Geopolintel

Nous sommes désormais condamnés à errer sans fin dans les sentines génétiques de la mémoire abolie

jeudi 23 septembre 2021

Pour avoir dit « nous refusons que notre peuple continue d’être submergé et assassiné par une cette immigration massive… À tous ceux qui veulent nous envahir, retournez chez vous. L’Europe ne sera jamais votre maison », l’ancienne porte-parole de Génération identitaire Thaïs d’Escufon, vient de se voir condamnée par le tribunal de Saint-Gaudens à une peine de deux mois de privation de liberté avec sursis assortie d’une amende de 3.000 euros. M. Zemmour pour des faits similaires s’est vu quant à lui, relaxé1 ! Personne ne verra là un détestable deux poids, deux mesures ! M. Macron, en bon machiavélien – ceux qui ont l’intelligence du coup tordu mais sont bien incapables de redresser la barre… d’ailleurs est-ce là leur Projet ? – a le plus grand besoin d’un trublion utile à fragmenter une opposition déjà en soi ectoplasmique. D’ailleurs M. Zemmour est à cette heure propulsé à 19% d’intentions de vote…

Retour à la blonde Thaïs, en ce qui la concerne le parquet a estimé que les migrants avaient été gravement insultés par « une expression outrageante, un terme de mépris ou [une] invective » ! Rappelons qu’étaient ainsi désignés des individus ayant pénétré en toute illégalité sur le territoire national et par conséquent, des délinquants. Au même instant, de l’autre côté de l’Atlantique, ce 6 septembre, Claudia Sheinbaum, chef du gouvernement de Mexico (une sorte d’Agnès Buzyn latino-américaine), décidait très libéralement de remplacer la statue (érigée en 1877) du génois Christophe Colomb inventeur (découvreur) des Indes occidentales, par celle d’une emblématique femme olmèque. Ceci au nom d’un impérieux besoin de « justice sociale » et afin de forclore cinq siècles de « résistance » aux (infâmes) colonisateurs venus d’Espagne. Oui-da le décolonialisme est à l’ordre du jour… C’est pourtant oublier que les trois cents soldats de Cortès ne serait pas venus à bout de l’empire aztèque s’ils ne s’étaient alliés des peuples las de servir de viande de boucherie à une ethnie particulièrement cruelle adepte du cannibalisme pour tous2. Une culture hautement exotique exaltée à longueur de temps et de documentaires sur la chaîne franco-allemande Arte !

Plus modestement, à Rouen, une statue équestre de Napoléon - installée en 1865 et inamovible depuis 150 ans ; dans laquelle on découvrit à l’occasion de sa dépose un cylindre de laiton contenant sept pièces d’or, d’argent et de bronze ! - déboulonnée il y a un an au prétexte de restauration, devrait être remplacée suivant le vœu du maire de la ville, Nicolas Mayer-Rossignol, un socialiste poulain de Laurent Fabius, par une effigie de feu l’avocate militante pro FLN et pro avortement Gisèle Halimi (Liberté ! Que de sang fait-on couler en ton nom3). Une ex-grande amie de M. Zemmour qui vient de manquer la panthéonisation de peu la préférence ayant été donnée à une talentueuse et excentrique Américaine mondialement célébrée pour son pagne en régime de bananes.

Le “progrès” ne s’arrêtera-t-il jamais plus ?

Le Canada de son côté se montre plus timide dans la grande réinitialisation culturelle en précédant à des autodafés de ces brûlots racialo-néocolonialistes que sont les albums de Tintin et d’Astérix. L’affaire s’est récemment ébruitée : le conseil scolaire catholique Providence, lequel gère une trentaine d’écoles francophones dans le sud-ouest de l’Ontario, aurait procédé en 2019 à une cérémonie « de purification par le feu », en détruisant tout ou partie de quelque 5 000 livres pour la jeunesse accusés d’entretenir des préjugés négatifs à l’encontre des autochtones présentés dans cette basse littérature, comme arriérés, alcooliques et paresseux… Au demeurant nul ne conteste qu’il ne puisse exister des exceptions, parfois nombreuses, aux règles les mieux établies ! Un geste de « réconciliation avec les Premières Nations… Nous enterrons les cendres du racisme, de la discrimination et des stéréotypes [avec celles d’ouvrages] au contenu désuet et inapproprié… dans l’espoir que nous grandirons dans un pays inclusif où tous pourront vivre en prospérité et sécurité » [lemonde.fr9sep21]. Amen !

