Geopolintel

Comment les nouveaux actionnaires capitalistes agissent contre le droit du travail, de l’environnement et des affaires internationales et comment ils utilisent la pandémie du Corona.

jeudi 9 septembre 2021

BlackRock Corporation est actuellement copropriétaire, disons actionnaire, de 18 000 banques, entreprises et prestataires de services financiers, principalement aux États-Unis et au Canada, mais aussi dans l’Union européenne et dans les pays occidentaux. Une telle présence massive et concomitante d’un seul propriétaire n’a jamais été vue auparavant dans l’histoire du capitalisme.

Werner Rügemer

Pourtant, BlackRock n’est que le sommet de l’iceberg capitaliste actuel, nouvellement formé. Les prochains acteurs de ce nouveau type de capital sont Vanguard, State Street, Capital Group, Amundi, Wellington, Fidelity, T Rowe Price, Pimco, Norges. Dans ce qui est décrit ci-après, BlackRock est un modèle pour ces acteurs actuellement incontournables du capitalisme occidental dirigé par les États-Unis. Des acteurs plus petits du nouveau capital avec des modèles d’affaires connexes, mais également peu réglementés, tels que les investisseurs en capital privé (« locustes »), les fonds spéculatifs, les banques d’investissement et les capital-risqueurs font également partie de la scène du nouveau capitalisme, depuis la crise bancaire de 2007 - ils ne sont ici que brièvement mentionnés. (1)

BlackRock - La montée en puissance de la principale banque fantôme

BlackRock est le résultat d’une longue série de déréglementations aux États-Unis, mais rejaillit également sur l’ensemble du système économique, financier, fiscal et gouvernemental occidental, en Europe principalement par le biais de filiales dans la City de Londres.

Siège social dans le plus grand paradis financier américain, le Delaware

BlackRock a certes son siège opérationnel à New York et des succursales dans quelques dizaines d’États. Mais le siège légal de la société, en tant que corporation, se trouve dans l’oasis financier américain du Delaware.
Ce minuscule État américain s’est construit au XXe siècle une position de premier plan en tant que paradis financier occidental, initialement pour les entreprises américaines : Des impôts sur les bénéfices particulièrement bas, des obligations de divulgation peu contraignantes, la création et la gestion de sociétés boîtes aux lettres en tant que secteur d’activité, et un droit des sociétés extrêmement « libéral » : la responsabilité et la transparence sont particulièrement limitées, par exemple, par rapport à une société par actions classique. Depuis les années 1920, la société américaine DuPont (produits pharmaceutiques, armement, fournitures automobiles) est à l’avant-garde de cette évolution : Elle y avait et y a toujours son domicile légal et a ainsi échappé au contrôle public et au paiement des impôts, même pendant son expansion mondiale ; elle a également coopéré, par exemple, avec le cartel pharmaceutique allemand IG Farben pendant l’ère nazie. Ces libertés capitalistes ont également été utilisées pendant des décennies par la plupart des sociétés et banques multinationales, non seulement situées aux États-Unis, mais aussi dans l’UE, en Asie (notamment à Hong Kong), en Amérique latine, également pour des centaines de filiales chacune.

L’UE a reconnu la légalité de ce droit des sociétés sur son territoire. La République fédérale d’Allemagne, qui a été fondée après la Seconde Guerre mondiale à la demande des États-Unis, a déjà reconnu dans le traité d’amitié germano-américain de 1954, sous l’égide de son chancelier fondateur Konrad Adenauer, que les sociétés américaines pouvaient opérer en République fédérale en vertu des lois du paradis financier du Delaware. (2)

Déréglementation depuis le président américain Bill Clinton

Les libertés prévues par la législation du Delaware n’ont cessé de s’étendre et sont devenues considérables au-delà des États-Unis depuis le début du 21e siècle.

