Geopolintel

Le COVID Longue durée, nouvelle fake news de destruction massive

jeudi 12 novembre 2020

Avec cette nouvelle fake news du World Economic Forum, vous pouvez enlever votre masque et prendre vos mouchoirs pour pleurer devant ce nouveau virus qui mute tellement qu’il est impossible de trouver une politique de soin pour entrevoir la guérison.

C’est la maladie sans fin qui à elle seule explose toute la science de l’épidémiologie.

Le Covid longue durée est né dans les laboratoires du National Institute for Health Research. Il est géré par l’Imperial College London et le King’s College London financés par le véritable directeur de l’OMS en la personne de Bill Gates.
Bill Gates a rendu hommage aux nombreux partenariats florissants entre sa fondation et le NIH. Le directeur du NIH, le Dr Francis S. Collins, a salué Bill Gates comme « l’un des créateurs du monde moderne » et un « visionnaire » en matière de santé mondiale.

La supercherie du Covid va bientôt éclater pour stopper le futur programme d’esclavage qu’ils nomment le Grand Reset.

Qu’est-ce que la « COVID longue durée » et quelles sont les parties du corps qu’elle affecte ?

Selon les médecins, les soi-disant « COVID longs » pourraient en fait correspondre à quatre syndromes différents.
Alors que la maladie commence dans le système respiratoire, les symptômes peuvent fluctuer autour du cerveau, du système cardiovasculaire et du cœur, des reins, de l’intestin, du foie et de la peau.
Il est vital que les médecins et les patients continuent à signaler ces symptômes, afin que les chercheurs médicaux puissent mieux comprendre le COVID-19.

La maladie continue après une infection par COVID-19, parfois appelée « COVID longue », peut ne pas être un seul syndrome, mais peut-être jusqu’à quatre, provoquant une série de symptômes qui affectent toutes les parties du corps et de l’esprit.

Dans un premier rapport sur le COVID-19 à long terme, l’Institut national britannique de recherche en santé (NIHR) a indiqué qu’un thème commun aux patients atteints de COVID - dont certains sont malades depuis sept mois ou plus - est que les symptômes apparaissent dans une zone physiologique, comme le cœur ou les poumons, pour ensuite s’atténuer et réapparaître dans une autre zone.

« Cette étude met en évidence l’impact physique et psychologique néfaste de la COVID sur la vie de nombreuses personnes », a déclaré le Dr Elaine Maxwell, qui a dirigé le rapport.

Plusieurs milliers de personnes dans le monde entier se sont connectées sur des plateformes de médias sociaux et des forums en ligne pour partager leurs expériences des symptômes de la COVID-19. Certains se qualifient de « long-porteur », tandis que d’autres ont baptisé leur maladie « long COVID ».

Selon le groupe de patients LongCovidSOS, basé au Royaume-Uni, les données d’une application de suivi des symptômes du King’s College de Londres montrent que 10 % des patients COVID-19 restent malades après trois semaines, et que jusqu’à 5 % peuvent continuer à être malades pendant des mois.

M. Maxwell, qui a présenté les conclusions du rapport « Vivre avec COVID » lors d’un point de presse en ligne, a déclaré que les services de santé ont déjà du mal à « gérer ces nouveaux modèles fluctuants de symptômes et de problèmes ».

Elle et ses co-auteurs ont exhorté les patients et les médecins à enregistrer et à suivre les symptômes afin que les chercheurs en santé puissent en apprendre davantage sur cette maladie et sur la manière de la soulager le plus rapidement possible.

« Malgré les incertitudes, les gens ont besoin d’aide maintenant », a-t-elle déclaré. « Nous devons collecter davantage de données ».

Pour ce premier rapport, l’équipe de Maxwell a organisé un groupe de discussion avec 14 membres d’un groupe Facebook appelé Long COVID.

(Facebook est un laboratoire de contrôle mental de la CIA pour tester et valider l’effet psychologique sur la population)

Leur témoignage a suggéré que la COVID en cours peut être cyclique, selon M. Maxwell, avec des symptômes dont la gravité fluctue et qui se déplacent dans le corps, y compris dans le système respiratoire, le cerveau, le système cardiovasculaire et le cœur, les reins, l’intestin, le foie et la peau.

« Il existe des récits convaincants selon lesquels les symptômes de COVID sont ressentis par des personnes de tous âges et de tous horizons », indique le rapport.

Selon M. Maxwell, une priorité urgente est d’établir un diagnostic fonctionnel reconnu par les services de santé, les employeurs et les agences gouvernementales pour aider les patients à bénéficier d’un soutien.

« Bien qu’il s’agisse d’une nouvelle maladie et que nous en apprenions davantage sur son impact..., les services devront être mieux équipés pour soutenir les personnes atteintes de COVID évolutif, car les preuves émergentes montrent qu’il existe des impacts psychologiques et sociaux importants qui auront des conséquences à long terme », indique le rapport.

Article publié en association avec l’agence d’information Reuters
World Economic Forum

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2020 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site