Geopolintel

Une seule Léonarda nous manque et la France est dépeuplée*

vendredi 25 octobre 2013

Photo vraisemblablement truquée par pure malveillance

Monsieur Krivine, retraité de la Ligue communiste révolutionnaire, qui se présente comme un « français pur sucre, pur jus, à part entière » [FranceCulture21oct13] - mais qui ne vas pas jusqu’à se déclarer “de souche” - partage entièrement le point de vue de son homologue et coreligionnaire idéologique du Front de Gauche, M. Mélenchon, lequel trouve « d’une cruauté abjecte » la proposition de l’analphabète élyséen1, M. François Hollande, d’autoriser l’adolescente rom Léonarda à revenir en France, mais sans sa famille. Quant au “Réseau éducation sans frontières” celui-ci considère que la présidence entend « démembrer une famille » [AFP19oct13]. Ce qui est de l’ingratitude parce que c’est oublier les cinq cents réfugiés syriens que M. Hollande s’apprête à héberger – pas chez lui rassurons-nous - dès ce mercredi… ceci dans le cadre d’une politique d’accueil au sein de l’Union de 10.000 réfugiés en 2013 et de 30.000 en 2014 [AFP16oct13]. Un grand merci à M. Fabius de la part des classes productives françaises qui devront encore se serrer un peu plus la ceinture pour essuyer les plâtres de sa détestable politique au Levant !

Tout est bon pour Léonarda

Risibles sont en définitive les qualificatifs affublant « la jeune Léonarda », adolescente plantureuse, qualifiée tour à tour d’enfant – celui qui ne parle pas selon l’étymologie latine - ou de jeune fille2 ? Le seul problème c’est qu’avec toutes ces surenchères et ces dénaturations verbales, les mots n’ont plus de sens, le débat, ou plutôt le pugilat médiatique, autour de la dite jouvencelle, tourne au grotesque absolu. Faut-il que tous ces gens, ceux des médias et de la classe politicarde, soient coupés du monde réel, n’aient plus les yeux en face des trous, soient intoxiqués par leur propre logomachie pour se gargariser d’un tel pathos ? Montrant là combien ils se fichent royalement du bon peuple qu’il prennent pour désespérément pour plus sot qu’il n’est. Car si le “peuple” pense effectivement avec ses tripes, il a aussi, la première

émotion passée, le sens des réalités. Si le réflexe grégaire joue, la solidarité populaire du « touche pas à l’école et aux gamins », se mue dans un deuxième temps au refus d’être mené par le bout du museau : un sondage BVA réalisé les 17 et 18 oct. ne montre-t-il pas que si 46% des Hexagonaux interrogés se déclarent choqués par l’interpellation de Léonarda, en contrepartie 65% seraient opposés à une annulation de cette expulsion et 74% des sondés « approuvent » la position de Manuel Valls dans cette affaire ?!

Bref l’affaire “Léonarda” doit retenir notre attention moins pour le tapage du chœur des éternelles pleureuses, et les règlements de comptes entre bolchéviques et menchéviques – internationalistes durs et réformateurs dits socialistes – de la gauche bâtarde, apatride et ultra libérale, que pour ce qu’elle révèlent incidemment quant aux mécanismes du mensonges et de la manipulation des foules abruties de culpabilité et accommodées à toutes les sauces de la mixité sociale, de la société plurielle et du métissage obligé.

Un impressionnant catalogue de mensonges

Au départ Léonarda a été présentée comme Kossovare. Or, on ne voit pas très bien pourquoi, alors qu’au printemps 1999 nous avons matraqué pendant deux mois la Serbie du haut des airs pour leur obtenir l’indépendance, ces gens viendraient maintenant chercher refuge chez nous ? Mais enfin ! Ensuite nous avons appris incidemment que la susdite appartenait à une minorité opprimée, celle des Roms. Ah bon ! Personne ne s’est cependant risqué à parler de naufrage tragique comme à Lampedusa parce qu’à l’intérieur de l’Union, les voies sont – hélas pour la meute des humanistes – essentiellement terrestres. Mais pour ajouter du drame au drame, on nous a abondamment vanté la volonté bafouée d’intégration de la famille… le critère d’excellence étant en ce domaine la sacro sainte “scolarisation”.