Dans les années 1980, les banquiers de Wall Street ont lancé de nouveaux produits et de nouvelles pratiques financières, qui ont ensuite été légalisés sous la présidence du « démocrate » Bill Clinton. Prenons l’exemple de la Bank First Boston, dans les années 1980, Laurence Fink, qui a ensuite fondé BlackRock, a fait du regroupement et de la vente de prêts hypophysaires individuels (pour l’achat de condominiums et de maisons) aux banques et de leur transformation en titres négociables un modèle commercial. Fink a d’abord pratiqué cela dans la société de capital-investissement Blackstone. En 1988, il s’est émancipé de Blackstone avec Blackrock (devenu bien plus tard BlackRock) : Le caillou noir est devenu le rocher noir. (3)

Blackrock & Co n’étaient pas et ne sont pas soumis à l’ancienne réglementation bancaire, renouvelée après la crise financière de 2008. Le président américain Obama a même fait de BlackRock le conseiller pour la résolution de la crise financière : en tant que conseiller de la Réserve fédérale américaine, Blackrock a contribué à décider du sort des banques, des compagnies d’assurance et des sociétés insolvables : Qui serait sauvé, qui ne le serait pas ? Dans le cadre de ce processus, BlackRock a vu ses propres activités exploser.

L’UE lui a emboîté le pas, et BlackRock est également conseiller de la BCE puisque le chef de la Banque centrale européenne, Mario Draghi (jusqu’en 2020), est issu de Goldman Sachs. En 2020, BlackRock a également obtenu un contrat de conseil avec la Commission européenne pour l’ESG (Environnement, Social, Gouvernance). (4)

BlackRock : La plus grande « banque fantôme »

BlackRock & Co ne sont pas considérés comme des banques en vertu du droit des sociétés, malgré leurs nombreuses opérations de type bancaire. La Banque mondiale, les banques centrales et les pays du G7 considèrent toujours officiellement BlackRock and Co comme des « banques fantômes ». À ce jour, elles restent non réglementées « sous observation » dans la banque centrale des banques centrales, la Banque des règlements internationaux (BRI, dont le siège est à Bâle/Suisse), qui est dominée par la Federal Reserve Bank. (5) Grâce à leur lobby, BlackRock & Co ont obtenu que les gouvernements occidentaux continuent de repousser la réglementation. (6)

La base du pouvoir du capital : les super-riches et l’emplacement des États-Unis

BlackRock & Co obtiennent leur base de capital grâce aux capitaux qu’ils lèvent auprès d’entrepreneurs, de fondations d’entreprises, de banques, de compagnies d’assurance, de fonds de pension. Un groupe de fournisseurs de capitaux de plus en plus important est le nombre de super-riches, multimillionnaires et multimilliardaires, qui augmente à pas de géant avec la déréglementation : Ils sont connus sous le nom de High Net Worth Individuals (HNWI) et Ultra High Net Worth Individuals (UHNWI).

BlackRock contrôle plus de 8 000 milliards de dollars, gagnant lui-même en frais, commissions et ses propres transactions, mais agissant essentiellement en tant que représentant légal et gestionnaire des fournisseurs de capitaux. BlackRock garantit également des rendements annuels plus élevés que les gestionnaires d’actifs, les banques traditionnelles et les entreprises, en raison de ses plus grandes libertés.

BlackRock sous les administrations américaines depuis Bill Clinton

Wall Street et les nouveaux argentiers soutiennent majoritairement le parti démocrate aux États-Unis depuis les années 1990 car ils sont devenus puissants grâce à ses dérégulations. C’est pourquoi le PDG de BlackRock, M. Fink, était en lice pour devenir secrétaire au Trésor sous la présidence de la candidate Hillary Clinton. Il avait fait venir chez BlackRock des collaborateurs de l’administration Obama.

