre excédentaire, des morts civiques comme naguère en Corse, des sans-papiers autre qu’un permis de conduire tombés ici-bas avec la dernière pluie migrante. La liste est longue. Ce qui permit au procureur général William Barr – le ministre de la Justice – de déclarer à l’Associated Press « qu’à ce jour, nous n’avons pas constaté de fraudes à une échelle telle qu’elles auraient pu modifier substantiellement les résultats de l’élection présidentielle » ! Ce fut également la réponse de moult magistrats de province, lesquels disposent du pouvoir exorbitant de recevoir ou de rejeter de façon discrétionnaire les preuves qui leur sont présentées bloquant ainsi les plaintes et les empêchant de remonter au niveau fédéral à la Cour suprême…Dont le président est au demeurant un homme tenu de par ses accointances avec le sieur Epstein, l’homme du Lolita express et suicidé involontaire le 10 août 2019 dans sa cellule sous haute surveillance.

Le génie du mensonge structurel

Après tout l’Amérique est une nation-continent qui a su recourir avec un génie sans pareil au mensonge (devenu structurel à un certain niveau d’exercice du pouvoir) en partant du principe que : plus il est monstrueux, moins il a de chance d’être percé à jour et contesté par un nombre déterminant (utile) de citoyens… Encore qu’aujourd’hui le développement de la télématique raccourcisse de plus en plus la durée de vie active de ces mégas mensonges d’État ! Ayons en tête comment, à la fin du XIXe siècle, fut déclenché la guerre avec l’Espagne dans les Caraïbes, conflit qui eut pour point de départ la destruction, le 15 février 1898, du croiseur USS Maine dans la baie de la Havane… L’opinion publique chauffée à blanc fut alors atteinte « d’une sorte de furie belliqueuse » ! Même scénario le 7 mai 1915 avec le torpillage arrangé du Lusitania – une hypothèse sur laquelle s’accordent tous les historiens sérieux – ou le bombardement massif le 7 décembre 1941 de la base navale de Pearl Harbor, action prévue et provoquée… l’Empire du Soleil Levant s’étant précipité bille en tête dans les mâchoires du piège. Même schéma le 2 août 1964, jour où le commandement d’un destroyer américain, l’USS Maddox, affirmait avoir été attaqué dans le Golfe du Tonkin par des forces navales nord-vietnamiennes. L’atroce guerre postcoloniale que l’on sait, s’ensuivit mécaniquement. Idem en 2001 avec l’effondrement des Tours jumelles - à la vitesse de la chute libre - après avoir été percutées (sauf la Tour N°7 qui, elle, s’est écroulée spontanément) par des avions… en principe détournés par des terroristes majoritairement séoudiens ! Attaque qui eut pour réponse quasi immédiate une formidable offensive coalisée contre le régime taleb [1] – mais évidemment pas contre l’Arabie pourvoyeuse de fanatiques islamistes en tous genres - qui aurait piloté le raid contre les tours de Manhattan (la Mecque du très gros argent) depuis les grottes remplies de crottes de biques de Tora Bora. Après la conquête occidentaliste, ces excavations (pratiquées pour quelques-unes au marteau piqueur) se trouvèrent aussi vides que les arsenaux débordant d’armes de destruction massive de l’Irak baasiste. La guerre étant finie, les palmeraies mésopotamiennes converties ici et là en vastes charniers à ciel ouvert, Manhattan en partie vengée (avec promesses de repues franches), restait à semer le chaos en Libye et en Syrie au nom de ce mensonge suprême qu’est la Démocratie chevauchant le noir palefroi des Droits humains, des Black Blocs et autres Black Lives Matter transgendérisés. Résultat, ce fut le prétexte (et l’occasion) d’organiser – oui “organiser” sous couvert de politique humanitarienne ! - la subversion de l’Europe sous des vagues successives de réfugiés sub-sahariens (économiques pour la plupart) ou originaires des champs de bataille en activité entre l’Hindou Koush et la Méditerranée orientale. En un mot comme en cent, les États-Unis se sont affirmés tout au long du XXe siècle et jusqu’à ce jour, comme la terre d’élection du mensonge à visée géostratégique, hégémonique puis mondialiste [2]. Parce que nous ne y trompons pas l’enjeu des élections américaines revêt une dimension planétaire, celle de la fin des nations et la fusion des peuples dans le ténébreux creuset de la Démocratie universelle…

Le Covid outil de domestication du bétail humain

Aussi faut-il, dans cette optique, admettre que le SRAS-CoV-2 – produit naturel ou échappé de l’enceinte de confinement P4 de Wuhan, ou encore de pure fabrication humaine… la présence indue d’ARN du VIH (SIDA) dans le virus pourrait laisser en effet supposer qu’il puisse s’agir d’une chimère, un artefact ainsi que le Pr. Montagnier l’énonçait le 16 avril 2020 – pourrait participer d’une vaste conspiration visant à la normalisation (l’assujettissement) des peuples à l’ère de la civilisation numérique ? Les soi-disant Gaulois réfractaires ne nous ont-ils pas administré la preuve de leur belle aptitude à embrasser une docilité exemplaire ? Certains en rêvent, d’autres s’appliquent assidûment à mettre en œuvre ce délire totalitaire… les Véran, les Castex, les Lacombe (nouvellement promue chevalière de la Légion d’honneur) sous la houlette de l’élyséen Macron, et une foule d’autres tous plus avides et serviles les uns que les autres.

