Geopolintel

Leur morale et la nôtre II

Gay, gay, marions-les et la GPA après

vendredi 2 juillet 2021

Orban est un monstre qui veut criminaliser la propagande LGBTQ+ auprès des mineurs ! En cela le président Hongrois emboîte le pas au Russe Vladimir Poutine qui avait fait adopter de telles dispositions voici déjà quelques années(1). Pour sa part, le Premier ministre hongrois Viktor Orban entend lutter contre la pédophilie. « Un prétexte et un amalgame insupportables »… Parce que, de même qu’il n’y a aucune relation entre immigration massive et sur-délinquance à caractère crapuleux ou religieux, il n’existe pas de lien entre satyriasis homosexuelle et frénésie pédomaniaque. Élémentaire mon cher Watson et bien malvenu celui qui oserait penser le contraire. Le texte hongrois prévoit ainsi que « la pornographie et les contenus qui représentent la sexualité ou promeuvent la déviation de l’identité de genre, le changement de sexe et l’homosexualité ne doivent pas être accessibles aux moins de 18 ans ». Ce qui semble ressortir du plus basique bon sens, au moins dans une société qui n’aurait pas vocation à devenir un immense lupanar sous le soleil de Satan.

Ce pourquoi Ursula von der Leyen, ci-devant présidente de la (grosse) Commission de Bruxelles - la dame qui se lave les main en chantonnant l’Hymne à la joie de Beethoven (qui est aussi la bannière harmonique de l’Union soviétique prétendument européenne) – s’est le 23 juin, déclarée affreusement scandalisée par les mesures de protection de la jeunesse contre ces dérives sexuelles si ardemment encensées et encouragées de par chez nous, à l’Ouest : « Le projet de loi hongrois est une honte. Une atteinte à la liberté d’expression. Et j’ai demandé à mes commissaires responsables d’écrire une lettre aux autorités hongroises pour leur faire part de nos préoccupations juridiques avant que le projet de loi n’entre en vigueur… [Car] ce projet de loi est clairement discriminatoire envers les personnes sur la base de leur orientation sexuelle et va à l’encontre de toutes les valeurs fondamentales de l’Union européenne ». La veille une quinzaine d’États membres avaient pressé la Commission d’intervenir urgemment en réponse à l’adoption de ce texte (vomitif) visant (entre autres) à interdire la « promotion » de l’homosexualité auprès des mineurs. La communauté de l’arc-en-ciel est en émoi, au bord de la pâmoison !

Ramdam

Que déduire de ce ramdam ? Que la promotion de l’homosexualité est une excellente chose, pour preuve le retour ce 26 juin 2021 de la gay pride (francisée en “marche des fiertés” – fierté de quoi, on se le demande bien ? De cette idole moussue et odoriférante naguère mise en rimes par Arthur Rimbaud2 ? Et que, si la publicité en est bonne dès le plus jeune âge, c’est bien parce que la chose est une merveille sortie tout droit de la caverne d’Ali Baba de ces si précieuse libertés égalitaristes… Tous logés à la même enseigne ! Un droit fondamental dont il ne serait être question de priver la jeunesse avide de s’ouvrir aux autres et au monde.

« Valeur fondamentale », c’est bien le cas de le dire, ainsi que le rappelle fort à propos Madame Leyen, Kommissarin en chef de l’Union et autorité morale suprême du gloubi-boulga européiste dont les médias nous gavent quotidiennement, le tout arrosé de grandes rasades de mensonges logorrhéiques. Jusqu’à la lie ! Nul en effet ne pourrait soupçonner la présidente de la prestigieuse et presque omnipotente Commission européenne de montrer la moindre tolérance pour le détournement de mineur parce que – insistons – aucun lien n’est établit entre un goût prononcé pour le blé en herbe et la consommation illicite de jouvenceaux prépubères. L’addiction au cannabis ne conduit pas – non plus, c’est officiel, certifié par jugement - au recours à des substances plus robustes et plus planantes, parfois, néanmoins, inductrices de bouffées délirantes éventuellement susceptibles de causer de graves dommages collatéraux (défenestration d’une victime expiatoire)… comme en a décidé la Justice dans l’affaire Halimi avec un Traoré irresponsable et par conséquent, non coupable.

Toutefois, dans la mesure où homosexualité/pédérastie/pédomanie ne se déclineraient pas selon une solution de continuité (c’est-à-dire en ne se dissociant pas nécessairement les unes des autres), serait-ce que Mme Leyen, sans l’avouer ouvertement, ne serait pas totalement hostile aux pratiques pédophiles, anciennement criminelles mais aujourd’hui acmé du modernisme ? La question se pose sinon pourquoi condamner aussi vertement la propagande en faveur des mœurs inverties ? Il y a là une équivoque que personne ne s’est avisé (ou soucié) de soulever. Ajouton que Dame Leyen est parfaitement explicite : la sexualité diversitaire, pluraliste et décomplexée – nous passerons les détails à notre dévoué lectorat, il lui est permis d’imaginer les dépravations les plus pittoresques et les moins ragoûtantes ; sont néanmoins peu recommandées, le cannibalisme3 et la nécrophilie, pour le reste toute liberté échoit à chacun !

