Geopolintel

McKinsey, BCG et Bain, recrutent à HEC

mercredi 16 février 2022

McKinsey, BCG et Bain, les trois plus gros employeurs à HEC
L’information apparaît au détour du dernier classement des écoles de commerce du Figaro : McKinsey, le Boston Consulting Group et Bain constituent les trois plus gros employeurs de HEC cette année. L’école, numéro un du classement du journal, a envoyé vingt-six diplômés au Boston Consulting Group et vingt-cinq chez McKinsey & Company, est-il indiqué dans un article daté du 24 novembre 2020.

  • Combien dépense l’État auprès des cabinets de conseil ? « On est à plus d’un milliard et demi d’euros par an, si on prend la fourchette haute » estime @matthieuaron. Ce chiffre est contesté par Amélie de Montchalin, ministre de la fonction publique.
    France Inter Léa salamé

Soit au moins 50 diplômés de HEC qui rejoindraient les rangs de ces cabinets après leur diplomation, sur un total de 400 élèves admis après la classe préparatoire dans l’école de Jouy-en-Josas (399 selon le dernier chiffre d’élèves affectés à l’école). Ce seraient 12 % des diplômés qui rejoindraient McKinsey et le BCG, probablement plus en incluant le chiffre de recrutement de Bain & Company qui n’est pas connu.

Ces chiffres sont cohérents avec les chiffres obtenus par Consultor en avril 2018 (relire notre article) : 25 des 110 diplômés de la promo 2016-2017 du master en stratégie de la grande école avaient rejoint un de ces trois cabinets (soit 22 %).

Les chiffres du Figaro comme ceux de Consultor témoignent de l’emprise des plus grands cabinets de conseil en stratégie à la sortie de la plus renommée des écoles de commerce françaises – des talents que les cabinets cherchent d’ailleurs très activement à faire venir à eux.

Dans le classement du Figaro, le BCG compte également parmi les trois premiers employeurs à l’Essec et à l’ESCP — au côté d’EY et Amazon à l’Essec et d’EY et Deloitte à l’ESCP.

Consultor

HEC : la bataille des talents fait rage

Vendredi, à HEC, Bain avait mis les petits plats dans les grands. Pour sa deuxième participation en tant que principal partenaire du HBG – le business game annuel des étudiants de Jouy-en-Josas qui se tenait pour la quatrième fois les 13 et 14 avril –, pas moins de deux partners et une dizaine de collaborateurs avaient fait le déplacement.

À la tribune, Bertrand Pointeau (associé), Marc-André Kamel (associé), et Joëlle de Montgolfier (directrice Senior du pôle Etudes & Recherche) se sont succédé pour présenter à 200 étudiants le business case prévu par le cabinet de conseil auxquels les participants se sont consacrés durant toute la matinée.

Une bonne façon pour Bain de se démarquer de ses concurrents directs, McKinsey et BCG. À eux trois, ils ont capté 25 des 110 diplômés de la promo 2016-2017 du master en stratégie de la grande école. « La guerre des talents est une réalité que nous vivons au quotidien », glisse Bertrand Pointeau, l’une des principales chevilles ouvrières des liens entre le cabinet et la prestigieuse école de commerce dont il est lui-même un diplômé.

Remontada de Bain comme à l’Insead ?

C’était lui déjà qui était intervenu pour participer à la refonte du MBA. Lui encore qui depuis quatre ans tient un électif dans le master en stratégie. Lui qui, en octobre, a pris l’initiative de convier des partners de différents bureaux européens et internationaux de Bain à une soirée 100 % Bain dans l’enceinte de l’école. Toujours lui qui depuis deux ans a fait de Bain le partenaire premium du HBG, avec logo en gros à côté de celui de HEC.

Pareille débauche d’énergie n’est pas anodine. « La relation entre Bain et HEC est extrêmement stratégique, car l’école est une source de recrutement privilégiée. HEC est en plein processus d’internationalisation et Bain a choisi d’établir des partenariats larges et approfondis avec un nombre restreint d’écoles. C’est une conjonction d’ambitions », explique Bertrand Pointeau.

Concrètement, guère plus d’une dizaine d’établissements sont sur la short-list des écoles hyper sélectives où Bain voudrait staffer ses bureaux mondialement : beaucoup de MBA, ceux de Insead, de la London School of Economics, certains MBA américains, et HEC donc.

Et faire des priorités dans les choix de recrutement semble payant. À la sortie de l’Insead, un vivier de recrutement comparable, les MBB sont systématiquement les trois principaux employeurs des diplômés : McKinsey d’abord, BCG ensuite, et Bain sur la troisième marche du podium.

Sauf qu’en 2017, Bain a brûlé la politesse au BCG, en doublant quasiment le nombre de ses recrues diplômées de l’Insead de 48 à 86, quand les contingents de McKinsey et du BGC sont restés presque stables à respectivement 130 (contre 125 en 2016) et 71 (contre 67 en 2016).

La course aux recrutements

Mais, évidemment, Bain n’est pas seul à se positionner auprès des étudiants de HEC. Éric Hazan, directeur associé senior chez McKinsey, donne lui aussi un électif quand A.T. Kearney donne un cours dans le tronc commun sur les méthodologies du consultant en stratégie. Et Oliver Wyman prépare avec la direction académique du master en stratégie un électif pour l’année prochaine.

À cela s’ajoute la demi-douzaine de workshops que les étudiants sont tenus de faire chaque semestre. C’est-à-dire une journée passée entre les murs des bureaux parisiens des cabinets pour une présentation en bonne et due forme de l’entreprise et la résolution d’un business case maison. McKinsey, BCG, Bain, Roland Berger, Oliver Wyman… tous se prêtent à ce dernier exercice.

Puis viennent les membres de la Fondation HEC où figurent aussi Capgemini et Monitor Deloitte et les adhérents ClubCampus, première étape avant de rejoindre la fondation, parmi lesquels figurent Advancy, Roland Berger et Oliver Wyman. Sans parler du forum étudiants annuel dédié au conseil, l’International Consulting, où une trentaine de cabinets font acte de présence (Vertone, CVA, Eleven, Alix, Simon Kucher, Kea, Mars…).

La moitié des promos de majeure en stratégie ne va pas dans le conseil

Concurrence très forte, donc. Comme le résume Laurence Lehmann Ortega, la directrice académique du master, « nous sommes en contact avec énormément de cabinets ». Déjà parce qu’au sein même du master en stratégie – un des plus gros programmes de l’école avec 86 étudiants en 2017-2018 –, « seule une moitié rentre chaque année dans le conseil en stratégie », dit Laurence Lehmann Ortega.

L’an dernier, sur les 110 diplômés du master, certains sont partis chez Facebook, au sein de la fondation de Richard Branson ou pour la banque mobile N26. Puis au contraire de l’Insead, difficile de dire – faute de données publiées par HEC et faute à un effectif très restreint – lequel de ces trois cabinets tire son épingle du jeu.

Surtout, le pouvoir de conversion en embauches du partenariat Bain-HBG reste à démontrer. Un des vainqueurs de l’an dernier, Robert Quick, a pris la direction du BCG. Et Jacqueline Hueneke, lauréate cette année, a déjà son point de chute pour l’après-diplôme cet été. Un certain McKinsey.

Benjamin Polle pour Consultor.fr

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site