Personne ne doit sourire. Nul n’a fait remarquer qu’il serait temps de saborder l’Éducation nationale dont le gros de l’activité consiste apparemment à balader les élèves et leurs enseignants en autocar et non pas à leur apprendre les rudiments de la langue vernaculaire pratiquée sur le territoire national. Qu’on en juge : après cinq années de scolarité assidue, la jeune Léonard se trouve à peine capable d’articuler quelques mots en un méchant sabir. Volonté si assidue que depuis la dernière rentrée scolaire de septembre la dite jouvencelle a déjà séché ses cours pendant près d’un mois… quatre l’an passé. Une bagatelle. C’est que les commentateurs toujours sous l’emprise du vin de l’indulgence baptisent joliment “école buissonnière”. Comme cela est charmant !

Quat aux autorités dans leur lâcheté, prises qu’elles sont entre leur idéologie, celle de la société plurielle et de l’accueil, et le mur fracassant des réalités (délinquance généralisée, crimes, mendicité professionnelle…), elles sont bien en peine de parler vrai. Les Roms ne sont-ils pas d’éternels persécutés dont les larcins – ce ne sont que d’innocents voleurs de poules - et les écarts, la malpropreté, la faculté innée à dégrader leur environnement immédiat – qui choquèrent récemment l’ancienne première ministre, Édith Cresson - ne sont que des erreurs d’optiques dues en à une perception faussée et malveillante produit de l’égoïsme des nantis. Ou encore, résultat du racisme des petits blancs étrangers à toute générosité car hermétiquement fermés au noble message vétérotestamentaire3 que promeut l’Église contemporaine ? La mère de Léonarda n’a-t-elle pas fait pleurer les chaumières en prétendant qu’à Mitroviça, elle et sa progéniture dormaient sur des bancs « comme des clochards » ?

Mensonge éhonté puisque la famille s’est vue attribuer au Kossovo un logement décent qu’ont filmé toutes les caméras de France et de Navarre. Mensonges en cascade des Dibrani qui rencontrent l’indulgence des nos proactifs moralistes (fortement subventionnés), ceux qui nous expliquent que le mensonge est une arme naturelle de défense contre l’iniquité des embourgeois qui ne veulent rien céder de leur confort4. Ce sont les mêmes activistes de l’ouverture totale des frontières – là où se rejoignent les ultralibéraux et les gauchismes extrêmes – qui expliquent que la violence et la délinquance avérées des migrants illégaux est somme toute compréhensible, légitime et finalement excusable puisque ce sont les autochtones qui en sont les seuls responsables. Ajoutons que les mensonges de certains demandeurs d’asile ne sont, aux yeux de beaucoup, que des mensonges anodins. En vérité il s’agit de véritables fraudes, de falsifications avérées, c’est-à-dire des délits constitués qui ne sauraient échapper à la sanction pénale en vertu dont on ne sait quelle discrimination positive. Qui serait considérés à ce titre comme des « fraudes légales » sur le même pied que celles qui permettent à des minorités parlementaires de faire voter des textes à l’Assemblée en l’absence de leurs collègues. Si la charpente du droit s’effondre complètement alors effectivement ce sera demain la guerre civile !

« Abject » disent notre duo de Tartuffe

Un dernier mot au sujet du mensonge roi. Comment peut-on être assez « abject » comme le disent nos deux compères Tartuffe de la Révolutions, Mélenchon et Krivine, pour croire que certaines gens ne mentiraient pas exceptionnellement et par nécessité vitale, mais par une disposition sui generis ? Soulignons ici qu’il faut tout ignorer de l’Orient –pour ne pas savoir que les critères de la véridicité ne sont pas vraiment là-bas, au-delà de la Vistule, ce qu’ils sont ici, et bien niais sont ceux qui le croient. De même les enlèvements d’enfants sont un mythe de la légende noire qui s’attache au pas de ces minorités persécutées à travers les âges. À telle enseigne que la police grecque et Interpol s’efforcent ces jours-ci de retrouver les introuvables ascendants de “l’ange blond” découverte dans un campement de bohémiens au centre du pays… les pandores locaux, sans doute des suppôts d’Aube doré, parlent inconsidérément de « trafic d’humains » et « d’enlèvement de mineur », et ici, oui l’on peut parler d’enfant puisque la fillette aurait quatre ans… Mais son cas n’émeut pas les grands médias tout occupés qu’ils sont à bêler sur le sort funeste de l’infortuné Léonarda [francetvinfo.fr19oct13].