Mais lorsque le républicain anti-Wall Street Donald Trump a remporté l’élection de 2016, réduisant les impôts des entreprises tout en leur promettant des subventions gouvernementales plus élevées, Fink a déclaré : « Trump est bénéfique pour l’Amérique. » (7)

Le président américain Joe Biden, en poste depuis 2021, a nommé plusieurs hauts dirigeants de BlackRock dans son administration. Ainsi, Brian Deese : Le responsable de la division mondiale d’investissement durable de BlackRock sera l’économiste en chef du président. Wally Adeyemo a été le principal conseiller du président américain Obama en matière de relations économiques internationales, puis a rejoint BlackRock en tant que chef de la chancellerie de Fink, et est président de la Fondation Obama depuis 2014 ; il est maintenant secrétaire adjoint au Trésor sous Biden. Michael Pyle était chargé des relations financières internationales au département du Trésor sous Obama. Puis il est devenu responsable de la stratégie d’investissement mondiale chez BlackRock, maintenant il est économiste en chef de la vice-présidente Kamala Harris.

Biden lui-même a été sénateur de l’État du Delaware de 1973 à 2009. Il a contribué à faire du Delaware le plus important paradis financier des entreprises au monde - et donc un outil pour BlackRock & Co. BlackRock est donc plus que jamais partie prenante de l’« America First ».

Le nouveau pouvoir des capitalistes invisibles

BlackRock&Co ont également remplacé les grandes banques traditionnelles depuis la crise financière de 2008 : les banques de l’ombre non réglementées sont désormais les propriétaires des grandes banques réglementées, mais aussi de toutes les grandes entreprises numériques telles qu’Amazon, Google, Apple, Microsoft et Facebook. Dans le même temps, BlackRock &Co ont réussi à rester pratiquement inconnus du grand public.

BlackRock réunit les caractéristiques et pratiques suivantes :

Constitution d’entreprise ultralibérale en vertu des lois du paradis financier du Delaware.
Statut de « banque fantôme » non réglementée
Un volume unique de capitaux, actuellement de 8 000 milliards de dollars.
La position unique d’initié et de monopole en tant que principal actionnaire simultané de 18 000 sociétés, banques et fournisseurs de services financiers.
La fonction de conseil auprès de gouvernements importants, de la Banque nationale américaine (Federal Reserve), de la BCE et de la Commission européenne.
Avec ALADDIN, le plus grand système de collecte et d’analyse de données financières, économiques et politiques du monde occidental.
Un système d’agents d’influence rémunérés dans des pays clés tels que les États-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France, le Mexique et la Suisse.
Une intégration avec les systèmes politiques, médiatiques, juridiques, de notation, de conseil, de renseignement et militaires de l’« America First ». Par exemple, BlackRock est actionnaire du principal média libéral occidental, le New York Times.

C’est cette combinaison qui crée le pouvoir. Il en ressort que dans le capitalisme, il ne suffit pas, pour exercer le pouvoir, d’être riche ou super-riche, multimillionnaire ou multimilliardaire. C’est plutôt la présence multiple dans les entreprises, les banques, les institutions financières, les gouvernements, les médias de premier plan et la mise en réseau multiple systémique qui est décisive.

Propriété multiple simultanée : Exemple Wirecard

On entend souvent dire dans les milieux d’opposition que BlackRock & Co. ne peuvent pas avoir une influence aussi importante parce qu’ils ne possèdent jamais que 3 ou 5 ou tout au plus 10 % des actions. C’était également l’argument de l’ancien lobbyiste en chef de BlackRock en Allemagne, le politicien CDU Friedrich Merz.

Mais BlackRock est imbriqué dans une douzaine d’autres organisateurs de capitaux similaires par le biais de participations croisées et de consultations pour les décisions prises dans les entreprises communes, par exemple avant les réunions d’actionnaires : Pour coordonner les votes, les Big Three en particulier, BlackRock, Vanguard et State Street, engagent souvent les agences financières Institutional Shareholder Services (ISS) et Glass Lewis.

Et il y a la propriété multiple autour d’une entreprise où BlackRock & Co sont les actionnaires déterminants. Prenons l’exemple de la société Wirecard, qui fait actuellement l’objet d’un scandale en Allemagne. Les membres du Bundestag et les principaux médias publics et privés dénoncent férocement le ministre des finances Scholz, le régulateur financier Bafin et les auditeurs Ernst&Young (EY) pour ne pas avoir découvert la fraude de plusieurs milliards de dollars perpétrée par ce prestataire de services financiers pendant de nombreuses années.