Rêve ou illusion ? Ne serait-ce pas plutôt les cendres de la civilisation – avec ses ombres et ses lumières – qu’emporterait ce vent mauvais de la Nouvelle histoire ? Et tout est bon pour estomper, ensevelir, banaliser les témoignages de la Geste héroïque de nos aïeux et de nos grands anciens… Cela commence par la décontextualisation, se poursuit via le ridicule ou le dénigrement et s’achève sous la masse des démolisseurs. Les Grands remplacements débutent toujours par l’effacement de la mémoire, de la conscience de soi, de l’oubli des origines… tant et si bien que les derniers des Céfrans, déboussolés, désorientés se trouvent condamnés à errer comme des âmes en peine dans les lugubres limbes des sentines génétiques de nos sociétés plurielles… et divinement inclusives !

Notons que les idiots utiles ne manquent jamais l’occasion de renvoyer ce type d’événements, - les destruction du patrimoine commun ; navrantes mais si emblématiques de l’actuelle décomposition sociétale - aux heures réputées les plus sombres et aux autodafés de littérature dégénérées (et autres déviations messianiques tels les délires subversifs du marxiste et les charlataneries alambiquées du freudisme). Or culturellement, intellectuellement et moralement parlant l’heure est beaucoup plus grave. Faisons également observer que depuis un demi-siècle (cela a commencé avant mai 1981, l’élection de Mitterrand et de ses séides polydactyles dont l’objectif a toujours été la liquidation de la France réelle, historiquement enracinée et plus ou moins ethniquement homogène) se déroule à bas-bruit, dans nos bibliothèques, de furieuses épuration des ouvrages dissidents, envoyés au pilon en toute discrétion. Nous n’avons jamais entendu quiconque s’en émouvoir !

Les imbéciles, sévèrement atteints d’une sorte de glaucome cérébral, sont d’ailleurs bien incapables de faire le distinguo entre amputation salvatrice du membre gangrené, régénérescence à partir d’un tronc vivant, et pure destruction. Il a autodafé et autodafé, rien de plus stupide que de tout mettre sur le même plan : c’est confondre l’agresseur et le défenseur. Mais dans le cloaque intellectuel régnant qui est encore capable de discriminer à bon escient entre le bien et le mal, le beau et le laid, la vérité et le mensonge ? Notre monde vacille parce que les bases de la logique sont profondément ébranlées, qu’à notre insu, mais dans les faits, deux et deux font déjà cinq et qu’une écrasante majorité y adhère… Vous voulez des exemples ? Personne (apparemment) ne frémit lorsque les nouveaux prêtres de la morale revisitée façon Droits humains, nous assènent que certaines opinions n’en sont pas parce qu’elles sont des délits ! C’est pourtant simplissime, une opinion qui est un délit est un délit d’opinion… Passez muscade. Délit inexistant, interdit et même impossible au dire du préambule de notre Constitution, en l’occurrence la Déclaration universelle des Droits de l’Homme4. Le serpent se mord la queue. Nous attendons que les grands esprits de notre temps, les autorités morales , l’intelligentsia dans toute sa splendeur, soulignent ce non-sens et s’en indignent à sa juste mesure. Autre sophisme hallucinatoire, les non-vaccinés constitueraient un danger pour les vaccinés ! Nul ne pose la question de savoir alors à quoi sert le vaccin ? Plus c’est stupide, abscons et mieux cela se gobe !

La société du spectacle systémique

Pendant ce temps-là (12 sept.), les héritiers de Christo “emballent” (empaquettent) l’arc de triomphe d’un voile de textile bleu moiré. Une autre manière d’occulter l’histoire en en faisant un objet de déco, un mobilier urbain sans rime ni raison. Toutefois, l’installation ne sera que temporaire au contraire du déménagement du cavalier de Rouen, remarquable en cette année du bicentenaire de la mort du géant5. Trois jours auparavant, sous un ciel de pluie, sombre et lumineux, les Alpha Jets de la Patrouille de France en formation losangique remontaient la Seine, lâchant des traînées de fumées tricolores. Aux Grands hommes la patrie reconnaissante, ultime hommage à l’acteur Belmondo, sorte de mixte de Rouletabille et de Bibi Fricotin, connu dans ses divers rôles pour sa gouaille et son culot de mousquetaire. Les temps modernes adulent (et couvrent d’or) les chanteurs, les acteurs et les joueurs de ballons ronds… Mais rarement ceux qui passent leur vie l’œil vissé à l’oculus d’un microscope !