Reste que peu à peu le voile s’est levé sur le véritable visage des Dibrani, notamment par le truchement du rapport officiel relatif à la validité juridique de l’extradition de la petite famille. On ainsi commencé d’apprendre que le père avait fait l’objet d’une plainte de sa fille pour violence. Que celle-ci n’était pas née au Kossovo, mais en Italie, que père et mère ne sont pas mariés, que tous les papiers 5 - faux pour la plupart - ont été brûlés lorsqu’ils se sont fixé dans notre pays de cocagne après avoir effectué – aux dire de Léonarda – une tournée générale européenne d’asylum shopping. Chacun comprendra.

Ajoutons que le père n’a jamais accepté la moindre proposition de travail. Mieux, il était allé insulter et menacer les fonctionnaires chargés de la gestion des chômeurs. Incidemment et pour finir, l’on découvrait qu’il avait été impliqué dans un cambriolage. Bref une chance pour la France et un modèle d’intégration en cours de réussite. En fait un cas archétypique du caractère mortifère de notre “modèle social” et surtout de l’idéologie qui le sous-tend… Les frontières passoires et la couverture médicale universelle automatique pour tout migrant illégal n’étant que des sous-ensembles, des applications d’un idéal-virus déjà empiriquement connu mais qu’il conviendrait d’isoler fermement et de traquer. Sans travail épistémologique sur les racines idéologiques du mal celui-ci demeurera invaincu et incurable.

Le rôle délétère des médias

Il serait aussi opportun d’actualiser notre vision des choses quant aux médias. Surtout en France. Il ne faut définitivement plus dire que les médias sont aux ordres. Cela ne signifie plus rien. Il n’est plus temps de chercher des excuses aux journaleux, dire qu’ils sont paresseux, ignares, incultes, conformistes, qu’ils ont leur nichée à nourrir, que règne la dictature de la publicité, que l’ambition leur ferme les écoutilles… rien de tout cela. Les journalistes, dans leur écrasante majorité – nous parlons ici de presse généraliste et non pas des journalistes spécialisés qui ne pourraient pas professionnellement raconter très longtemps des bobards – adhèrent à la vision du monde - falsifiée, frelatée et dominante - qu’ils présentent et qu’ils défendent avec une admirable ardeur au travail. Même si certains sont partiellement excusables – car il faut introduire des nuances et des circonstances atténuantes pour nombre d’entre eux - force est de constater que les mondes médiatique et politique ont aujourd’hui “fusionnés”. La politique en exercice est devenue essentiellement de la “communication” et les journalistes d’actifs agents de propagande de l’idéologie régnante sous ses diverses variantes, d’ailleurs souvent en guerre entre elles, ce qui donne l’illusion du débat et d’une quête de vérité.

C’est ce que montre la consternante bataille médiatique autour du cas de Léonarda. Celle-ci, notons le au passage, s’est crue parvenue au firmament de la Star Academy jusqu’à insulter ses bénévolents bienfaiteurs - sa chute probable dans l’oubli n’en sera que plus rude – et même à les menacer d’une révolution6. Écoute-t-elle assez aussi attentivement ses conseillers en communication qu’elle se laisse docilement épiler par sa maquilleuse ? Rien n’est moins sûr !

Commère Dibrani agressée en pleine rue : ça craint !

AFP le 20/10/2013 à 19:43 - “Léonarda Dibrani, l’adolescente rom expulsée de France vers le Kossovo, a été agressée avec sa famille dimanche après-midi par des inconnus à Mitroviça où la famille réside depuis son expulsion le 9 octobre ” La mère de Léonarda, Xhemaili, 41 ans, a été giflée et hospitalisée, tandis que les enfants, traumatisés, se trouvent dans un commissariat de police”… selon une source policière ayant requis l’anonymat ! Dimanche matin, Resat Dibrani confiait à l’AFP : « Les enfants ont peur de sortir. Lorsqu’ils sortent ils le font avec moi et se cachent derrière moi lorsque nous rencontrons d’autres enfants »… Après que les autorités kossovares eurent indiqué être prêtes à délivrer des documents d’identité aux Dibrani, Resat s’interroge : «  Je ne comprend pas comment le Kosovo a accepté de nous recevoir. Moi, il est vrai. Je suis d’ici. Mais ma femme et les enfants ne sont pas des citoyens kossovars ». Souhaitant regagner la France « par tous les moyens » Resat Dibrani détaille son projet : « Le problème, c’est de rejoindre la Croatie et après la voie est ouverte… Il faut aussi que je me procure 20.000 euros pour payer aux passeurs le passage jusqu’en Croatie » ! Les voyages clandestins sont onéreux et l’on se demande bien avec quel argent les illégaux financent leur voyage vers la Terre de Canaan située à l’Ouest de l’Oder. Assurément ce sont les plus débrouillards qui y parviennent, en tout cas pas les plus véritablement miséreux.