Mais personne ne pose la question suivante : qui sont les propriétaires de Wirecard ? C’est exact, BlackRock a été l’actionnaire le plus ancien avec 5 %, ce qui en fait le troisième actionnaire le plus important. Mais BlackRock est en même temps beaucoup plus :

BlackRock est actionnaire des autres grands actionnaires de Wirecard, par exemple Goldman Sachs,
BlackRock est actionnaire des principaux prêteurs de Wirecard, Commerzbank, Société Générale et Deutsche Bank,
et Blackrock est actionnaire de l’agence de notation Moody’s, qui a déterminé la solvabilité et les conditions de crédit de Wirecard. (8)

Cette présence multiple de facto de BlackRock & Co est aussi importante pour le fonctionnement du capitalisme contemporain que leur obscurité publique.

Réseau d’agents d’influence

BlackRock entretient des agents d’influence rémunérés dans tous les grands États : Il s’agit de personnalités issues de gouvernements, de partis politiques, d’entreprises, de banques centrales et autres. Ces personnes reçoivent des contrats de conseil très bien rémunérés et des sièges au conseil d’administration de sociétés dont BlackRock est un actionnaire important.
Laurence Fink, le directeur général de BlackRock, agit (ou a agi) lui-même comme un agent d’influence :

  • Membre du conseil des affaires du président américain Donald Trump.
  • Directeur au sein du Council on Foreign Relations (CFR)
  • Présentateur au Forum économique mondial
  • Rencontre en personne des chefs d’État, de gouvernement et d’entreprises
  • Bureau de lobbying à Washington, donateur des deux partis politiques américains.
  • Bureau de lobbying à Bruxelles.
    Friedrich Merz, ex-chef d’équipe de la CDU au Bundestag : associé du cabinet d’avocats d’affaires américain Mayer Brown, jusqu’en 2020 président du conseil de surveillance de BlackRock Deutschland AG.
    Michael Rüdiger, ancien directeur de la Dekabank Deutsche Girozentrale, au conseil de surveillance de la Deutsche Börse AG : successeur de Merz chez BlackRock Deutschland AG.
    Hildegard Müller, présidente de l’association allemande de l’industrie automobile, membre du bureau exécutif du conseil économique de la CDU et du comité central des catholiques allemands : Membre du conseil de surveillance de la plus grande société de logement d’Allemagne, Vonovia, dont BlackRock est l’un des principaux actionnaires.
    Cherryl Mills, ex-chef de cabinet d’Hillary Clinton au département d’État : membre du conseil de surveillance de BlackRock.
    George Osborne, ex-ministre des finances du gouvernement conservateur britannique, rédacteur en chef du journal The Evening Standard : Conseiller de BlackRock avec un contrat de 650 000 livres par an.
    Philipp Hildebrand, ex-président de la Banque nationale suisse : responsable du siège européen de BlackRock à Londres.
    Jean-Francois Cirelli, ancien directeur général des plus grandes entreprises énergétiques françaises GDF/Suez/Engie : directeur de BlackRock France.
    Marco Antonio Slim Domit, fils du plus riche Mexicain, Carlos Slim : membre du conseil de surveillance de BlackRock.

Comment BlackRock génère-t-il les superprofits ?

Grâce à sa position de force, BlackRock génère des profits plus élevés que les entreprises, les banques et les gestionnaires d’actifs traditionnels du capitalisme occidental. (9)

Nouveaux monopoles et oligopoles

BlackRock & Co sont les actionnaires de contrôle des plus importantes entreprises des mêmes secteurs, c’est-à-dire simultanément des plus importantes banques, des plus importantes sociétés pharmaceutiques, pétrolières, agroalimentaires, automobiles, logistiques, aériennes, de défense et numériques, tant dans l’ensemble de l’Occident capitaliste que dans chacun des plus importants États individuels, comme les États-Unis, l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et la Suisse.