La pseudo pandémie [3] représente à ce titre une occasion en or… Mais nous nous refuserons - pour l’heure - à nous montrer ultimement conspirationniste en avançant que le virus (artificiel ou non) a été diffusé dans ce but précis : asservir l’humanité ! Comme la multiplication de ses variants successifs (mutations : deuxième vague des Bouches-du-Rhône/retour du bled, élevages de visons danois, embouteillés du Tunnel sous la Manche) donne à penser que ce commode virus pourrait se montrer adaptable autant que de besoin, utilisable et réutilisable pour mieux confiner ad libitum… Relâcher la pression, durcir à répétition les mesures restrictives afin d’assouplir l’échine des masses jusqu’à leur faire désirer (quémander) à tout prix l’inoculation de n’importe quel poison sous prétexte de vaccination en guise de délivrance et obtenir en récompense à leur soumission, le passeport devant rendre une partie – seulement – un peu de la liberté qui aura été - elle aussi - volée.

De toutes les façons, ce fameux virus couronné, autrement appelé (par nous autres mal-pensants) Grippe de Wuhan, « isolé » le 7 janvier 2020 et devenu pandémie sous les auspices de l’Organisation Mondiale de la Santé le 11 mars suivant, présente toutes les caractéristiques d’un outil singulièrement performant de gouvernance globale… Ce pourquoi, en toute logique, il devrait être appelé à perdurer dans le temps en accompagnement d’une pandémie devenue chronique… à l’instar de la guerre orwellienne perpétuelle, fictive autant que réelle, d’Eurasia contre Oceania – justifiant le maintien sine die de dispositions coercitives, limitatives de liberté jusqu’à créer des catégories sociales impitoyablement exclues de la vie collective… les réfractaires par exemple à l’insémination d’ARN messager dans leur organisme (avec pour conséquence des modifications génétiques irréversibles), et/ou l’implantation de marqueurs par nanoparticules, ou encore tous ceux qui entendront conserver le libre usage de leur raison critique. Tous moyens de marquer le bétail humain qui deviendront l’unique normalité admise et acceptée par un système devenu absolument totalitaire en son essence [4].

Pendant ce temps de l’autre côté du monde

Ainsi donc l’Amérique possède une immense pratique et grande antériorité dans l’art et la maîtrise du méga mensonge. Or qu’en est-il à cette heure du casse du siècle, le hold-up Démocrate presque réussi sur la présidence de l’État fédéral ? De l’inouï, du jamais vu à ce niveau d’audace au motif d’une pandémie ordinaire (presque équivalente à la grippe de 2017) avec la complicité malsaine de tous les anti-Trump convertis à la religion du progrès, du « jouir sans entrave ni temps mort, du laisser-faire/laisser-passer » sans limites… Parce que le progressisme n’est évidemment qu’un libéralisme exacerbé, le triomphe des Lumières… la face Sud du collectivisme, la face nord étant le kolkhoze couplé au goulag. Brave New World d’un côté, 1984 de l’autre. Nous devons nous imprégner sans retour de cette évidence !

En dernière heure [5], un groupe de sénateurs Républicains dirigé par le sénateur du Texas Ted Cruz, déclarait avoir l’intention de s’opposer à la certification (validation finale) le 6 janvier des résultats de l’élection présidentielle (J. Biden 306 grands électeurs vs D. Trump 232), sauf à ce qu’intervienne en urgence un audit des résultats par une commission ad hoc et sur une durée de dix jours. Ce petit groupe d’irréductibles – sachant que le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a publiquement reconnu la victoire de Biden - affirme que les élections du 3 novembre « étaient entachées de fraude et d’illégalité à un niveau sans aucun précédent ». Un cas de figure qui s’était néanmoins présenté en 1877 quand il fallut départager Samuel Tilden de Rutherford Hayes tandis que des fraudes significatives avaient été relevées dans plusieurs États… “Le Congrès n’avait alors pas rejeté les allégations de fraudes, pas plus que les médias n’avaient stigmatisé les contestataires des résultats en les présentant comme autant de subversifs s’efforçant de saper les fondements de la Démocratie… Au contraire, le Congrès avait nommé une commission électorale composée de cinq sénateurs, cinq membres de la Chambre et cinq juges de la Cour suprême afin d’examiner les scrutins litigieux » [6].