AFP le 20/10/2013 à 23:46. “La famille de l’adolescente Rom Léonarda Dibrani, renvoyée de France vers le Kosovo début octobre, a été agressée dimanche à Kosovska Mitrovica, apparemment en raison d’une dispute d’ordre privé sans rapport avec son expulsion par la France. L’incident s’est produit entre deux familles, les Dibrani et les Bislimi rapatriés de Suisse il y a quatre mois. Il s’est avéré que M. Bislimi avait été l’époux de Xhemaili Dibrani, mère de Leonarda, il y a 25 ans. Quatre personnes ont été interpellées à la suite de cet incident”. Voici donc comment l’AFP bidonne l’information, fait du storytelling quitte à corriger le tir à quelques heures d’intervalle. Car qui nous fera croire que le correspondant de l’AFP n’a pas su immédiatement que les “agresseurs ”, les quatre individus aussitôt interpelés, étaient des membres de la communauté rom ?

Pour finir un zest de complotisme

Qui y a-t-il en fin de compte derrière une affaire qui n’aurait jamais dû être autre chose qu’un banal épisode de reconduite à la frontière comme il y en a eu 18 126 entre le 1er janvier et le 31 août dernier [lemonde.fr16oct13] ? Ce qui aura déclenché le tsunami médiatique, aura été l’épisode du car scolaire… or Léonarda ne devait pas participer à l’excursion programmée ce jour là par son établissement. Elle s’est inscrite in extremis vraisemblablement pour échapper à une expulsion dont elle était avertie. A-t-elle alors été conseillé et par qui ? Par une association qui aurait vu là une occasion idéal de lancer une campagne d’agit-prop en faveur des sans-papiers ? Cela dans le contexte du drame de Lampedusa et de la surmultiplication des passages transméditerranéens de clandestins ? Une occasion de plus pour apitoyer les foules sur le sort des Roms et mettre en difficulté un gouvernement dont la cote de popularité est aujourd’hui au plus bas.

N’oublions pas non plus que les forces révolutionnaires - très aguerries et expérimentées en matière de menées subversives - n’ont pas disparues du paysage politique à l’heure où, depuis 1981 et l’arrivée de la Gauche au pouvoir, ce sont le formations dites de droite nationale qui font l’objet de toutes les attentions de la part de la police politique. Des mouvements droitistes désignés et stigmatisés systématiquement à chaque incident ou provocation. On se souviendra à ce propos de l’affaire emblématique de la profanation de sépultures juives à Carpentras dans la nuit du 8 au 9 mai 1990. Plus près de nous le 6 juin 2013, la mort accidentelle de Clément Méric, antifa casseur notoire de militants céfrancs, a aussitôt l’occasion d’une campagne de dénonciation et de stigmatisation des nationalitaires en dépit de circonstances bien documentées qui - selon toute apparence - inversaient les preuves en défaveur de la victime.

En déclarant il le 14 mars 2013 que « les Roms ont vocation à rester en Roumanie ou à y retourner », Manuel Valls se mettait à dos le Parti de gauche et les néo Communistes dont la stratégie internationaliste s’appuie essentiellement sur une clientèles et des troupes issues de l’immigration. Pour les forces révolutionnaires d’extrême gauche - dont on a redécouvert l’organisation et la virulence justement grâce au dossier Méric - il s’agit de briser Valls comme représentant d’un pouvoir ferme susceptible de faire pièce à la montée de la droite patriotique en marchant sur ses brisées. Autrement dit en s’attaquant au réservoir électoral de l’extrême gauche. À parti de là, Valls devenait l’homme à abattre en priorité, ce pourquoi la gauche extrémiste a réclamé en chœur sa démission aussitôt la jeune Léonarda réexpédiée là où elle eut dû toujours rester.

