Geopolintel

La Californie demande de ne pas charger les voitures électriques en raison d’une pénurie d’électricité.

mardi 23 novembre 2021

Les Californiens peuvent-ils recharger les voitures électriques avec la chaleur estivale ?

Les Californiens sont aux prises avec les effets grandissants du changement climatique, les canicules estivales sont les plus redoutées.

Cette année, la canicule est en avance , provoquant le premier conseil d’économie d’énergie du 17 juin et déclenchant des spéculations sur les réseaux sociaux quant à l’impact de la chaleur sur les propriétaires de voitures électriques.

« La Californie recommande aux propriétaires de voitures électriques de ne pas les recharger en raison d’une pénurie d’électricité »

Mais la Californie porte un lourd héritage avec l’affaire Enron et quand à avoir un réseau opérationnel s’est une autre paire de manche.
Voir l’article : Enron : les coulisses d’un incroyable scandale

La question est de savoir si la Californie dispose des ressources nécessaires pour continuer à se tourner vers les véhicules électriques dans la perspective d’un avenir plus « vert ».

« La Californie n’est pas en mesure de fournir suffisamment d’électricité pour les foyers et les entreprises, et pourtant elle oblige tout le monde à conduire davantage de voitures électriques ».

Le California Independent System Operator, ou CAISO, est l’organisme chargé d’exploiter et de gérer la majeure partie du réseau électrique de la Californie. Il émet régulièrement des avis d’économie d’énergie lorsque le réseau est confronté à des conditions difficiles, comme une chaleur intense ou des feux de forêt.

Ces avis, connus sous le nom d’alertes Flex, encouragent les Californiens à reporter leur consommation d’énergie à certains moments de la journée, lorsque le réseau électrique est moins sollicité.

« Une alerte flex n’est pas une panne de courant », a déclaré Gil Tal, directeur du centre de recherche sur les véhicules hybrides et électriques rechargeables de l’institut d’études sur les transports de l’université de Davis. « C’est un moyen de prévenir les pannes. Nous n’aimons pas qu’on nous dise de ne pas utiliser l’électricité, mais c’est une situation bien meilleure que de rester assis dans le noir si le réseau s’effondre. »

« Dans un bon jour, l’énergie solaire en Californie peut représenter la moitié de la production », a déclaré Severin Borenstein. « Et donc, lorsque nous commençons à la perdre, nous avons besoin d’autres choses. L’un des problèmes qui se posent les jours de grande chaleur, lorsque la demande est très élevée, est que nous n’avons peut-être pas assez de ressources pour maintenir l’équilibre du système. »

Avec l’alerte Flex du 17 juin, le CAISO a encouragé les gens à réduire volontairement leur consommation d’électricité de 17 h à 22 h. L’annonce comprenait des conseils sur la façon dont les Californiens pouvaient économiser l’énergie et conseillait aux habitants de prévoir les tâches nécessitant une grande quantité d’énergie, ( gros appareils électroménagers, recharge de véhicules électriques), avant l’alerte pour « avoir du confort » pendant la soirée.

Le CAISO n’a jamais demandé aux Californiens de ne pas recharger leurs véhicules électriques, mais simplement de modifier leurs horaires de chargement, si possible, pour tenir compte des ressources limitées en soirée.

« Il s’agit d’une démarche totalement volontaire », a déclaré M. Borenstein. « Il n’y a généralement même pas d’incitations financières. C’est juste une recommandation et cela s’applique également aux véhicules électriques. »

Comment les voitures électriques sont rechargées ?

Selon la Commission californienne de l’énergie, il y a aujourd’hui un peu moins de 630 000 voitures électriques en circulation dans le Golden State. Bien qu’il en existe de nombreuses formes, tailles et modèles, elles fonctionnent toutes de la même manière : elles roulent, se garent et se branchent en cas de besoin.

Selon M. Borenstein, la recharge complète d’un véhicule peut prendre des heures.

« Si vous vous branchez sur une vieille prise domestique ordinaire de 110 [volts], il faut parfois toute la nuit pour recharger une batterie qui a parcouru 160 km dans la journée », a-t-il déclaré. « La plupart des maisons qui disposent d’un système de recharge ont au moins une prise de 220 [volts] et se rechargent environ deux fois plus vite. »

Mais la plupart des trajets quotidiens ne vident pas complètement la batterie d’une voiture électrique. Les données de la Federal Highway Administration du ministère américain des Transports montrent que les habitants de la baie de San Francisco ont parcouru en moyenne environ 20,7 miles par jour en 2019. À Los Angeles, ce chiffre était de 22,5 miles chaque jour et à Sacramento, il était de 22,3 miles.

La plupart des voitures électriques modernes n’ont donc pas besoin d’être rechargées quotidiennement.

Beaucoup d’entre elles sont branchées tous les deux jours et sont équipées de minuteries qui permettent aux propriétaires de programmer leurs charges. Si les conducteurs de voitures électriques peuvent, dans un premier temps, être rebutés par les coupures de courant et les avis de conservation, M. Tal affirme que ces événements ne posent généralement « aucun problème ».

