Geopolintel

Les coupures d’électricité sont elles un plan du cabinet McKinsey ?

samedi 3 décembre 2022

Pourquoi EDF veut nous couper l’électricité ?

Une circulaire de la Première ministre Élisabeth Borne explique pourquoi 60 % de la population pourrait être concernée par des coupures.
La première raison est « si le froid se confirme, si on a un problème de production ou d’interconnexion (avec les pays voisins) et si la consommation ne baisse pas ».
La seconde repose sur la faible disponibilité du parc nucléaire français.

En cas de coupure un signal rouge sera émis trois jours à l’avance sur l’application mobile EcoWatt. Mais quid des gens qui n’ont pas de smart phone ?

EDF présente toutes les caractéristiques pour devenir le nouvel Enron français.
La scandale Enron est la plus grande faillite jamais organisée qui possédait la particularité d’être piloté par le cabinet de consulting McKinsey.
Kenneth Lay, ancien PDG d’Enron, a innové en lançant une nouvelle politique de trading d’électricité et des matières premières. Cette affaire Enron est particulièrement significative des effets d’une dérèglementation sans contrôle et des excès que peut engendrer le marché. Le secteur de l’énergie en France est en danger, puisque Macron veut réformer le secteur de l’électricité.

La réforme du nucléaire français et la réorganisation du groupe EDF ont débuté en 2021.
Auditionnée à l’Assemblée nationale, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique avait indiqué qu’à ce stade, « l’Etat n’a pas la certitude de parvenir à un accord avec Bruxelles » sur le projet de réforme d’EDF. Elle estime que le statu quo n’est pas tenable.
Ce vieux dossier a été mené par Nicolas Hulot pour pousser EDF à revoir son modèle
L’ancien ministre de la Transition écologique avait demandé un « plan précis » à EDF pour une orientation plus massive vers les énergies renouvelables.

Jean-Bernard Lévy PDG d’EDF pousse à cette réforme :
« Sans Hercule, EDF risque de devenir un acteur de second rang »
EDF est Lourdement endetté et n’a pas les moyens de se restructurer pour la nouvelle transition énergétique. EDF n’a plus les moyens pour assurer la maintenance et le renouvellement du parc nucléaire français.

McKinsey s’introduit chez EDF
Réussir la transition de l’Europe vers la neutralité carbone - McKinsey
Nous avons appris en mars 2020, date du confinement, que Thomas-Olivier Léautier, ancien consultant chez McKinsey, va être nommé chef économiste chez EDF. Il a travaillé chez McKinsey de 1997 à 2003 en tant que consultant dans le secteur de l’énergie.

Paul Champsaur à l’origine de la dérégulation du marché de l’électricité
Paul Champsaur haut fonctionnaire, s’est vu confier en octobre 2008 par les ministres Jean-Louis Borloo et Christine Lagarde la présidence de la « commission Champsaur » chargée de réfléchir sur l’évolution et l’encadrement des prix de l’électricité en France, afin d’aboutir à une refonte du système de tarification de l’électricité.
« sur le marché de l’énergie, nous devons déterminer le prix d’accès à l’énergie nucléaire, dont le principe a été adopté par la loi NOME, récemment votée au Parlement. Avec Eric BESSON, nous allons confier une mission en ce sens à Paul CHAMPSAUR. Nous accompagnerons parallèlement l’ensemble de la filière nucléaire, en nous appuyant d’une part sur le développement d’Areva, et d’autre part sur sa coopération avec les autres acteurs, en particulier EDF. »
Christine Lagarde ministre de l’économie sous le mandat de Sarkozy dec 2010

Rachat de Direct Energie par Total
Direct Energie était le premier fournisseur d’électricité alternatif. Total a déboursé 1,4 milliards d’euros pour acquérir 74% de Direct Energie. Avant l’acquisition, Total comptait 1,5 millions de clients dans l’électricité et le gaz. Quant à Direct Energie, il comptait 2,6 millions de clients. Avec cette acquisition, Total est passé directement à plus de 4 millions de clients en électricité et gaz.