La honte

Au reste quelle honte y aurait-il à vouloir protéger les enfants d’une sexualité précoce, promue il est vrai pas l’OMS (officine mondialiste dont la République malgache n’a pas encore claqué la porte malgré des rumeurs tenaces), ou les préserver d’un l’hypersexualisme, notamment homo ou bi sexuel, afin d’éviter le risque d’exposer les plus fragiles aux affres et aux périls irréversibles de la dysphorie de genre qu’accompagne – hélas - en cas d’une lourde procédure de réassignation, tout un sinistre cortège de mutilations ? Serait-il également honteux de vouloir sanctuariser cette période de construction de l’identité psychique de l’enfant en accord avec les repères structurants de l’humanité, l’altérité des sexes, la filiation [Cf. SabineFaivre/bv26juin21]… Enfin, ne faudrait-il pas mettre un point final à cette criminelle utopie du déracinement biologique de la filiation laissant croire que le seul « désir d’enfant » (caprice/fantaisie/mode ou phantasme) suffit à définir le statut de père ou de mère ?

Le 29 juin interviendra probablement au palais Bourbon l’adoption définitive de la loi dite de “bioéthique” après son vote virtuel par une Assemblée nationale absentéiste comme trop souvent… C’est-à-dire devant un hémicycle vide de ses membres, de toute façon discrédités après un suffrage violemment négatif de la nation en raison d’une abstention record de quelque 65% aux élections départementales et régionales. Et puis faudrait-il, dans la suite des événements, parvenir à museler le puissant lobby versicolore qui défilait à Paris le 26 juin au cri d’« à bas le cistème hétéro » (cistème pour cisgenre évidemment)… « tous unis contre les discriminations (homophobes ». À croire que le bon peuple ne se rend compte de rien et ne voit dans ce type de défilés qu’une parade folklorique sans bien réaliser que le cirque en question est proprement tragique4. La nation meurt et l’on s’en ébaubit ! La marée monte.

La marée monte

Ces deux dernières décennies la communauté LGBTQ+ engrange en effet victoire sur victoires… Institution du PACS, légalisation du mariage homosexuel, droit d’adoption des couples, simplification des procédures de changement de nom, de prénom et d’état civil pour les transfuges biologiques, prise en charge par la Sécurité sociale des interventions chirurgicales de changement de sexe, PMA. Bientôt droit au changement de genre pour les mineurs autrement appelé « transidentité » - les filles mineures ayant désormais accès à la pilule du lendemain sans consentement parental – enfin, last but not least, pour couronner le tout, légalisation de la GPA. C’est en cours et assurément irréversible en l’état actuel des choses !

« Qui ? »

Doit-on en déduire – mais poser la question c’est y répondre en partie – que la normalité contemporaine, serait à l’exclusion de tout autre, le transsexualisme, la bi-multivalence, l’intersectionnalité (mot pédant utile à combiner les diverses figures de la mixité raciale et sexuelle) ? Oui da, assurément. Mais si ces (anti) « valeurs » sont hissées au firmament - en-deçà duquel il n’est que ténèbres et opprobre - de la morale nouvelle, quid des anciens principes ? Le sieur Dieudonné commence par nous prévenir dans son sketch grinçant [note 2] que les deux grands tabou (les deux idoles majeures devant lesquelles il est convenu de se prosterner), sont, en premier lieu, les ombres et les mystères marquant certains épisodes tragiques de la Seconde Guerre Mondiale enveloppés d’une impénétrable “nuit et brouillard” -mais là n’est pas notre sujet - et en second lieu, les sexualités libérées, grand teint, diverses et si variées. En ce qui concerne le premier de ces deux interdits majeurs le général Dominique Delawarde, piégé sur CNews par un micro-nano-inquisiteur, serait à présent mis en examen pour incitation à la haine et à la violence, ceci pour avoir simplement (bêtement) demandé « Qui contrôle les médias ? » vaste et inopportune question… À ce jour « le parquet de Paris a ouvert ce jour une enquête des chefs de diffamation publique et provocation à la haine et à la violence à raison de l’origine ou de l’appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion » ! Le pronom interrogatif « Qui » est donc devenu ces jours-ci un bien auguste personnage devant lequel il convient de trembler et craindre les foudres pénales…

Le crime contre la pensée dominante sera, sans doute aucun, aussi imposé et imposable que le sera certainement l’hiver prochain la vaccination lorsque le variant « Delta » se sera invité à nos tables de fête pour la trêve des confiseurs. L’étau se resserre tnasi que l’insupportabler légèreté de l’Étre ne songe qu’au sable des plages, aux boîtes assourdissantes et à des rencontres éphémères. Mais on a bien compris que le vrai danger, est là et bien là, dans la pensée déviante, non conforme et pas ailleurs. Et surtout pas en Bavière, à Wurtsburg, ou un dépeceur de vingt-quatre ans, Somalien demandeur d’asile, sans emploi, arrivé sur le terrain de ses exploits en 2015, s’est fait le petit plaisir de tuer trois passants, en en blessant cinq autres plus ou moins grièvement le soir du vendredi 25 juin. Blessé d’une balle dans la cuisse (une fine blessure), le tueur, psychopathe et fanatique religieux (ce qui va bien ensemble), a été arrêté (ouf !) et les autorités annoncent que « l’enquête va se concentrer sur ses motivations » ! On croit rêver !