D’une part, cela signifie un nouveau type de formation de monopoles, par exemple lorsque BlackRock, Vanguard, State Street&Co sont dans un même projet, les nouveaux actionnaires principaux sont les grandes banques de Wall Street. En Allemagne ils sont les actionnaires principaux des deux plus grandes banques, à savoir la Deutsche Bank et la Commerzbank. BlackRock & Co représentent une grande partie des actionnaires des 30 sociétés du DAX d’Allemagne, du CAC 40 en France et des 500 sociétés S&P des États-Unis. Ce type de formation de monopoles n’est couvert par aucune loi antitrust dans les pays occidentaux.

Fusions et acquisitions

Les fusions et acquisitions constituent une autre forme de formation de monopole ou d’oligopole. BlackRock & Co peut le faire d’autant plus facilement qu’ils sont en même temps copropriétaires des entreprises les plus importantes du même secteur, tant au niveau national qu’international.

Par exemple, BlackRock&Co sont les principaux actionnaires des deux entreprises chimiques Bayer en Allemagne et Monsanto aux États-Unis. Les principaux actionnaires de Bayer pendant le rachat de Monsanto de 2016 à 2020 étaient, dans cet ordre : BlackRock, Sun Life Financial, Capital World, Vanguard, Deutsche Bank. Les plus gros actionnaires de Monsanto étaient, dans un ordre légèrement différent : Capital World, Vanguard, BlackRock, State Street, Fidelity, Sun Life Financial. Dans le même temps, BlackRock est également actionnaire de la Deutsche Bank.

C’est ainsi qu’est né le plus grand groupe agrochimique du monde : il combine le leadership du marché des semences, des pesticides, des brevets agricoles et des données mondiales sur les agriculteurs, les entreprises agricoles et les marchés agricoles. Et, bien sûr, BlackRock & Co sont également des actionnaires importants d’autres entreprises agricoles et chimiques telles que BASF, LG Chem (Corée du Sud), Akzo Nobel (Pays-Bas), et Pfizer et DowDupont (États-Unis).

Numérisation

BlackRock & Co sont les actionnaires déterminants des grandes entreprises de la numérisation comme Google, Amazon, Apple, Microsoft, Facebook et bien d’autres, dès qu’elles stabilisent leur succès. Cela s’applique également à des sociétés comme celles des secteurs de l’automobile et de la logistique qui développent des voitures, des camions et des drones de livraison autopilotés dotés d’intelligence artificielle, dont Tesla, par exemple. Bien sûr, cela s’applique également aux corporations de défense.

La gestion de la pandémie de Corona par les gouvernements occidentaux a encore stimulé l’expansion des sociétés numériques à pas de géant, notamment par le biais de contrats gouvernementaux pour les soins de santé, l’administration publique et les communications gouvernementales. BlackRock & Co sont les premiers à en profiter.

Une spéculation robotisée

La numérisation à l’aide de l’intelligence artificielle s’installe également dans la finance. BlackRock&Co n’attendent pas anxieusement comme les actionnaires traditionnels le dividende décidé et versé à la fin de l’année. Ils le prennent aussi, mais l’activité beaucoup plus lucrative est la spéculation sur les actions qui se déroule tout au long de l’année. Chaque mouvement de la valeur de l’action - à la hausse ou à la baisse - est utilisé pour la spéculation.

Le fait que BlackRock soit le plus grand initié de l’économie occidentale est renforcé par sa filiale ALADDIN (Asset Liability and Debt Derivative Investment Network) : Il s’agit du plus grand centre de collecte et d’exploitation de données financières, économiques et politiques. A l’échelle de la nano-seconde, les valeurs de toutes les actions et autres titres sur toutes les bourses du monde sont simultanément enregistrées, comparées entre elles et évaluées, achetées, vendues de manière largement robotisée. Grâce à des achats et des ventes supplémentaires, renforcés par des actions de prêt, les mouvements à la hausse et à la baisse des titres peuvent être accélérés et utilisés pour la spéculation - plus rapidement et de manière plus rentable que par les concurrents et les petits spéculateurs. Si, par exemple, une action monte et descend constamment en raison de scandales, comme dans le cas de Wirecard, ou dans le cas d’une fusion qui dure des années, comme dans le cas de Bayer/Monsanto - alors c’est le secteur d’activité idéal, générateur de profits, pour BlackRock.

