Geopolintel

Rien ne va plus Biélorussie/Bruxelles… la paille et la poutre

jeudi 18 novembre 2021

Lorsque - d’abord en Afghanistan puis ensuite en Irak avant de parvenir jusqu’au Sahel - la vogue des engins explosifs improvisés (Improvised Explosive Device – IED) s’est imposée chez les insurgents comme moyen de combattre la puissance occupante, retentit ensuite un concert d’indignations. Aucun mot n’étant assez durs pour dénoncer l’ignominie et la lâcheté de ceux qui, ne voulant pas s’avouer battus, employaient les moyens à leur portée afin de poursuivre le combat. Des démocrates d’un côté, des terroristes de l’autre ayant recours à des mode non conventionnels de confrontation combinant, dans le cadre de guerres asymétriques (du fort au faible), des formes de conflictualité dites hybrides ! Or peut-on reprocher à des combattants d’utiliser tous les moyens se trouvant à leur disposition afin d’attraire des forces armées ennemies (mais non des civils bien entendu) ? Et en quoi un char ou des hélicoptères d’attaque1 seraient-ils plus moraux que la bombe artisanale dissimulée sur le bas-côté d’une route ? Au reste dans le cas où un traité d’armistice a été signé entre deux États, celui qui poursuit la lutte (quelle que soit sa légitimité à ce faire) n’est au regard des lois et coutumes de guerre qu’un franc-tireur, c’est-à-dire un hors-la-loi. À l’évidence en Algérie, les gens du FLN, poseurs de bombe n’étaient pas des résistants - ne pouvant pas se prévaloir d’un État préexistant, les événements qui se déroulèrent au sein de départements administratifs et politiques français, furent bien terroristes2… et non le fait de résistants ! Résistants qui plus est nom de quoi ? À bien y regarder ce fut la haine de l’étranger, du blanc, de la chrétienté (dimension peu connue, celle du djihad lancé par les rebelles inspirés autant par Moscou que par Washington contre les kafirs), en un mot une insurrection racialiste de la plus belle eau, telle qu’en promeuvent nos “éveillés” (wokistes) d’aujourd’hui. Ceux-là même qui voudraient effacer et remplacer définitivement l’héritage de la haute culture européenne helléno-chrétienne.

La paille et la poutre

Des considérations qu’il convient d’avoir toujours présentes à l’esprit en ces temps de débauche mémorielle et de repentance à contresens de l’histoire réelle… La morale et la barbarie ne sont pas toujours là où l’on pense qu’elles sont et où que l’on croit les voir ! Un long préambule pour dire que l’Occident moderne – plus encore sans doute que précédemment - se délecte de falsifications sémantiques pour mieux escamoter ses contradictions, masquer sa mauvaise foi et accabler ses propres victimes. Si les insurgés afghans ou irakiens résistant aux forces d’occupation (là encore les attentats contre les civils qui relèvent de la provocation, des affrontements interconfessionnels ou entre factions et camps rivaux, n’entrent pas ici en ligne de compte), sont des terroristes parce qu’ils se battent avec les moyens du bord (et que la puissance sur-dominante n’admet pas qu’on ne se laisse pas régenter sans rouspéter) et bien de la même manière il faut admettre que l’homme fort de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko ne « se venge » pas la plus ignoble façon de l’Union européenne en ouvrant ses frontières aux migrants syriens, afghans, yéménites qui affluent sur son territoire via les lignes aériennes du Qatar et de Turquie.

