Geopolintel

La congestion des ports responsable de la pénurie de marchandise

vendredi 15 octobre 2021

Le blocage du canal de Suez pendant près d’une semaine en mars dernier par le méga-navire Ever Given a déclenché une nouvelle flambée des taux de fret au comptant. Ces taux avaient pourtant commencé à se stabiliser après les sommets historiques atteints pendant la pandémie de COVID-19.

Les taux de fret maritime étant une composante majeure des coûts commerciaux, cette nouvelle hausse constitue un défi supplémentaire pour l’économie mondiale qui s’efforce de se remettre de la pire crise mondiale depuis la Grande Dépression.

« L’incident de l’Ever Given a rappelé au monde à quel point nous dépendons du transport maritime », a déclaré Jan Hoffman, chef de la branche commerce et logistique de la CNUCED. « Environ 80 % des biens que nous consommons sont transportés par des navires, ce que nous oublions facilement. »

Les coûts des porte-conteneurs ont un impact particulier sur le commerce mondial. En effet presque tous les produits manufacturés - vêtements, médicaments et produits alimentaires transformés entre autres - sont expédiés dans des conteneurs.

« La plupart des consommateurs seront touchés », a déclaré M. Hoffmann. « De nombreuses entreprises ne pourront pas supporter le poids de la hausse des taux et la répercuteront sur leurs clients. »

Une nouvelle note de politique générale de la CNUCED examine pourquoi les taux de fret ont bondi pendant la pandémie et ce qu’il faut faire pour éviter qu’une telle situation se reproduise.

  • « Les changements dans les habitudes de consommation et d’achat survenus avec la pandémie, notamment l’essor du commerce électronique, et les mesures de confinement, ont en fait entraîné une augmentation de la demande d’importation en biens de consommation manufacturés, dont une grande partie est transportée par porte-conteneurs maritimes »

CNUCED avril 2021

CMA CGM bloque ses taux de fret spot.

L’armateur français de porte-conteneurs, troisième au niveau mondial par la capacité offerte, suspend la hausse des taux de fret sur le marché spot. La décision a pris effet le 9 septembre et sera maintenue jusqu’au 1er février. Elle donne un coup de frein à une inflation galopante des tarifs de transport qui ont entrepris leur folle course il y a un an.

Dans un contexte de bénéfices records enregistrés par les armateurs de porte-conteneurs (en l’occurrence, 4,57 Md$ d’Ebitda pour CMA CGM), de fiabilité des horaires catastrophique qui conduise à annuler des départs et à sauter des escales, de taux de fret dont on ne compte plus le nombre de semaines de hausse consécutive (près de la vingtaine), de congestion portuaire critique qui bloque les navires dans des files d’attente surréalistes et oblige les opérateurs à déployer toujours plus de navires qui manquent, de tensions entre les transporteurs et les chargeurs, dont les coûts de transport ont littéralement explosé, de pression des autorités de réglementation sur les compagnies maritimes, soupçonnées du pire commercial… CMA CGM siffle la fin de partie et donne un coup de canif.

Dans une note à sa clientèle, plus habituée aux annonces « surcharges » qu’à une décision de blocage des prix, le groupe français indique qu’à compter du 9 septembre et jusqu’au 1er février 2022, il bloque toute hausse des taux de fret sur le marché spot. La décision s’applique sur l’ensemble des services opérés par ses marques (CMA CGM, CNC, Containerships, Mercosul, ANL, APL).

Colmater les brèches

« Le groupe souhaite privilégier une relation de long terme avec ses clients face à une situation inédite pour le transport maritime », indique-t-il dans sa note commerciale.

L’armateur français répète en outre qu’il a investi « massivement » depuis la fin de l’année dernière pour renforcer ses capacités (14 nouveaux navires en propriété et 32 navires d’occasion prévus en 2021) alors qu’il a déjà réceptionné depuis janvier 24 porte-conteneurs dont 9 nouveaux navires (parmi lesquels les cinq derniers de 23 000 EVP au GNL) et 15 d’occasion. Pour pallier la pénurie de conteneurs, 520 000 boîtes ont étoffé son parc en un an, à fin juin.

Cercle vicieux

Aux questions qui se posent inévitablement, le groupe n’a pas pour l’instant répondu. Les compagnies goûtent peu en général à la curiosité portant sur leur stratégie relative aux contrats à long terme (qui ont aussi vu leurs tarifs augmenter mais sans commune mesure avec le spot) et au comptant (quelle est la capacité que réserve CMA CGM au spot ? N’est-elle pas déjà réservée ?). Et encore davantage aux négociations « premium » dont les engagements ne seraient plus assurés, ce dont aucun grand chargeur ne semble se plaindre aujourd’hui. Ou du moins publiquement.

Seuls les vendeurs de Décathlon, qui n’est pas un client de CMA CGM, mais qui a une bonne partie de son transport en contrat avec une compagnie, justifie la hausse des prix en magasin par la hausse des prix de transport. Mais au niveau de la direction, peu de voix s’élèvent pour se plaindre de la hausse démesurée des tarifs.

Décision tardive, isolée et partielle ?

De leur côté, les chargeurs auront beau jeu en effet de trouver la décision tardive, isolée (à moins que la compagnie oblige ses rivaux à s’inscrire dans ses pas) et partielle alors que « le mal est fait » et que les taux de fret ne sont qu’une partie du mix prix.

Force est de reconnaître qu’après des années où le transport d’un conteneur se monnayait à vil prix, le marché qui s’est retourné place les transporteurs dans une position de force pour imposer leurs conditions. De la même façon qu’ils se trouvent eux-mêmes « arrosés » par les affréteurs de navires qui n’hésitent pas à faire payer 77 000 $/j un porte-conteneur de 3 500 EVP ou 115 000 $/j pour un 8 000 EVP (source : Harper Petersen) tout en allongeant les durées des contrats.

Réveil en 2023

Selon le Bimco, une des principales associations mondiales d’exploitants de navires, le marché des conteneurs restera fort jusqu’en 2022. « Même si la demande des consommateurs pour les marchandises conteneurisées commence à s’atténuer, il y aura beaucoup de travail à faire pour résorber l’arriéré qui s’est accumulé au cours des derniers mois, et de nombreux stocks qui devront être réapprovisionnés. Le véritable test pour le marché du transport maritime par conteneurs aura probablement lieu en 2023, lorsque les commandes massives passées depuis le début de l’année se solderont pas des livraisons. »

Retards des navires en retard

En attendant, le SCFI - le baromètre des prix au comptant - a encore augmenté de 65,51 points pour atteindre un nouveau sommet historique de 4502,65 points.

Chaque nouveau choc (fermeture du canal de Suez, des ports chinois de Yantian et Ningbo) et revers (fermetures d’usines au Vietnam) déclenchent une nouvelle série de problèmes aux conséquences mondiales sur l’approvisionnement, que ce soit des grandes marques du prêt-à-porter ou des intrants destinés aux secteurs électronique ou automobile.

« En raison de la congestion des ports, moins de la moitié des navires dans le monde sont arrivés à l’heure prévue jusqu’en 2021, et les retards des navires en retard ajoutent systématiquement plus d’une semaine aux délais de livraison », rappelle un analyste de ING.

La question du retour à un transport maritime de marchandises sans heurts reste posée et elle a toujours un franc succès.

Adeline Descamps

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site