« Libération » splendeur stylistique

Citons cet Himalaya grassement subventionné de la pensée dominante (dirigé et rédigé par des gens qui n’existent pas parce qu’a priori il est interdit de dire leurs noms) qu’est le quotidien Libération du 26 juin… On admirera le sfumato, le flou iridescent à la Hamilton (photographe réputé avoir beaucoup prisé les nymphettes) qui nimbe cette présentation au style ponctué d’euphémismes… et presque digne de Flaubert : « L’assaillant de nationalité somalienne originaire de Mogadiscio, est arrivé à Wurtzbourg en 2015. Selon Der Spiegel, il avait obtenu un permis de séjour et vivait depuis quelque temps dans un foyer pour sans-domicile-fixe. L’agresseur, pieds nus et portant un masque de protection, titubait, long couteau en main, dans la rue alors que des passants tentaient de le stopper en se saisissant de chaises des terrasses de café et de bâtons. L’homme a finalement été arrêté par la police qui lui a tiré une balle dans une cuisse. Vendredi soir, les médias locaux n’excluaient pas un règlement de compte d’ordre privé ». Stupéfiant. Une grande et belle nouveauté, une petite tuerie ordinaire pour évacuer un méchante frustration ! Suite : « vendredi soir, le ministre bavarois de l’Intérieur, avait annoncé que l’attaquant présumé était connu depuis plusieurs mois pour des faits de violence et des troubles psychiatriques. L’enquête devra déterminer si nous avons affaire à un acte lié à l’islamisme ou à l’état psychique de l’agresseur »… Comme si les deux états mentaux ne se complétaient pas ?5 Pourtant, le magazine Der Spiegel, rapporte que l’homme présenté comme Abdirahman J. A., aurait déclaré avoir voulu mener son propre djihad en perpétrant cette boucherie de trottoir ! Comprenne qui pourra… Les « agressions » se suivent et se ressemblent mais ne semblent jamais porter leçon6 pour nos administrations. Combien de martyrs de l’incurie gouvernementale faudra-t-il encore ? Gageons beaucoup. Le prix à payer pour notre lâcheté collective et notre immoralisme tantôt rampant tantôt galopant.

27 juin 2021

1. L’interdiction législative de la propagande homosexuelle en Russie auprès des mineurs (ou loi fédérale no 135-ФЗ), a été ratifiée par V. Poutine le 30 juin 2013 en modification de la loi fédérale (art. V) relative à la « protection des enfants contre les informations nuisibles à leur santé et à leur développement ».

2. Pour se faire une petite idée de cette “marche de fiertés” voir le sketch (2014) sombrement hilarant de Dieudonné M’Bala M’Bala [youtube.com/watch ?v=fN943aVDJX], lequel vient juste d’être assigné à deux ans de résidence judiciaire avec bracelet électronique…Voir : Arthur Rimbaud « L’idole - Sonnet du trou du cul » (1871) exaltant un penchant alors réprouvé.

3. Le cannibale de Rotenburg par exemple qui cherchait en 2001 à recruter via la Toile une victime consentante, et avait reçu, maztte, environ dix mille propositions… « Cherche jeune homme, 18-30 ans, bien monté, pour l’abattage » !

4. L’association Alliance Vita a fait réaliser un sondage dont il ressort que les Français ne comprennent rien à rien (qu’il sont auto-désinformés) : “seul un quart des sondés savent que la loi bioéthique entrainera la procréation d’enfants sans lien biologique avec leurs parents supposés (26 %, contre 19 % pensent que cela est faux) ou qu’il permettra de financer, via la sécurité sociale, l’assistance médicale à la PMA pour des personnes sans problème d’infertilité (25 %, contre 22 % pensant que c’est du pipeau). Pire, seule une extrême minorité en connaît les enjeux véritables : la masse ignore que la loi autorisera la production d’embryons humains génétiquement modifiés (9 %) ou la création de chimères « animal-homme » (7 %)”.

5. Lire : Jean-Michel Vernochet « Les fiancés de la mort et les stratèges de la terreur globale » février 2014. 6 Le 18 juillet 2016, un réfugié afghan de dix-sept ans avait vilainement blessé quatre personnes avec une hache et un couteau dans un train régional se dirigeant vers Wurtzbourg. Premier attentat revendiqué par l’État islamique en Allemagne. En décembre 2016, un attentat au camion-bélier, également revendiqué par l’État islamique, avait causé la mort de douze personnes à Berlin. En Allemagne les islamistes potentiellement dangereux seraient actuellement environ six cents 605 en compagnie de 11.000 radicalisés. Elle est pas belle l’Europe, asile à ciel ouvert et réceptacle de toutes les misères psychiques du monde ?

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site