Geopolintel

Microsoft licencie des journalistes pour les remplacer par des robots

samedi 30 mai 2020

Les nouvelles technologies évoluent plus vite que le monde du journalisme. L’intelligence artificielle va remplacer les journalistes.

Les utilisateurs des pages d’accueil du site web de MSN et du navigateur Edge verront désormais les articles générés par l’Intelligence Artificielle.

Des dizaines de journalistes ont été licenciés après que Microsoft a décidé de les remplacer par des logiciels d’intelligence artificielle.

Le personnel qui gère les pages d’accueil des actualités sur le site web MSN de Microsoft et son navigateur Edge - utilisé par des millions de Britanniques chaque jour - a été informé qu’il ne sera plus nécessaire de les utiliser car les robots peuvent désormais faire leur travail.

Environ 27 personnes employées par PA Media - anciennement Press Association - ont été informées jeudi qu’elles perdraient leur emploi dans un mois après que Microsoft ait décidé de ne plus employer d’êtres humains pour sélectionner, éditer et gérer les articles d’actualité sur ses pages d’accueil.

Les employés ont été informés que la décision de Microsoft de mettre fin au contrat avec PA Media a été prise dans un délai très court, dans le cadre d’un changement global qui s’éloigne de l’humain au profit de mises à jour automatisées des informations.

Un membre du personnel qui a travaillé dans l’équipe s’est exprimé « Je passe tout mon temps à lire comment l’automatisation et l’IA vont prendre tous nos emplois, maintenant c’est à mon tour - l’IA a pris mon travail ».

La décision de remplacer les personnes par des logiciels était risquée, car le personnel en place veillait à respecter des « directives éditoriales très strictes » qui garantissaient que les utilisateurs ne se voyaient pas présenter des contenus violents ou inappropriés lorsqu’ils ouvraient leur navigateur, ce qui était particulièrement important pour les jeunes utilisateurs.

L’équipe des responsables du site de Microsoft n’a pas publié d’articles originaux, mais a néanmoins exercé un contrôle éditorial, en sélectionnant des articles produits par d’autres organismes de presse - y compris le Guardian - et en modifiant le contenu et les titres, le cas échéant, pour les adapter au format. Les articles étaient ensuite hébergés sur le site de Microsoft, la société de presse partage les recettes publicitaires avec les éditeurs des articles originaux.

La correction manuelle des articles d’actualité a également permis de s’assurer que les titres étaient clairs et adaptés au format, tout en favorisant la diffusion d’opinions politiques et en évitant les articles peu fiables, tout en mettant en évidence les articles intéressants provenant de sources plus modestes.

Parmi les journalistes menacés de licenciement, certains avaient une longue expérience de la presse, tandis que pour d’autres, elle leur offrait un débouché et un emploi dans une profession qui a connu des vagues de licenciements. Ils doivent maintenant relever le défi de trouver un emploi ailleurs alors que l’ensemble du secteur cherche à réduire les coûts.

D’autres équipes à travers le monde devraient être touchées par la décision de Microsoft d’automatiser les sites d’information.

À l’instar d’autres organisations de presse, PA Media est confrontée à des difficultés financières importantes et a dû licencier certains de ses employés et demander à d’autres de réduire leurs salaires. La société s’est développée en dehors de son activité traditionnelle d’agence de presse, en rachetant récemment la société d’images Alamy peu avant que la pandémie ne dévaste le secteur des médias.

Un porte-parole de la société a déclaré : « Nous sommes en train de réduire petit à petit l’équipe de Microsoft qui travaille chez PA, et nous faisons tout ce que nous pouvons pour soutenir les personnes concernées. Nous sommes fiers du travail que nous avons accompli avec Microsoft et savons que nous avons fourni un travail de grande qualité ».

Un porte-parole de Microsoft a déclaré : « Comme toutes les entreprises, nous évaluons régulièrement notre activité. Cela peut se traduire par une augmentation des investissements dans certains endroits et, de temps en temps, par un redéploiement dans d’autres. Ces décisions ne sont pas le résultat de la pandémie actuelle ».

Beaucoup entreprises technologiques expérimentent l’intelligence artificielle dans le journalisme. Google, par exemple, finance des projets visant à comprendre ses utilisations, bien que les efforts visant à automatiser la rédaction des articles n’aient pas été vraiment acceptés

The Guardian.

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site