Total va-t-il racheter EDF ?
La réponse se trouve peut-être avec Thomas-Olivier Léautier - Chef economiste EDF qui vient d’être embauché par Total Energie.

Thomas-Olivier Léautier - Chef economiste, Total Energie

.

Le chef économiste d’EDF passe chez TotalEnergies au moment où l’entreprise annonce des résultats exceptionnels pour 2021

Il y a quelques jours, le chef économiste d’EDF, Thomas-Olivier Léautier nous quittait pour rejoindre l’un de nos principaux concurrents, TotalEnergies.

Il est vrai que TotalEnergies avait quelques arguments pour l’attirer puisque l’entreprise vient d’annoncer, non sans fierté, des résultats exceptionnels pour 2021. Ses actionnaires ont été très bien traités : ils ont récupéré 33% sous forme de dividendes, qui culminent à 7.2 Mds €. Les actionnaires profitent donc d’une rentabilité très élevée de leurs capitaux investis, de 17% ! Et le PDG M. Pouyanné annonce déjà une nouvelle augmentation de 5% des dividendes du prochain trimestre !

Lors de la présentation des résultats financier, les dirigeants de TotalEnergies ne cachent pas qu’ils doivent en grande partie ces très bons résultats à la hausse des prix du gaz. Cela a évidemment boosté, avant tout leur activité GNL (Gaz Naturel Liquéfié), mais aussi leur activité électricité. Ils se réjouissent non seulement de l’envolée des prix, qui leur a été favorable, mai aussi de leur volatilité qui leur permettent de spéculer ! Et cela ne les empêche pas d’aller toucher les aides d’Etat sous la forme des 20 TWh d’ARENH supplémentaire (c’est-à-dire concrètement que l’Etat a demandé à EDF de reverser à ses concurrents, dont total, la différence entre le prix de marché, qui tourne autour de 200 €/MWh et le coût de production estimé à 46.2 €/MWh).

Il est vrai qu’il n’émanait pas de la présentation un grand sens de l’intérêt général mais plutôt une certaine morgue : l’heure était à la fête et à l’auto-congratulation, et tant pis pour ceux qui n’arrivent plus à se chauffer ou à remplir le réservoir. Un exemple particulièrement révélateur : grâce à leur beau projet de méga ferme photovoltaïque au Qatar (10 km * 10 km), les investisseurs sont généreusement invités à la coupe de monde de football dans ce beau pays des droits humains ! Autre projet potentiellement très lucratif mais encore plus contestable : le projet d’oléoduc (1440 km) en Ouganda-Tanzanie, très contesté par les ONG de défense de l’environnement et en contradiction flagrante avec l’objectif de neutralité carbone en 2050. Ainsi, L’Agence Internationale de l’Energie appelait l’année dernière à cesser les investissements dans le fossile, indiquant que « L’exploitation et le développement de nouveaux gisements de pétrole et de gaz doivent cesser cette année […] si le monde veut rester dans les limites de sécurité du chauffage mondial et atteindre l’objectif de zéro émission nette d’ici 2050. »

M. Léautier sera très bien dans cette entreprise. Tenant d’une économie ultra-libérale, il prônait la suppression des tarifs réglementés de vente, le développement de la tarification dynamique (très dangereuse pour les consommateurs car indexée sur les prix de marché spot frôlaient les 600€/MWh en décembre). Dans le journal La Tribune, en Juin 2016, il désespérait : « C’est donc sans grande illusion que nous appelons une nouvelle fois de nos vœux une vraie libéralisation des marchés de détail de l’énergie, ce qui passe par la disparition des Tarifs Réglementés de Vente ». Ainsi, après avoir poussé à la libéralisation qui met en difficulté EDF mais surtout l’ensemble des usagers, il va faire profiter de ses lumières TotalEnergies … et bénéficier en retour de certains avantages, certainement.