Par ailleurs, Josh Hawley, sénateur du Missouri, annonçait le 30 décembre son intention de s’opposer aux résultats de certains états - notamment ceux de la Pennsylvanie – qui ont visiblement transgressé leur propre code électoral. Fait notable, il est le premier sénateur Républicain à sortir du bois et à prendre une telle position en rupture vis-vis du consensus de soumission imposé par l’indéniable coup de force que forme un échafaudage de fraudes aussi colossal ? En fait, l’État profond s’est de toute évidence substitué le 3 novembre au pouvoir légal… le 11 Septembre 2001 fut de la même manière perçu par les observateurs les plus perspicaces comme un authentique coup d’État perpétré par la faction néo-conservatrice de l’Establishment ! De facto, ce vol à l’étalage des élections est assimilable à une authentique déclaration de guerre au Pays réel, We the People… Il faut toutefois savoir qu’un seul sénateur associé à un unique député (representant) ont à eux deux la capacité de bloquer l’officialisation des résultats avec pour effet d’induire un vote du Congrés.

Le vice-président, pris entre le marteau et l’enclume, aurait dans cette occurrence l’écrasante responsabilité de valider l’élection de tel ou tel en désignant de son propre chef le lauréat. L’on comprend que Pence vienne de déclarer vouloir maintenant renoncer à toute carrière politique. Au reste, rappelons qu’il serait parfaitement possible que des Démocrates s’associent aux Républicains pour renverser l’actuel cours des choses, les lignes et distinctions politiques et idéologiques n’étant pas aussi nettes ou tranchées que notre stupide presse de propagande veut bien le dire et tenter de nous le faire accroire. Il existe des précédents : en 1969 et 2005, l’opposition d’un sénateur et d’un membre de la Chambre des représentants, tous deux Démocrates, avait conduit à un vote des deux chambres. Une perspective qui n’est pas tout à fait improbable. La folle journée à venir du 6 janvier nous le dira… Une date destinée à demeurer dans les annales !

Léon Camus 3 janvier 2021

Notes

[1Taleb, singulier de taliban. Voir le documentaire « Afghanistan mon amour » (2002) de Jean-Michel Vernochet et Éric Elena.

[2Les merveilleuses missions Apollo n’échappent pas à ce constat. Notamment à l’heure où l’humanité ne sait toujours pas quand elle pourra – si elle le peut à plus ou moins long terme – mettre un pied sur Séléné. Question qui s’est posée voici quelques années à de frivoles savants russes, lesquels n’ont pas encore décidé d’une réponse pertinente cf. lexpress.fr/actualite/monde/la-russie-s-interroge-sur-les-alunissages-americains_1691626.html

[3Le général Dominique Delawarde (association-eclat.fr/delawarde-dominique-E92.html) est auteur d’un édifiant « Bilan pandémique au 2 janv. 2021 »... « De 1347 à 1352, la grande peste noire emporte de 30% à 50% de la population européenne ; en 2020, la planète compte près de 8 milliards d’habitants ; Au total, 1,83 millions de décès « étiquetés » Covid ont été déclarés par les 218 Etats ou territoires affectés. Ce nombre représente 0,235 décès pour mille habitants. Rapporté aux 59 millions de décès de l’année 2020 enregistrés sur notre terre cela représente 3% de l’ensemble de ces décès. Le nombre d’habitants sur terre aura quand même cru de quelque 80 millions en 2020. Les deux tiers des décès enregistrés l’ont été dans 10 pays :les États Unis, le Brésil, l’Inde et le Mexique ont déclaré, à eux quatre, 825 000 décès (plus de 41% de toute la pandémie). Avec l’Italie, le Royaume Uni, la France, la Russie, l’Iran et l’Espagne, on arrive à 1,2 millions de décès soit près de 66% des pertes. Lisant la liste ci-dessus, on réalise que les pays qui ont été les plus contaminés en 2020 sont ceux qui ont appliqué des confinements généralisés sans nuance sur de longues périodes ». Conclusion : « On ne le répétera jamais assez, cette pandémie aura été plus médiatique et politique que meurtrière… À l’échelle historique, cette épidémie sera par conséquent un non-événement démographique, mais restera comme un bouleversement majeur de notre économie, de notre société et sans doute des grands équilibres géoéconomiques et géopolitiques mondiaux ».

[4Cf. Gideon Lichfield (MIT) « Nous ne reviendrons jamais à la normale » 17 mars 2020 – Nous sommes prévenus ! technologyreview.com/2020/03/17/905264/coronavirus-pandemic-social-distancing-18-months/

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site