« Une alerte Flex dure quelques heures et il y a très, très peu de conducteurs de voitures électriques qui doivent recharger leurs voitures pendant ces quelques heures spécifiques », a déclaré Tal. « La plupart des conducteurs, aujourd’hui et à l’avenir, pourront la retarder de quelques heures ou de quelques jours si nécessaire. »

La Californie a-t-elle le potentiel pour passer au vert ?

En 2019, les sources renouvelables ont produit un peu plus de 30 % de l’électricité de la Californie. En 2015, l’État s’est engagé à porter ce chiffre à 50 % d’ici 2030 et le gouverneur Gavin Newsom a publié l’an dernier un décret exigeant que toutes les nouvelles voitures vendues en Californie soient des véhicules à zéro émission d’ici 2035.

« La Californie est vraiment à la pointe de l’intégration de l’éolien et du solaire dans la production », a déclaré M. Borenstein. « La Californie a également un taux de pénétration des véhicules électriques beaucoup plus élevé que n’importe quel autre État, et nous sommes donc à la pointe du progrès dans ce domaine également. Cela nous donne l’occasion d’être un leader dans la coordination des véhicules électriques avec les énergies renouvelables intermittentes. »

M. Tal a déclaré que les Californiens « doubleraient » leur consommation d’électricité dans leurs foyers si tout le monde conduisait un véhicule électrique. Mais il est peu probable que le changement se produise rapidement, et le réseau actuel est capable de supporter une augmentation à court terme du nombre de voitures électriques.

« Nous pouvons avoir des millions de voitures électriques sur le réseau actuel sans problème ». « Nous en avons moins d’un million aujourd’hui et nous pouvons passer à trois, quatre, cinq millions sans faire de sérieuses mises à niveau. »

À long terme, le réseau électrique californien devra produire et stocker davantage d’électricité pour passer de manière fiable à une flotte entièrement électrifiée. Mais selon M. Tal, le processus devrait se dérouler sans heurts si les changements se font « simultanément ».

Selon M. Borenstein, ce n’est pas la première fois que le réseau électrique doit s’adapter à une technologie nouvelle, comparant le passage aux voitures électriques à la popularité de la climatisation dans les années 1950. Au fil des ans, le réseau a réussi à augmenter sa capacité pour répondre à la demande d’énergie.

Les climatiseurs ont tendance à se mettre en marche à peu près aux mêmes moments, car les températures extérieures augmentent pendant la journée et diminuent pendant la nuit, ce qui a posé un défi supplémentaire au réseau électrique des années 1950. Selon M. Borenstein, l’adaptation des voitures électriques sera probablement plus facile.

« Nous allons devoir renforcer la capacité ici aussi ». « Mais nous n’aurons probablement pas à renforcer autant la capacité, car tout le monde n’a pas besoin de se recharger en même temps ».

Au fur et à mesure de la transition de la Californie vers les véhicules électriques et les sources d’énergie renouvelables, M. Borenstein a déclaré que les forces du marché favoriseront probablement la recharge pendant les périodes où l’énergie est plus abondante.

« Je pense que c’est là où nous allons », a-t-il déclaré. « Nous n’allons pas rendre illégal le fait de charger sa voiture à un moment donné, mais il sera moins cher de la charger lorsque le réseau est effectivement plus abondant en électricité et plus cher lorsque le réseau est tendu. »

Notre politique

Des messages sur les médias sociaux prétendaient que la Californie avait demandé aux propriétaires de voitures électriques de « ne pas charger » leurs véhicules en raison d’une pénurie d’électricité.

Ces messages semblent faire référence à une alerte Flex émise par le California Independent System Operator le 17 juin. Cette alerte encourageait les Californiens à économiser volontairement de l’énergie et à charger leurs véhicules électriques avant 17 heures afin de minimiser les tensions possibles sur le réseau électrique pendant la première grande vague de chaleur de l’été.

Les responsables du CAISO n’ont jamais dit que les gens ne pouvaient pas charger leurs véhicules. Ils ont plutôt demandé aux propriétaires de véhicules électriques de modifier leur heure de chargement pour tenir compte des sources d’énergie limitées en soirée.

De plus, selon les experts, la plupart des véhicules électriques n’ont besoin que de quelques heures de charge par nuit et sont équipés de minuteries permettant aux propriétaires de programmer les périodes de charge, ce qui permet aux Californiens de se conformer volontairement à l’alerte Flex.

Ces réactions ont lancé le débat sur la question de savoir si le réseau californien sera en mesure de répondre aux efforts pour passer aux véhicules électriques dans les années à venir. Selon les experts, la transition devrait se faire en douceur, à condition que le passage aux voitures électriques soit coordonné avec les efforts visant à promouvoir les sources d’énergie renouvelables et à améliorer la capacité du réseau.

L’alerte Flex n’a pas été comprise et les craintes du passage de la Californie aux énergies vertes sont erronées. Par conséquent, nous estimons que ces affirmations sont fausses.

Politifact

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site