Certes il ne se venge pas, déjà parce que le terme est absent du vocabulaire diplomatique. Les relations et rapports - fussent-ils de forces - entre État laissent peu de la place à la triviale et basse vengeance. Aussi faudrait-il parler en l’espèce de mesures de rétorsions. Bruxelles soutient outrageusement les oppositions biélorusses – nous n’en détailleront pas le déplorable historique – s’efforçant de parvenir à un changement de régime via une Révolution orange de basse intensité. L’euratlantisme renforce ses positions depuis deux décennies sur le flanc ouest de la Fédération de Russie. Ces manœuvres d’encerclement (containment) se d’abord manifestées en Serbie (l’action du très manipulé mouvement Otpor a fortement contribué au renversement en octobre 2000, du président yougoslave Slobodan Milosevic… la Fédération yougoslavie née le 1er décembre 1918 disparaît officiellement le 4 février 2003), puis en Géorgie (sanctionné par la brève confrontation militaire d’août 2008 avec la Russie), en Ukraine (l’Euromaïdan démarre fin 2013) et maintenant contre la Biélorussie…

Comme de bien entendu Moscou, Poutine sont derrière tout ce cirque. Car les Russes devraient assister sans broncher à la poussée occidentaliste sur leurs frontières et ce sont bien entendu eux les agresseurs. Et ça marche ! L’Opinion - entendez les Hilotes médiatiques qui sont les fabriquants, grossistes et détaillants de la Doxa. Ceux qui parlent sans frémir de la « répression brutale » des manifestations biélorusses, oublieux qu’ils sont des yeux crevés et des mains arrachées en France en 2019 par d’innocentes unités de maintien de l’ordre… L’Opinion est intimement persuadée que le couple Poutine-Loukachenko sont de redoutables despotes orientaux et que nous nous vivons dans le paradis démocratique tel que décrit par M. Macron dans son adresse au peuple de France le 10 novembre 2021 (la Nation connaît pas !)3. Mentir à ce point, les yeux dans les yeux (façon Cahuzac), a quelque chose de phénoménal. Certains individus ignorent le vertige, d’autres à l’instar de notre cher président, ont su convertir les libertés élémentaires en servitude plus ou moins volontaire avec l’assentiment du plus grand nombre. La crise du covid et le quinquennat resteront indéniablement dans l’histoire comme des cas d’école sur lesquels se pencheront les futures anatomo-pathologistes autopsiant ce consternant XXIe siècle commençant.

Crise polono-euro- biélorusse

Retour à la crise polono-biélorusse. Autant dire que la porosité des frontières entre les deux pays constitue une sorte de réponse du berger à la bergère ! Minsk rend la monnaie de sa pièce à Bruxelles pour des sanctions évidemment inadmissibles. Mais enfin qu’allait-on imaginer ? que Loukachenko allait sans réagir tendre son arrière-train pour se faire botter les fesses par les bureaucrates de l’Union ? Après tout, nos eurocrates n’appellent-ils pas de leurs vœux la disparition des frontières ? L’Italie n’a-t-elle pas traîné en justice son ancien ministre de l’Intérieur Matteo Salvini qui a comparu fin octobre en Sicile, à Palerme, pour avoir en 2019 bloqué en mer (empêché de débarquer) un bâtiment transportant 147 clandestins ? Ne défendait-il pas lui aussi l’intégrité des frontières maritimes de la Péninsule ? A contrario la frontière polono-biélorusse prend, elle, de faux airs de casus belli. Alors que quelque deux mille migrants (plus personnes n’osent plus parler de demandeurs d’asile) campent “par un temps glacial depuis plusieurs jours dans une zone boisée à la frontière entre les deux pays” face à quinze milles membres des forces de sécurité polonaises, le Conseil de Sécurité des Nations Unies s’est réuni à huit-clos et en urgence le 11 novembre à la demande de la France et de l’Irlande (!). De quoi se mêlent donc ces trublions ?

Minsk garde son calme, mais rappelle opportunément que les livraisons de gaz russes qui transitent par son territoire dans les entrailles du gazoduc Yamal-Europe courent le risque (minime il est vrai) de se voir perturbées si la situation devaient s’envenimer. La président de la Commission Ursula Van de Leyen entre en transe convulsive4… On sait ce qu’il advient lorsque par folie, stupidité et duplicité les Européens (en tête de gondole les bons élèves de la classe mondialiste, Anglais et Français) se mêlent d’aller faire la morale aux pays non encore totalement gendérisés, ni vaccinés contre l’autonomie critique de la pensée… Libye, Syrie ! Des bains de sang assortis d’un chaos aussi indescriptible que durable (sustainable). Finalement, au lieu de faire tout ce bruit pour pas grand-chose, pourquoi ne pas lever les fameuses sanctions prises à l’encontre de Minsk ? Mais on l’aura compris, tout cela n’est qu’un prétexte, un montage – en matière de relations interétatiques toujours de référer au Loup et l’Agneau de Jean de La Fontaine – soit une voie déguisée pour resserrer l’étau sur la Fédération de Russie, bête noire des stratèges planétariens de Washington.

