Geopolintel

La France se mobilise contre le Pass sanitaire, pendant que Macron prend la fuite.

dimanche 25 juillet 2021

Ce samedi 24 juillet est un jour historique.
La vieille ficelle, qui consistait à faire passer des lois liberticides en période estivale pour éviter les manifestations, n’est plus du goût des français.
Le peuple s’est réveillé et l’Etat a la « gueule de bois ».
Personne n’aurait pu imaginer que plus de deux millions de français seraient dans la rue, selon les chiffres des RG.
La France du chantage c’est fini, le personnel soignant commence a lâché la vérité sur la réalité de l’escroquerie du Covid, comme cet hôpital de Montélimar qui affirme que depuis mai 2021 leur service Covid est vide.
Si Macron compte faire perdurer cette dictature avec l’aval des forces de l’ordre, il oublie que les gendarmes, les policiers et les militaires ont des familles qui défilent contre le pass sanitaire.
La mégalomanie du chef de l’Etat ne durera pas, l’ensemble de la classe politique a beau voter contre le peuple, cette fois-ci il est réveillé.

Emmanuel Macron vient d’arriver sur Tahiti. Toutes les manifestations ont été interdites et en prime, les médias ont interdiction de l’approcher. Il a été hué par le peuple polynésien.

COMMUNIQUE

Syndicat de défense des policiers municipaux

SDPM

Le Syndicat est de plus en plus interrogé sur le contrôle des pass-sanitaires par les policiers municipaux. Le Bureau du SDPM adopte la résolution suivante :

Le SDPM s’oppose fermement à ce que les policiers municipaux soient associés à la politique de contrôle et de répression liée au pass-sanitaire, et ce, sans remettre en cause la vaccination contre le Covid19.

Le SDPM estime, que les forces de l’ordre, ont d’autres tâches prioritaires à effectuer, que de s’immiscer dans les données médicales des administrés, qui relèvent de la vie privée. Le SDPM rappelle que la délinquance et le risque terroriste n’ont pas baissé en France.

Ainsi, le SDPM rejoint les positions du Syndicat Alliance Police Nationale.

Le SDPM rappelle les réserves du Défenseur des Droits, mais aussi de la Présidente de la CNIL qui a évoqué, s’agissant du pass-sanitaire, une atteinte « particulièrement forte » aux libertés. Le Syndicat pointe le risque qu’attribuer ce type de mission aux policiers municipaux puisse heurter la population en entrant en contradiction avec sa vocation de proximité : il en appelle à la conscience des élus et des responsables de service.

Le SDPM est attaché aux principes démocratiques fondant notre Nation, prévoyant un juste équilibre entre libertés et sécurité.

Enfin, s’agissant de la célérité et de la sévérité de la mise en place du pass-sanitaire, le SDPM regrette que des milliers de policiers municipaux, comme des millions de citoyens, voient leurs vacances d’été compromises, et ce alors même qu’ils étaient en attente de la vaccination.

Le SDPM a parfaitement conscience du débat particulièrement clivant entourant le pass-sanitaire ; mais il assume complètement sa position.

Le Bureau national,

Le 24 juillet 2021

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site