Naguère, autrefois, dans l’antiquité, les vedettes populaires étaient les auriges (conducteurs de chars) et les gladiateurs (souvent des hommes libres). Ceux-là risquaient leur peau à chaque prestation… Il est vrai que notre époque schizoïdique vit dans la confusion permanente entre le réel et le virtuel. Les écrans (et la zombification numérique) ont remplacé les jeux du cirque et les champs de bataille au corps à corps. Le monde a les super héros qu’il mérite et la distance n’est pas grande entre les idoles des jeunes (devenus vieux entre temps), telle cette bête de scène cocaïnomane – Jean-Philippe Smet de son vrai nom qui n’a jamais écrit la moindre chanson au contraire d’Édith Piaf – dont le talent n’explique pas ni ne justifie les funérailles presque nationales. Alors, de l’émotion super massive à la soumission au port du masque et au pass-sanitaire, il n’y a qu’un pas, la bovinisation est en Marche (accélérée).

En un mot, tout est bon pour amuser, distraire – et avilir - le bon peuple. Ce qui n’a rien d’extraordinaire ni de nouveau, ne serait-ce les moyens utilisés et le cynisme présidant à la manœuvre… Le procès à très grand spectacle – dont il ne sortira rien, nada - des tueries du 13 novembre 2015, illustre cette assertion. Noyé dans un brouillard d’un pathos de mauvais aloi (à l’instar de la commémoration du XXe anniversaire de la démolition contrôlée des tours de Manhattan - trois bâtiments au total - qui au demeurant aura laissé indifférent une majorité de Newyorkais6), cet opéra judiciaire servira d’écran de fumée afin de faire oublier les 14.500 plaintes reçues au 6 septembre par le procureur général près la Cour de cassation François Molins. Requêtes liées au traitement de la crise du Covid, entre autres pour violation du secret médical, mise en danger de la santé d’autrui, coups et blessures, etc.

Finalement, Mme Agnès Buzyn, ex ministre de la Santé a été mise en examen ce 10 sept. pour mise en danger de la vie d’autrui devant la Cour de Justice de la République. L’institution, dans le cadre de l’enquête ouverte dès juillet 2020 sur la manière dont l’épidémie a été géré par gouvernement, s’est en effet miraculeusement intéressé à l’action concrète de la ministre au début de la crise et pourrait en avoir tiré la conviction que ladite ministre s’est effectivement rendue coupable d’une mise en danger de la vie d’autrui…

Dame Buzyn a indirectement participé à la naissance de la plateforme de recherche avancée en virologie de Wuhan (par le truchement de son conjoint Yves Lévy directeur de l’Inserm), laboratoire de très haute sécurité P4 d’où serait sorti le fameux coronavirus. Après avoir quitté le gouvernement à la mi-février 2020 pour briguer – guignolade politique oblige - la mairie de Paris, elle fut remplacée à la Santé (il ne s’agit pas de la prison éponyme) par le sieur Olivier Véran, elle avait fait judicieusement parler d’elle en qualifiant les élections municipales de « mascarade »… La candidature de la mairesse de Paris Anne Hidalgo à la présidence, annoncée ce 12 septembre, en sera une autre ! Mais surtout en déclarant alors qu’elle « savait que la vague du tsunami [viral] était devant nous ». C’est la même personne qui déclarait un mois plus tôt : « Le risque d’importation [du virus] depuis Wuhan est pratiquement nul… les risques de propagation du coronavirus dans la population sont très faibles ».

Mise en examen (c’est-à-dire inculpée) Agnès Buzyn pour mise en danger de la vie d’autrui, quoique devenue fonctionnaire des Nations Unies, amène, au-delà de sa propre personne et de la solidité de ses réseaux, à poser peu ou prou la question lancinante de la responsabilité pénale de l’exécutif dans la gestion catastrophique de la crise sanitaire et son instrumentation à des fins politiciennes… Qui se risque à donner aujourd’hui des nouvelles de la Suède et de sa politique d’auto-immunisation naturelle ? Sans évoquer d’éventuelles prises illégales d’intérêts…Ne lui doit-on pas l’interdiction de l’hydroxychloroquine ? Découvrira-t-on un jour prochain que le tout vaccinal aura causé plus de dégâts que la maladie elle-même ? Et puis, si la Justice parvenait à mettre en évidence une chaîne de défaillances graves de la part de l’exécutif, cela ne pourrait-il ouvrir la voie à une mise en cause directe de l’Élysée ? Ce serait évidemment trop beau pour arriver, allons, sortons du rêve éveillé, retombons les deux pieds dans la fange !