Si les lois nationales sur l’information sont violées au cours du processus - en Allemagne, par exemple, la loi sur le commerce des valeurs mobilières - les régulateurs financiers tels que le Bafin ne sont pas en mesure, que ce soit sur le plan technologique ou en termes de personnel, d’exercer le contrôle nécessaire. (10)

Complicité avec l’évasion fiscale mondiale

Le rendement plus élevé pour les fournisseurs de capitaux s’explique en partie par l’évasion fiscale organisée par BlackRock au profit de ses riches fournisseurs de capitaux, les HNWI et UHNWI. Par exemple, les 5 % d’actions de la société de lignite RWE représentés par BlackRock sont répartis entre 154 sociétés écrans dans une douzaine de paradis financiers entre le Delaware, les îles Caïmans et le Luxembourg. Les sociétés écrans portent des noms tels que BlackRock Holdco 6 LLC. De cette manière, les véritables bénéficiaires effectifs, les investisseurs super riches, sont rendus anonymes et disparaissent aux yeux des autorités de surveillance financière et boursière, des bureaux des impôts, des employés et du public : l’irresponsabilité organisée. (11)

En outre, cela appauvrit encore plus les États touchés, les infrastructures publiques se délabrent, les infrastructures privées, en revanche, se développent.

Bas salaires, haine des syndicats, loyers, retraites privatisées

BlackRock, en tant qu’actionnaire simultané des cinq plus grandes sociétés de logement en Allemagne - Vonovia, Deutsche Wohnen, LEG, Grand City Properties, TAG - encourage les augmentations excessives des loyers et des coûts des services publics.

BlackRock profite de la main-d’œuvre à bas salaire dans les chaînes d’approvisionnement nationales et mondiales - chez Amazon et Apple ainsi que chez Tesla, favorise les conditions de travail précaires également dans les filiales de gestion de logements des sociétés de logement contrôlées par BlackRock&Co.

BlackRock fait pression sur l’UE et les gouvernements, par l’intermédiaire de ses agents d’influence, en faveur de pensions privatisées - également subventionnées par l’impôt, bien sûr - à l’aide du produit financier ETF (Exchanged Traded Funds), une sorte de « part du peuple » dans laquelle BlackRock domine le marché mondial devant Vanguard. (12)


Destruction de l’environnement, armement et nouvelles guerres

BlackRock est actionnaire des principales entreprises de charbon, de lignite, de pétrole, de produits pharmaceutiques, d’agroalimentaire et d’automobile aux États-Unis et dans l’Union européenne. Les retraits de bénéfices élevés de BlackRock empêchent donc aussi les innovations nécessaires dans les domaines des transports, de l’énergie et de l’environnement et mettent en danger la survie de l’humanité. Les fonds environnementaux nouvellement lancés ne sont qu’un ajout de taille comparativement très faible, alors que des participations disproportionnées dans des sociétés de combustibles fossiles continuent d’être détenues.

BlackRock, Vanguard & Co sont également les principaux actionnaires des principales sociétés de défense - y compris celles impliquées dans la production de bombes nucléaires - aux États-Unis et dans l’UE : Boeing, Lockheed, Northrop, General Dynamics, Raytheon (États-Unis), BAE (Royaume-Uni), Rheinmetall (Allemagne), Leonardo (Italie) et autres. BlackRock & Co utilisent le réarmement, les interventions militaires et les guerres menées par les États-Unis et les États de l’UE comme source de profit et accroissent la menace mondiale de guerre.

Les pratiques consistent notamment à contourner les restrictions à l’exportation actuellement en vigueur dans les guerres au Yémen et en Libye, par exemple, en approvisionnant les parties belligérantes comme l’Arabie saoudite. BlackRock ne s’est retiré d’aucun des groupes susmentionnés.