Le divin hasard a bon dos

De ce point de vue, on peut dès lors supposer que la sur-réaction des médias, l’exploitation outrancière et disproportionnée d’un événement anecdotique ne sont peut-être pas tout à fait le fruit du pur hasard. Des forces obscures relayées et orchestrées par des médias eux-mêmes adossées à des puissances d’argent avides de bouleversements sociétaux de recompositions politiques. Gouverner par le chaos, mettre à bas ce qui reste de l’édifice civilisationnel, effacer l’héritage des siècles tel est le projet non dissimulé des grands propriétaires de la presse dans la France d’aujourd’hui.

En un mot ces forces souterraines, connues mais non perceptibles pour les masses, dans la conjoncture d’une poussée ascensionnelle du Front national – comme dans plusieurs pays européens qui, à l’instar de la Norvège ou de l’Autriche, sont pour l’heure indemnes de la vérole du chômage et extérieurs à l’agonie de l’Euro - ont pu prendre les devants en commençant à pousser le président Hollande vers la sortie. Pour ces forces “révolutionnaires” qui ont fait de l’anticapitalisme leur cheval de bataille – les riches et les patrons sont seuls, et uniquement seuls, responsables de la crise nous dit M. Krivine – il s’agit de créer de toutes pièces, dans une conjoncture de discrédit inégalé du gouvernement, de créer les conditions historiques utiles à une prise du pouvoir… Ceci en évinçant les sociaux-démocrates du Parti socialistes et afin de prendre les mesures d’exception utiles à reprendre en main, par la violence si nécessaire, et à bannir les forces politiques de droite. C’est bien ce que le député socialiste Malek Boutih annonce sans ambages [Cf. Émission « Mots croisés » de la chaine France 2 du 8 oct. 2013], à savoir un “coup d’État”, et c‘est sous ce point de vue qu’il nous faut considérer l’épisode Léonarda. Un test de résistance du personnel politique, un galop d’essai !

Dans ce schéma, on comprends mieux les appels à la sédition [Voir note 6] lancée par l’audacieuse virago en herbe depuis sa tribune journalistique de Mitroviça… menaces twittées : « « Je vous le dit en France ca va peter . » - Pour toute les personnes qu’il souhaite que je rentre en France et que je m’occupe politique, je vous demande donc d’amplifier le mouvement ! - Mes chère amis, Ensemble créont la vague ROSSE, je dirige pour vous les opérations, ensemble tous deviendra possible ! -Je dit merci au personnes qu’il me soutienne et j’apelle les manifestations lycéenne à former une dynamique de GUERRE ! -« Mon Pasage sur BFTV est juste un Débuts, Demain les foules vont Grandir et sa serra bien PIRE »… ».

Édifiant non ? Mais surtout à prendre au sérieux. N’est-ce pas l’hebdomadaire de M. Giesbert, Le Point qui titrait récemment « Faut-il craindre le pire dans les mois à venir ? ». Se référant à une “note confidentielle rédigée par le ministère de l’Intérieur à partir des rapports transmis

par les préfets publiée le 27 septembre, rapport qui a été jugée particulièrement préoccupant par les principaux dirigeants de la majorité gouvernementale ” [lepoint.fr20oct13].

« Sentiment d’abandon » dans le monde rural (un suicide d’agriculteur toute les quarante-huit heures), « délinquance, vols et mise en coupe réglée des campagnes par des bandes organisées, parfois attrapées toujours relâchées… sont au menu du ressentiment de la France profonde qui n’en peut plus. Or « la population semble désormais prête à s’impliquer davantage dans la lutte contre la sur-délinquance à travers des opérations comme Voisins vigilants ou Alertes commerce ». Quant au « matraquage fiscal », il a d’ores et déjà dépassé les limites du supportable… ceci expliquant cela, nous comprendrions aisément que nos bons amis trotskystes désormais mariés aux néo bolchéviques du Pari communiste, forts d’une vaste culture historique et d’une science consommée de la subversion, auraient bien tort de se gêner et de ne pas tenter d’exploiter à fond et à leur profit exclusif une situation de déliquescence accélérée aussi prometteuse de succès en tout genre. Le pouvoir n’est-il pas au bout des canons médiatiques ?