12 septembre 2021

Notes :

1 Le 29 septembre 2020, au cours de l’émission « Face à l’info », l’éditorialiste avait dit des “mineurs isolés” : « Ils n’ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu’ils viennent ». Propos tenus dans le contexte d’une attaque au hachoir perpétré quelques jours plus tôt par un innocent migrant pakistanais à proximité des locaux de Charlie Hebdo. Ce qui avait valu à Zemmour des poursuites pour « incitation à la haine » et « injure raciale ».

2 Il semblerait que les Olmèques, disparus de la Mésoamérique depuis deux millénaires et plus, aient également pratiqué extensivement les sacrifices humains. Le 13 août dernier marquait le 500e anniversaire de la chute de la capitale aztèque Tenochtitlan (l’actuelle Mexico) dont les mœurs anthropophagiques ne se limitaient pas – loin de là - à quelques victimes de « sacrifices rituels ». William H. Prescott, historien du XIXe siècle (et l’un des plus critiques à l’égard de la conquête espagnole), avait estimé à 20.000 le nombre des victimes annuelles, voire avec - certains auteurs – à 150.000 » [Lire Javier Portella bdVotaire4sep21].

3 Pour faire adopter la loi quasi génocidaire de 1975 (celle-ci aboutissant aujourd’hui à une moyenne stable de 220.000 avortements l’an), des chiffres monstrueux avaient été avancés à l’époque : des centaines de milliers avortements clandestins seraient intervenus chaque années (les médias et les militants se livrant à de grotesques surenchères : 500.000 avortée selon Paris Match, 800.000 pour le Livre blanc de 1971)… Or dans les années 50, la réalité devait être toute autre, aux antipodes de ces élucubrations macabres et vraisemblablement cent fois moins. Soit quelques milliers dans une France encore catholique et dans une République laïque où les pratiques abortives étaient durement sanctionnées, et où existaient en outre diverses possibilités d’abandon sous X et d’adoption. Voir Jacques Dupâquier 1986 : « Combien d’avortement en France avant 1814 ». Ici encore la révision des mensonges historiques, des légendes noires et de la culture de mort, reste à faire.

4 Le préambule de la Constitution de la Ve République rappelle l’attachement de la Nation « aux droits de l’homme et aux principes de la Souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946. Parmi les « droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme », la Déclaration de 1789 reconnaît l’égalité des hommes en droits (art. 1er), la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression (art. 2). Le pass-sanitaire n’est-il pas une forme sévère d’oppression dans la mesure où rien ne le justifie médicalement parlant ? 1789 établit également le principe de la liberté d’opinion (art. 10) et de la liberté d’expression (art. 11). La Constitution de 1946, dispose en son art.1 que « La France respecte toutes les croyances. Art. 4 que « La loi garantit les expressions pluralistes des opinions ». Quand la Constitution de ce point de vue, reviendra-t-elle à l’ordre du jour ?

5 Lire le « Napoléon » de Stendhal rédigé en 1818. Henri Beyle y fait justice de son héros, rendant à César ce qui lui appartient et le reste au jugement de la postérité 6 Il est devenu très difficile de remonter, de prime abord, le cours de l’histoire réécrite en temps réel par les machines orwelliennes d’amnésie programmée : le bilan humain officiel (provisoire) pour le 11/9 immédiatement annoncé par le maire de la ville, Rudolph Giuliani, était de 4763 disparus, il sera finalement de 2 977… En fait pendant plusieurs mois, la presse -

la Maison-Blanche engageait l’Amérique et ses alliés dans une guerre sans limites – parlera sans vergogne de dix voire de vingt mille morts. Il est à présent particulièrement ardu de retrouver trace des chiffres publiés ensevelis qu’ils sont sous des montagnes de commentaires oiseux. Les futurs historiens et les anatomo-pathologistes des mythes du XXe et du XXIe siècle se pencheront sans doute sur ce phénomène hors norme de naissance d’une fable sortie immaculé des décombres des Tours jumelles.

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site