Pandémie de Corona : accumulation accélérée de la puissance mondiale privée

Le CEO de BlackRock, M. Fink, est depuis plusieurs années le porte-parole reconnu du Forum économique mondial (Davos) pour le « renouveau » du capitalisme, notamment en matière d’environnement et de climat (Great Reset of Capitalism).

Fink constate à juste titre que les gouvernements occidentaux sont de moins en moins capables de répondre aux attentes de leurs populations. Comme alternative, cependant, Fink & Co ne s’intéressent pas à la démocratisation des États, comme la collecte des impôts, la promotion des revenus du travail conformément aux droits de l’homme, et l’expansion des infrastructures publiques.

Au contraire, a déclaré Fink en tant que conférencier vedette au Forum économique mondial : L’alternative est de construire une nouvelle structure de pouvoir privée, avec des entreprises privées multinationales et des fondations privées en son centre. Les mesures « Corona » sont destinées à servir d’accélérateur. « Le néolibéralisme a fait son temps », écrit le fondateur du Forum économique mondial, Klaus Schwab, mais il faut éviter les révolutions et les soulèvements. (13)

Le droit international actuel, la Déclaration universelle des droits de l’homme, y compris les droits sociaux et du travail, la décision majoritaire de l’ONU d’interdire les armes nucléaires, les conventions de l’ONU, par exemple, sur les droits des réfugiés, des enfants et des travailleurs migrants, et sur la responsabilité sanctionnée des entreprises dans les chaînes d’approvisionnement et de production mondiales (Traité contraignant) - Fink, Schwab & Co ne mentionnent aucun de ces éléments dans leur nouveau canon de valeurs.

Un nouveau capitalisme écologisé est censé blanchir toutes les violations du droit international, des droits de l’homme et de la démocratie : Du greenwashing. Les gouvernements actuels et les institutions internationales comme la Banque mondiale, l’ONU et la Commission européenne sont censés y contribuer. (14) BlackRock conseille également la Federal Reserve Bank et la Banque centrale européenne sur leurs programmes de relance Corona de plusieurs milliards de dollars/euros.

BlackRock & Co veulent un capitalisme vert renouvelé. De nombreux nouveaux fonds sont lancés à cette fin. Toutefois, ils sont comparativement de faible envergure. En substance, BlackRock & Co continuent d’être les propriétaires majoritaires du capitalisme fossile, c’est-à-dire des sociétés pétrolières, minières, automobiles, pharmaceutiques et de défense qui entretiennent un réseau mondial de sous-traitants aux poches profondes et violent constamment les droits de l’homme en toute impunité. L’évasion fiscale, le rétrécissement des économies nationales, la prévention des innovations nécessaires pour l’environnement et les infrastructures de masse, l’appauvrissement des États et, enfin et surtout, la diminution de l’approbation politique de la majorité de la population pour les gouvernements complices et les partis au pouvoir précédents : Le capitalisme fossile à plus d’un titre.

La Chine gagne la confrontation des systèmes, l’Occident s’arme

La pauvreté dans les colonies, dans les régions d’Afrique et d’Amérique latine exploitées par les néo-coloniaux et, de plus en plus, celle de leurs propres populations, y compris les classes moyennes des riches métropoles - les vieilles démocraties occidentales du capital s’en sont longtemps accommodées, le plus brutalement et le plus longtemps dans le principal État occidental, les États-Unis.

Mais avec la République populaire de Chine, une alternative a émergé en quelques décennies : Devenue la plus grande économie du monde, elle a permis à des millions de personnes appauvries par la féodalité, la colonisation et le capitalisme de connaître un développement ascendant durable, contrairement à l’Occident capitaliste et aux pays en développement qui en dépendent, comme l’Inde et le Brésil. En Chine, les revenus du travail de la majorité et de la classe moyenne augmentent durablement depuis au moins trois décennies, le nombre de personnes assurées socialement augmente (travail, santé, retraites), et l’infrastructure pour le logement, les nouvelles villes, les transports de masse terrestres, l’éducation gratuite a été développée.