Les frontières passoires biélorusses ne sont au fond qu’une banale mesure de rétorsion qui a le signalé mérite de mettre l’Union soviétique bruxelloise face à ses contradictions. Quand Frau Merkel, chancelière de son état, ouvre en 2015 les écluses en grand et qu’elle accueille à bras ouverts (avec des étudiants rémunérés pour la mise-en-scènes des arrivées devant les caméras avec claque au signal et panneaux de circonstances5) les prétendus guenilleux qui se pressent aux portes de l’eldorado européen. Comment voulez-vous que ces fringants jeunes gens (basanés ?) n’aient pas pris cela au pied de la lettre et ne s’en soient donné à cœur joie, le soir du Nouvel An 2016 sur le parvis de la cathédrale de Cologne ?

Chez nous, cela avait abouti un peu plus tôt à la boucherie du 13 novembre au Bataclan6 et s’achève aujourd’hui sur les aveux de l’oligophrène (minus habens) Hollande qui, à l’occasion du procès des tueurs qui se déroule à Paris ce dernier mois… Il nous révèle, à la barre des témoins – au moyen d’une syntaxe très approximative - qu’il « savait l’imminence de la menace ». Rien que ça !

Se pose alors la pénible question : si Hollande était le sachant qu’il prétend être, aurait-il pu sciemment laissé faire ? Par simple passivité des Services ou par inertie ? Le Bataclan et le stade de France auraient-ils pu avoir été d’innommables coups tordus ? Ou bien l’opération, à un moment ou à un autre a-t-elle échappée à ses concepteurs ? Sa présentation du contexte est particulièrement affligeante… Un avocat de la défense le questionne : « Les trois assaillants du Bataclan étaient des citoyens français, ils ont grandi sur la terre des Droits de l’homme. Y a-t-il eu des manquements de la France ? ». Lou Ravi, le berdin de la crèche, répond : « Que s’est-il produit pour que ces êtres humains basculent et commettent l’irréparable ? C’est la faute du système éducatif français, c’est la faute de la République ? … Ou est ce qu’il y a eu une propagande extrêmement efficace, qui a conduit des individus qui chancelaient dans leur vie, qui un moment ont cru voir une lumière apparaître… avec un groupe très organisé sur la propagande et qui attire des jeunes garçons et des jeunes filles en Irak ». Consternant d’indigence intellectuelle.

Monsieur l’ex-président, pour éviter la tragédie, ne suffisait-il pas de ne pas ouvrir les frontières à ces gens ? Et surtout d’interdire à l’Arabie heureuse de recruter et de rémunérer les prêcheurs wahhabites qui pullulaient dans les quartiers dits populaires du 9-3 ou de Lyon ? Des quartiers qu’une certaines presse nous présente comme abandonnés de tous (mais pas des allocations en tous genres et qui sont inondées de grasses subventions liées aux politiques de la ville). Si vous voulez vous régaler écoutez donc – une boîte de kleenex à la main - la revue de presse de Claude Askolovitch qui clôt chaque matin la matinale de France Inter. Ce noble et intègre journaliste ignore apparemment qu’avec l’économie souterraine, la Seine-Saint-Denis est le 2e département le plus riche de France. Eh oui  ! Ce qui n’a rien de tout à fait surprenant. Une réalité qui se cache au fin fond des tableaux Excel établis par les services excentrés du soviet bruxellois. Des chiffres introuvables (non repérables) en France tant ils sont dissimulés dans le maquis de statistiques truquées – n’oublions pas que les comptabilités ethniques sont interdites en vertu d’une loi non écrite relative à la non-transparence des actes administratifs – montrant que si les Hauts de Seine arrivent en premier pour la concentration de richesse, c’est en raison du quartier de la Défense où se trouvent les sièges des plus importantes de nos entreprises transnationales7. Pleurons Margot, pleurons sur la misère de ces périphéries déshéritées et de leurs habitants chaussés de Nike dont les prix varient de 200 à 2400 € la paire !