Au passage, les collègues qui se sont vus appliquer des clauses de non-concurrence (par exemple un collègue à qui EDF R&D a refusé un détachement à Enercoop, coopérative ô combien dangereuse) ou tous ceux qui s’arrachent les cheveux dans les procédures de protection commerciale des données et les interdiction de partager la connaissance avec d’autres entreprises ou filiales du groupe, apprécieront le fait que le passage du chef économiste d’EDF à TotalEnergies ne pose apparemment aucun problème !

A vrai dire, compte-tenu de ses positions, nous n’avons qu’un mot : bon vent ! Mais que nos dirigeants ne viennent pas nous dire qu’ils défendent le service public, ni même notre entreprise, quand ils choisissent d’embaucher un tel profil ! Nous devrions plutôt leur demander ce qu’étaient leurs motivations pour une telle embauche !

Source

« Total pourrait être le Free de l’électricité » : ce que les consultants disent du rachat de Direct Energie

« Le téléphone crame. » Dixit un consultant en stratégie spécialiste de l’énergie interrogée cette semaine par Consultor. Le rachat de Direct Energie par Total suscite beaucoup d’intérêt et d’interrogations sur l’avenir de la production et de la distribution d’énergie, tant auprès des professionnels que des particuliers.

Est-ce la fin d’un duopole EDF - Engie qui dix ans après l’ouverture à la concurrence reste quasi inchangé ? De quoi la distribution d’électricité et de gaz pourrait-elle être faite dans les mois et les années qui viennent ? Consultor a posé la question à Boris Imbert, associé fondateur de Mawenzi, et à Philippe Angoustures, associé énergie et économie numérique chez PMP. Interview croisée.

Pourquoi ce rachat ?

Philippe Angoustures : Total, comme d’autres, fait l’analyse que l’électricité est une énergie d’avenir. Parce qu’elle sera compétitive, non carbonée et que vous pouvez tout faire avec, du chauffage urbain aux transports. Avec le rachat de Direct Energie, Total rentre un peu plus dans l’électricité. Il équilibre aussi son business model. Entre l’amont, où le groupe avait racheté en 2011 le fabricant de panneaux solaires californien SunPower puis, en 2014, le fabricant français de batteries Saft. Là, avec Direct Energie, Total se positionne sur l’aval, et la distribution. Quand les prix de gros sont hauts, la partie amont est lucrative mais l’aval souffre. Quand les prix sont bas, la perte de marge de l’amont peut être compensée par une meilleure rentabilité de l’aval.

Boris Imbert : Les marchés de l’électricité et du gaz restent dominés par les deux acteurs historiques que sont EDF et Engie qui se partagent respectivement les places de numéros un et deux. C’était un jeu à deux dans lequel Direct Energie arrivait à se faire une place. L’arrivée de Total change la dynamique.

Total accélère-t-il son retrait du tout pétrole ?

Philippe Angoustures : Soit Total prend des positions sur des marchés d’avenir, soit il laisse d’autres acteurs prendre les devants. En Inde, un des plus gros marchés énergétique au monde, si la croissance n’est pas au charbon, elle pourrait être solaire et électrique.

Boris Imbert : À très long terme, la place du pétrole va diminuer, tant pour des raisons d’épuisement des ressources que d’environnement. D’ici cinquante ans, la question des ressources sera réglée. Total deviendra davantage un énergéticien qu’un pétrolier. Dans les villes, les nouvelles mobilités autonomes et électriques vont exiger des capacités électriques toujours plus importantes. Total ne rentre pas sur ce marché par hasard.

Deux milliards d’euros de valorisation, est-ce le juste prix ?

