Geopolintel

Quatre cabinets privés ont épaulé le gouvernement pour sa stratégie vaccinale

samedi 20 février 2021

La DGS (Direction générale de la santé) assure que ces sociétés “n’interviennent à aucun titre sur les choix de nature politique et sanitaire" du gouvernement.

  • « Le partenariat avec McKinsey date d’un contrat-cadre signé en 2018 entre les deux parties. » peut être que cet accord a été signé quand macron et Edouard Philippe ont rencontré les membres du lobby pharmaceutique du Dolder Club qui réclamait la vaccination généralisée.
    En 2004 le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a créé le Conseil Stratégique des Industries de Santé (CSIS). Le 10 juillet 2018 le Dolder Club après avoir rencontré Macron s’est réuni avec le Conseil stratégique des industries de santé. Le Premier ministre, Édouard Philippe, annonçait des mesures tout à leur avantage :
  • une croissance minimum garantie des dépenses de médicaments (+0,5 % sur trois ans), la simplification des procédures administratives pour mener des essais cliniques, et des liens resserrés entre la recherche médicale publique et les industriels.
    Les activités des « Big Pharma » représentent 5,5 % du PIB français et 100 000 emplois.

POLITIQUE - Il n’y a pas que McKinsey qui a conseillé le gouvernement dans l’élaboration de sa stratégie vaccinale. Au total, ce sont quatre sociétés privées qui ont été sollicitées. C’est la Direction générale de la Santé (DGS) qui l’a indiqué à plusieurs médias, de l’AFP au Monde en passant par Politico (à l’origine des révélations sur McKinsey).

“Il a été fait appel au cabinet Accenture pour le lancement, l’enrichissement et l’accompagnement de la mise en œuvre du SI (système d’information) vaccination, aux cabinets CITWELL et JLL, auprès de Santé publique France, pour l’accompagnement logistique et la distribution des vaccins COVID et au cabinet McKinsey auprès de la task force pour la définition du cadrage logistique, le benchmarking et la coordination opérationnelle”, a précisé la DGS.

Toujours selon la DGS, ces cabinets “n’interviennent à aucun titre sur les choix de nature politique et sanitaire relevant de la seule responsabilité du gouvernement”, comme “le choix des laboratoires et les commandes des vaccins, la priorisation des segments de population recevant le vaccin, le calendrier de mise en œuvre, les modalités de vaccination au plan national”.

Au HuffPost en début de semaine, le ministère de la Santé avait savoir que ce type de partenariat était courant. “Tous les ministères font appel à ce type de cabinet, ce n’est pas une surprise. D’autant plus dans une situation de crise qui dure depuis janvier, où une direction seule ne peut pas tout gérer sans faire appel à des ressources externes”, indiquait l’entourage d’Olivier Véran.
Une pratique connue

Comme le souligne L’Opinion, cela fait en effet des années que le gouvernement fait appel à ce type de structures. À titre d’exemple, le partenariat avec McKinsey date d’un contrat-cadre signé en 2018 entre les deux parties. Un marché à 20 millions dont la conclusion a été rendue publique le 22 juin 2018. “Ce ne serait pas le premier gouvernement à faire appel à un cabinet”, avait justement remarqué Gérard Larcher, le président LR du Sénat. Mais malgré le fait que cette pratique soit connue, et alors que la stratégie vaccinale n’en finit pas d’être critiquée, le recours à des sociétés privées dans un tel contexte offre une nouvelle fenêtre de tir à l’opposition.

“Cela signe une disqualification des agents de l’État qui en sont chargés (de la stratégie vaccinale, ndlr). Cela montre que jusqu’ici rien n’était prévu et c’est alarmant”, avait notamment cinglé sur Twitter le premier secrétaire du PS, Olivier Faure. “Le scandale d’État se poursuit sur la vaccination et les révélations du Canard Enchaîné complètent le diagnostic gravissime d’un pouvoir à la dérive dans la gestion de la pandémie !”, avait renchéri l’eurodéputé EELV Yannick Jadot.

Romain Herreros

—  0 commentaires  —

© Geopolintel 2009-2021 - site réalisé avec SPIP - l'actualité Geopolintel avec RSS Suivre la vie du site