Enfin, puisque nous aimons tant la jeunesse du monde en quête « d’une vie meilleure » pourquoi pas quelques milliers de plus ? L’union en déficit démographique désormais chronique, aux populations archi-vieillissantes, devraient se réjouir et applaudir à cet afflux de sang neuf arrivant de Biélorussie… Non ? Au demeurant, toujours d’une extrême complaisance à l’égard du Département d’État américain, si l’UE s’essaie à s’ingérer - sur ordre et jusqu’où ? - dans les affaires intérieures du régime de Minsk sous couvert des Droits de l’homme, des Valeurs démocrato-européistes, et tout le toutim, il ne faut assurément y voir qu’un des aspects de la Grande politique de domestication des peuples avant et après vaccination forcée en vue d’instaurer un régime numérique de contrôle global et d’ingénierie collective. Le Meilleur des mondes, quoi !

14 novembre 2021

Notes :

1 On sait que l’Australien Julian Assange vit en confinement profond depuis une dizaine d’année – actuellement incarcéré dans une prison britannique de haute sécurité – pour avoir, entre autres diffusé sur son site Wikileaks des images du sordide mitraillage de civils irakiens à Bagdad le 12 juillet 2007, avec pour circonstance aggravante l’élimination des personnes qui s’étaient porté au secours des premières victimes. Aucune de nos admirables démocraties européennes droit-de-l’hommistes ne s’est risqué à offrir l’asile politique à Assange, lanceur d’alerte par excellence, dans la crainte de déplaire à Big Sister America jalouse de l’anonymat de ses crimes.

2 Le Milk-Bar notamment, glacier où se pressaient des enfants revenant de la plage ce dimanche 30 septembre 1956, dernier jour des vacances scolaires. Une série d’attentats marque alors le début de la Bataille d’Alger qu’au final perdra le FLN. Les bombes ont été placées par deux membres féminins du FLN. Capturée 1957 Djamila Bouhired et sa comparse Zohra Drif appréhendée le 22 septembre 1957, les deux femmes seront graciées en 1962 par le général de Gaulle et libérées. Ce pour quoi les gouvernements algériens successifs accablent la France sans relâche depuis soixante ans.

3 Voir Georges Michel « Allocution d’Emmanuel Macron : France pays merveilleux » [bvoltaire9nov21].

4 Le 10 novembre à Wasghinton, Ursula von der Leyen qui avait annoncé en avril une commande supplémentaire de 1,8 milliard de doses de vaccins Pfizer dont la livraison devait s’étendre jusqu’à 2023, récompensait le PDG de cette firme, Albert Bourla, pour son « leadership commercial » lors d’une cérémonie solennelle à l’Atlantic Council, vecteur et promoteur de l’Axe atlantique.

5 Qui n’a en mémoire visuelle de ces comités juvéniles, majoritairement féminins, applaudissant les migrants débarquant des trains en brandissant sur pancartes des Welcome hystériques. 6 Tout au long de ce mois de novembre 2021, 14 hommes comparaissaient à Paris pour répondre de leur implication à divers degrés dans les attentats du 13 novembre 2015 lesquels ont fait 131 morts à Paris et en Seine-Saint-Denis

7 bvoltaire.fr/xavier-raufer-avec-leconomie-souterraine-la-seine-saint-denis-est-le-2e-departement-le-plus-riche-de-france/ La narco-économie y est florissante : certains points de vente de cocaïne peuvent rapporter de un à deux millions d’€ mensuels.

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site