Philippe Angoustures : C’est cher. Cela veut dire 750 euros par client, qui sont à mettre en regard aux 60 euros de marge brute annuelle que l’ont peut dégager en moyenne sur le marché de l’électricité en France, aux conditions de marché actuelles. Sept cents cinquante euros par client, c’est le prix qu’on pouvait payer à la belle époque des télécoms dans un secteur où il était possible de compter sur des marges plus importantes.

Boris Imbert : Ce n’est pas le principal actif sur lequel Total met la main. Le groupe pétrolier achète du temps, celui que Direct Energie a laborieusement passé depuis sa constitution en 2003 à bâtir un portefeuille clients de 2,6 millions de personnes. Et une place sur un marché à la rentabilité potentielle et aux capacités de développement très élevées.

Justement. Pourquoi EDF et Engie restent-ils si prédominants sur des marchés ouverts à la concurrence depuis 2007 ?

Philippe AngousturesPhilippe Angoustures : Les fournisseurs alternatifs restent méconnus de la majorité des usagers. L’ouverture à la concurrence n’est pas du tout la même dans l’électricité et dans le gaz. Pour l’électricité, elle est structurellement limitée par la prédominance des moyens de production monopolistiques, dans le nucléaire et les grands barrages, qui limitent les possibilités de sourcing alternatif pour les fournisseurs. Or, dans le gaz, l’ouverture est beaucoup plus importante et la concurrence s’accentuera avec la fin des tarifs réglementés, dont la fin est annoncée pour 2023.

Il y a vingt-trois fournisseurs alternatifs d’électricité en France. De quelles marges de manœuvre disposent-ils ?

Philippe Angoustures : De marges réduites. En fonction de la température moyenne une année donnée, on peut économiser 50 à 100 euros en devenant client chez eux. Mais ils ne peuvent pas pratiquer des tarifs beaucoup plus bas qu’EDF et essaient de se différencier par l’innovation. Ce qui ne transporte pas les foules. Surtout que la moitié des clients ne sait pas qu’elle peut changer de fournisseur. Avoir des informations détaillées sur votre consommation électrique directement sur votre téléphone ne justifie pas auprès du plus grand nombre de dépenser quelques euros de plus par mois.

Boris Imbert : Un parallèle peut être fait avec le marché des télécoms dont l’ouverture à la concurrence date de 1998. Vingt ans plus tard, il y a quatre opérateurs dominants. Ceci étant, Total pourrait être le Free de l’énergie et une ouverture à la concurrence pourrait s’avérer très bénéfique en termes de tarifs et d’offres pour les usagers finaux.

Se dirige-t-on vers un jeu à trois EDF, Engie et Total ?

Philippe Angoustures : Total compte désormais trois millions de clients dans l’électricité en France, soit 10% des quelque 30 millions de comptes raccordés. Cela commence à faire. Mais trois gros défis sont face à lui : Total arrive avec une culture des marges pétrolières importantes dans une entreprise à la culture de l’agilité et de la maîtrise des coûts. Le mariage sera-t-il heureux ? Secundo, arrivera-t-il à faire de l’électricité une activité plus rémunératrice via de nouveaux services alors que pour l’instant aucun n’a trouvé son modèle économique ? Tertio, une fois qu’il aura stabilisé son modèle de fournisseur d’électricité, parviendra-t-il à le déployer à l’international ?

Boris ImbertBoris Imbert : En Afrique ou en Inde, Total opérera sans doute par acquisitions également. La France compte encore pour 10 à 15% du chiffre d’affaires de Total mais un enjeu important consistera à répliquer cette diversification sur des marchés aux besoins énergétiques absolument colossaux.
Avec 100 000 clients en moins par mois pour EDF, l’érosion de son monopole s’accélère. Comment peut-il réagir ?

Boris Imbert : EDF va être forcé d’agir et de bouger plus rapidement. Ceci dit, à nouveau, la comparaison avec les télécoms tient : Orange demeure leader quoiqu’il a dû se réformer. EDF devra faire sa révolution, avec un sujet nucléaire particulièrement lourd.

Benjamin Polle

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2022 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site