Léon Camus 21 octobre 2013

Notes :

* « Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé ». Alphonse de Lamartine « Méditations ».

1 – “Analphabète” en raison d’une maîtrise gravement déficiente de sa langue supposée maternelle dès qu’il ne suit plus à la lettre son prompteur : elysee.fr/videos/declaration-du-president-de-la-republique-au-sujet-de-leonarda-dibrani/ - Un homme n’ayant de sa fonction qu’une image dégradée au point d’endosser le rôle d’un subalterne, au mieux celui d’un sous-préfet, ceci pour intervenir à contretemps dans un minable montage dû à des “associations” désireuses de piéger M. Valls, le Sarkozy de gauche, figure montante du sionisme socialiste. Cependant, quand le 20 octobre le président du Parti de gauche déclare à propos de l’expulsion d’une famille d’indésirable : « Je trouve ça cruel, je trouve ça inhumain », précisant que la Gauche aurait dû en priorité dès son arrivée aux Affaires « revoir les lois sur l’immigration », nous lui rétorquerons que M. Hollande ayant fait du “mariage pour tous” une urgence civilisationnelle, il ne pouvait quand même pas tout faire à la fois.

2 - Jeune fille dont on voit le digne père, sur un cliché circulant sur la Toile, laisse traîner un doigt nonchalant dans le décolleté de la susdite. Mais l’on ne peut ici exclure un photomontage malveillant destiné à ternir l’aura de cette très emblématique famille.

3 - Les Évangiles étant désormais ringards, nul ne peut plus se prétendre chrétien s’il ne voue un culte primordial à Abraham, immolateur de son propre fils et proxénète de sa première épouse. Gen. XX 2 - Abraham disait de Sara sa femme : “elle est ma sœur” ; Abimelec roi de Gherar envoya prendre Sarah. Gen XX 12 – “Et d’ailleurs de fait, elle est ma sœur, la fille de mon père, non pas la fille de ma mère, et elle m’appartient comme épouse...”

4 – Cf. Violaine Carrère pour le “Groupe d’information et de soutien des immigrés” sur France Culture 21 oct. 2013 7h18 et Le Monde 20 mars 2007 « L’ouverture des frontières n’est pas impossible ». Ce sont les mêmes qui œuvrent avec des arguments analogues pour la dépénalisation de la drogue - pour laquelle l’ouverture des salles de shoot constituent un précurseur – ou de la pédophilie et de toutes les formes de sexualité extrême dont la vogue touche aujourd’hui jusqu’au premier cercle du ministère de

l’intérieur. Parmi les heureux bénéficiaires de la manne publique citons « France terre d’asile », 1200 membres, 450 employés et…26,5 millions d’€uros de subventions.

5 - En réalité les clans roms ne sont pas de facto astreintes à l’impôt en raison même de leur nomadisme et ils ne possèdent généralement pas d’état civil et par conséquent pas de “papiers”. Contrairement à ce que l’on pourrait penser ou imaginer, ils n’ont également aucune obligation de scolariser leurs enfants. Le sieur Dibrini a pour sa part acheté un faux certificat de mariage pour son dossier de demande d’asile afin de créer la fiction d’une famille stable. Quant au couple qui détenait en Grèce la fillette blonde, ceux-ci avaient déclaré 14 autres enfants dans trois villes différentes, dont plusieurs nés entre juin et novembre 1993, et trois d’octobre 1994 à février 1995. Les papiers existent donc a contrario là où ils s’avèrent utiles à l’attribution d’aides et de prestations sociales.

6 – Petit florilège de twitts émis par Mademoiselle dibrini [twitter.com/LEONARDADIBRINI] en remontant du 19 oct. au 21 oct. Les plus provocants voire séditieux ont déjà été supprimés sur le site. De toute évidence Léonard bénéficie de conseils en communications avisés techniquement compétents… Texto : « oui mes amis, j’en apelle a la revolution totale ! » - Tous ensemble, relevons la France ! - " Me voila sou les flaches des projecteurs et se n’est que le débuts... On na virée Sarkozy pour envoyer Hollande comme président de la république, finalement il fait du Sarkozy, sauf que Hollande lui est NUL ! - Des la rentrée dans 2 semaine je vous apelle à une nouvelle mobilisations bien pirre qu’avant les vacances !…

—  1 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2015 - site réalisé avec SPIP, optimisé pour Firefox - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site