À ce développement national s’ajoute une alternative, à savoir la mondialisation inclusive : sur tous les continents, même par exemple dans un nombre croissant d’États de l’Union européenne, l’approbation des multiples investissements de la Nouvelle route de la soie est en hausse. Ce type de mondialisation va, et c’est là une différence très importante, dans le sens du respect du droit international : sans accompagnement militaire, sans un anneau mondial de bases militaires, sans navires capitaux patrouillant constamment au large de côtes lointaines, sans intervention militaire secrète ou ouverte.

Enfin et surtout, la lutte contre la pandémie de Corona l’a montré : La Chine est en train de gagner la compétition des systèmes. En revanche, l’Occident dirigé par les États-Unis, en déclin économique, technologique et politique - du moins jusqu’à présent - considère l’armement contre la Chine et ses principaux partenaires de coopération, la Russie et l’Iran, comme la principale issue. (15)

Dans le même temps, BlackRock & Co poursuivent leurs efforts pour acquérir des participations dans les principales entreprises chinoises et pour obtenir des licences pour des opérations financières en Chine. Ce faisant, ils acceptent les réglementations gouvernementales qu’ils combattent en Occident. La bataille des systèmes est multiforme et n’est en aucun cas décidée.

Werner Rügemer, Köln-Cologne/Allemagne, philosophe interventionniste, dernier livre : Les capitalistes du 21e siècle. An Easy-to-Understand-Outlinie on the Rise of the New Financial Players, 308 pages, édition 2019 (hardcover, paperback, eBook).

(1) Sur la typologie, les pratiques et les conséquences, voir Werner Rügemer : Les capitalistes du XXIe siècle. An Easy-to-Understand Outline on the Rise of the New Financial Players, 308 pages, tredition Hamburg 2019.

(2) Traité d’amitié germano-américain 29 octobre 1954 ; confirmé par le jugement de la Cour fédérale de justice allemande 29 janvier 2003 VIII 155/02.

(3) Sur l’histoire de la déréglementation aux États-Unis et la fondation de BlackRock, voir Rügemer : Les capitalistes du XXIe siècle p. 24 et suivantes.

(4) Nouvel ordre de Bruxelles : BlackRock déterminera-t-il bientôt la politique climatique de l’UE ? Deutsche Wirtschaftsnachrichten 5 mai 2020

(5) Adam Lebor : La Tour de Bâle. L’histoire obscure de la banque secrète qui dirige le monde. New York 2013, p. 252 et suivantes.

(6) Fonds monétaire international : Qu’est-ce que le Shadow Banking ? De nombreuses institutions financières qui agissent comme des banques ne sont pas supervisées comme des banques, in : Finance et développement juin 2013, p. 42 et suivantes.

(7) Larry Fink, chef de BlackRock, loue les réductions d’impôts de Trump, bbc.com/news/av/business-42830383, 26 janvier 2018.

(8) Werner Rügemer : Betrugsunternehmen Wirecard am Pranger - wo aber bleibt BlackRock ? [www.nachdenkseiten.de 4 septembre 2020

(9) Pour les références particulières, voir l’acte d’accusation, les témoignages des témoins et des experts et le verdict du Tribunal contre BlackRock à Berlin les 26 et 27 septembre 2020 ; www.blackrocktribunal.de.

(10) Voir Rügemer : Les capitalistes du XXIe siècle p. 16 et suivantes.

(11) Voir Rügemer : Les capitalistes du XXIe siècle, p. 28 et suivantes.

(12) George Osborne va gagner 650 000 chez BlackRock pour 4 jours par mois, Financial Times 8 mars 2017.

(13) Klaus Schwab est fondateur et organisateur du Forum économique mondial ; Malleret a fondé la société de gestion d’actifs IJ pour l’investissement en capital de l’UNHWI (à partir d’environ 100 millions par personne).

(14) Pour les alternatives et contre-mouvements orientés vers le droit international et les droits de l’homme, voir www.blackrocktribunal.de.

(15) Voir la préface de la 3e édition allemande de Werner Rügemer : Die Kapitalisten des 21. Jahrhunderts, Köln 2021

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site